Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : Vie de l'Eglise

Youcat : la version française au pilon

Y L'édition française du catéchisme pour les jeunes Youcat a été mise au pilon en raison d'une erreur de traduction au sujet de la place des autres religions, ont annoncé mercredi deux membres de la Conférence épiscopale française. Cette erreur concerne l'oubli d'une négation dans une phrase, dans un paragraphe portant sur le christianisme et les autres religions. Même si l'Eglise respecte ce qui est bon et vrai dans toutes les religions, elles ne sont pas égales. La traduction erronée laissait penser le contraire.

Mgr Christophe Dufour, président de la Commission épiscopale pour la catéchèse, et Mgr André Dupleix, secrétaire-général adjoint de l'épiscopat, ont expliqué que cette décision de mettre au pilon plusieurs milliers d'exemplaires avait été prise par les éditeurs, en accord avec la conférence épiscopale. Une nouvelle édition sortira prochainement.

En revanche, la question 420, sur la régulation des naissances, était correctement traduite, contrairement à la version italienne.

Partager cet article

18 commentaires

  1. Des “boulettes” dans la version italienne, dans la version française, … de documents destinés aux jeunes générations, ça fait beaucoup et pas très sérieux.

  2. Il y a encore pire dans la version allemande, où plane un doute fâcheux entre “euthanasie passive” et “aide à mourir” (le mot allemand est Sterbehilfe).
    Détails en italien ici: http://paparatzinger4-blograffaella.blogspot.com/2011/04/bene-il-card-schoenborn-che-non-si.html (j’ai traduit une partie sur mon site)

  3. Allons allons…. N’y voyons rien de volontaire, ce qui est soulevé ici est le problème de la traduction. Il existera toujours, car les langues sont différentes, et les traductions dépendent en premier lieu du traducteur.
    Donc deux problèmes se posent:
    – la traduction d’une langue à l’autre est toujours scabreuse car les langues sont plus ou moins riches en vocabulaire, en expressions et locutions
    – le traducteur interprète forcément ce qu’il doit traduire car il ne peut pas faire de traduction mot à mot.
    Il en est ainsi, et il en sera toujours.
    Remercions plutôt les relecteurs qui ont vu ces erreurs de traduction, non?

  4. Mon Archevêque d’Aix & d’Arles a pris une bonne décision.
    Mais restent les autres traductions à revoir.
    Le prince de ce monde se serait-il glisser dans ce Youcat. Nom bien étrange ? You = toi et cat = chat ! La langue officielle de notre Eglise est, me semble-t-il, le Latin.

  5. Youcat ? Youcat ? kèzako ?

  6. “Youcat” : quelle horreur…
    C’est pas un peu fini, ce racolage actif de l’Eglise dans la nomenclature, les slogans, les appellations, dans une tentative désespérée de “faire jeune” et cool et festif ?
    Si on veut tâter du “Youcat”, on peut aller chez McDo, chez Nike, chez Orange et même à la RATP, il y a l’embarras du choix…
    L’Eglise n’a vraiment rien d’autre à apporter ? En commençant par des appellations qui veulent dire quelque chose, dont le sens est accessible à tout le monde — et qui ne singent pas les tics les plus déplorables de publicitaires incultes ?

  7. Le diable s’en mêle : on devrait pouvoir trouver des traducteurs professionnels et des relecteurs catho qui connaissent la doctrine de l’Eglise ! Pourquoi confier ce marché à Bayard ? Qui payera ces ouvrages mis au pilon ? Il ne faut pas prendre les enfants du Bon Dieu pour des canards sauvages ! Après les 300 000 € piqués dans les caisses du secrétariat de l’Episcopat… (au fait, à quoi sert-t’il?), ça suffit. Un catho romain de l’Eglise qui est en France, excedé…et qui se demande pourquoi payer le denier de l’Eglise : plutôt faire un chèque pour le Vatican.

