Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

Voyous : l’impuissance du chef de l’Etat

D'Ivan Rioufol :

"Les jeunes voyous sont terrorisés. Après le savon que vient de leur passer Nicolas Sarkozy, hier 1er janvier, c'est sûr, ils ne recommenceront plus à brûler des voitures. Pensez ! Le chef de l'Etat veut les empêcher de passer leur permis "aussi longtemps que la victime des faits ou le fonds de garantie n'a pas été indemnisé en totalité". Sacrée punition. Surtout pour ces incendiaires dont l'objectif est justement de démontrer qu'ils n'ont cure des permissions et de l'autorité de l'Etat. Sans doute s'est-on bien amusé, dans les cités, en écoutant la foudre élyséenne. C'est l'aveu d'une impuissance qu'a laissé voir le président avec sa colère si naïve. En février 2008, il déclarait une "guerre sans merci" contre les trafiquants et les mafias des cités. Celles-ci ne semblent pas en avoir été très impressionnées. […] Pour autant, des phénomènes d'une telle ampleur ne se reproduisent nulle part ailleurs. Ils sont donc aussi le produit de sentiments d'impunité et de provocations, encouragés par un discours compassionnel qui victimise les encapuchonnés et culpabilise une République "discriminante". Ceux qui légitiment ainsi la colère des cités sont les vrais responsables. ils récoltent ce qu'ils sèment."

MJ

Partager cet article

8 commentaires

  1. Réaction très exacte d’Ivan Roufiol; la mesurette de Sarkozy est un pur aveu d’impuissance…et d’aveuglement.
    Traiter ainsi les effets de la crise au lieu d’en traiter les causes (amoralité, immigration-invasion, dillution de l’intérêt national dans l’euro-mondialisme, perte des valeurs patriotiques et familiales, déchristianisation de la France) aboutit à des échecs sans cesse répétés.
    Sarkozy, hypocrite et volontairement aveugle, ne connaitra que l’échec.

  2. Mettre le feu à une voiture est un acte terroriste

  3. Nous récoltons ce qu’ils sèment, pour être exact.

  4. “Encapuchonnés et habitants des quartiers sensibles” : leur comportement