  8. Question traduction dans la bible aussi :
    un passage du Livre de Daniel (3 17-18)
    Ci-dessous l’extrait de la Traduction Liturgique de la Bible du site http://www.levangileauquotidien.org.
    “SI notre Dieu, que nous servons, PEUT nous délivrer, il nous délivrera de la fournaise et de ta main, ô roi.
    Et même s’il ne le fait pas, sois-en bien sûr, ô roi : nous ne servirons pas tes dieux, nous n’adorerons pas la statue d’or que tu as dressée.”
    La Bible nouvelle version Segond révisée (Alliance Biblique Universelle) des Protestants et La Crampon (Catholique) de 1923, idem que ci-dessus.
    La Bible de Jérusalem (1975) :
    “SI notre Dieu, celui que nous servons, EST CAPABLE de nous délivrer de la fournaise de feu ardent, et de ta main, ô roi, il nous délivrera ;
    et s’il ne le fait pas, sache ô roi, que nous ne servirons pas ton dieu, ni n’adorerons la statue d’or que tu as élevée.”
    La bible selon La Vulgate :
    “Car voilà que notre Dieu que nous honorons PEUT nous retirer de la fournaise d’un feu ardent, et nous délivrer, ô roi, de vos mains.
    Que S’IL NE LE VEUT PAS, sachez, ô roi, que nous n’honorons pas vos dieux, et que la statue que vous avez érigée, nous ne l’adorons pas.”
    Dans les 2 premiers exemples, le sens sous-entend que Dieu n’est pas Tout-Puissant, puisque la condition première pour retirer les personnages de la fournaise serait d’en avoir la possibilité exprimé par la conjonction ” SI “, indiquant une incertitude de pouvoir. Cela induit une condition de pouvoir mais non pas de vouloir.
    Tandis que la traduction de la Vulgate montre que le “pouvoir” au sens de “vouloir” de Dieu peut agir selon sa volonté. Celle-ci est clairement énoncé dans le passage : “s’il ne le veut pas”. Cette expression nous fait comprendre à nous chrétiens et à toute personne désireuse de découvrir le Vrai Dieu, de ne pas tomber dans un relativisme, destructeur des esprits.
    Que le Pouvoir de Dieu est lié d’abord à sa Sainte Volonté. Et non pas assujetti à des facteurs extérieurs limitant sa Toute Puissance (sauf pour notre mauvaise volonté mais c’est un autre débat).

  9. QUelle était l’erreur sur les valeurs des autres religions ?

  10. à quoi servent les correcteurs?
    il est vrai que même à l’intérieur d’une seule langue, les interprétations diffèrent
    d’où ces différents
    par contre, d’accord avec Toubil

  11. Qui a signé le bon à tirer ?
    Un aller simple au pilon pour cette version du Youcat. Pas grave, les cathos paieront. Au moment de lancer la campagne du denier, cette nouvelle tombe à pic.
    Mais il n’y avait pas déjà une version digest du CEC ? Il était nécessaire d’en faire une troisième ?
    Surtout qu’au vu du nombre de négligences ça a été fait dans la précipitation… On risque fort de trouver de nombreuses autres erreurs.

  12. Merci beaucoup Gabarel de votre commentaire très intéressant.
    la traduction de la bible Crampon est aussi une des plus fidèles. non?
    La Bible de Jérusalem est effet bourrée de ce genre d’erreurs et c’est celle que nous utilisons le plus, notamment pour le catéchisme…
    Au secours saint Jérôme! Faites que les traductions ne soient pas source d’erreurs et de péchés!
    je suis aussi scandalisée par la couverture!
    ça ne donne pas du tout envie d’y aller.

  13. Les initiatives pour diffuser la doctrine catholique auprès des jeunes sont ardemment souhaitées par le pape Benoit XVI depuis des années; et si rares que nous devons les soutenir avec chaleur – et bienveillance dans les difficultés. Des erreurs de mise au point me paraissent quasi inévitables sur un tel projet.
    Les critiques sévères sont bien faciles et même déplacées, lorsqu’on sait le torrent d’erreurs et d’horreurs dont sont destinataires quotidiennement les jeunes.
    Bravo à l’Eglise pour cette initiative, bon courage pour les mises au point et surtout plein succès dans la diffusion auprès des jeunes.
    @Gabarel
    Le texte en latin (ou en grec) du passage de Daniel dont vous citez des traductions discordantes est-il ambigü ? L’écart entre la Vulgate et les traductions plus récentes est saisissant.

  14. […]

  15. Oui Antoine,
    mais si la transmission de la doctrine est fausse alors le livre transmetteur rejoint le torrent d’erreur dont vous parler.
    On peut en effet se tromper et lors d’impression il y a presque toujours des erreurs, mais regardez la couverture parle en elle-même quelle genre de transmission veut-on nous donner vraiment?

  16. @ Roxane
    Même si la Crampon comporte quelques erreurs, elle n’est pas infestée de modernisme comme les traductions les plus récentes, surtout celles après Vatican II.
    @ Antoine
    Pour mon malheur je ne connais ni l’Hébreu, ni le Grec, ni le Latin juste un peu le Français !
    Voici un lien où l’on peut télécharger gratuitement la Bible par livres en mp3.
    http://jesusmarie.free.fr/bible_catholique_en_mp3.html#ancien_testament
    Il s’y trouve une explication brève des différentes traductions de la Bible dont voici un extrait :
    “Le Nouveau Testament est enregistré dans un premier temps suivant la Bible Crampon mais sera remplacé dès que possible par la Sainte Bible de Saint Jérôme aussi appelée la Vulgate, [traduction en français par l’abbé Jean-Baptiste Glaire, seule traduction approuvée officiellement par le Saint Siège selon un rescrit spécial de Pie IX du 22 janvier 1873.]”
    et encore :
    “Il est faux de dire que la Bible Crampon et la Bible de Jérusalem sont réalisés “à partir des manuscrits originaux”. Ces manuscrits “originaux” n’existent plus.”
    “Les manuscrits les plus anciens et les plus fiables de l’Ancien Testament sont ceux de la Bible dites des Septantes, traduction de l’hébreux en grec réalisée par les juifs environ 200 ans avant la naissance de Jésus. Saint Augustin et de nombreux pères de l’Eglise pensaient que la Septante bénéficiait de l’inspiration divine.”

  17. Je ne m’estime pas assez “calée” que pour rentrer dans la polémique, peut-être nécessaire, de la valeur des textes d’une Bible par rapport à un autre.
    Quant à cette fameuse “erreur” de traduction dont nous parlons dans ce sujet, il est vrai que les traductions laissent parfois à désirer, cela peut-être aussi pris trop littéralement ou un manque de connaissance pointue. La langue française possède beaucoup de nuances. N’empêche qu’un ouvrage qui se veut aussi sérieux aurait dû bénéficier d’une relecture tout aussi pointue. Mon époux étant tranducteur Juré….je ne parle pas à la légère. Chaque mot peut avoir une interprétation très différente et amener à une interprétation “faussée”. Je ne comprends pas comment une telle erreur a pu “passer” !

  18. sur un précédent commentaire, je préconnisais -à tord, je m’en rends compte-, le retour au latin…
    mais l’Eglise a suffisamment de personnes aptes à traduire et à discuter des diverses interprétations et évolutions des langages, dans le sens de SALMONT ci-dessus
    ce n’est pas le cas d’autres croyances : ne serait-ce pas faire preuve à la fois d’humilité et de supériorité de prendre le temps de cadrer bien tout celà, avant d’imprimer? l’idée d’YD me parait onéreuse, mais qui sait?
    n’empêche,tout cela fait pour le moins désordre

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services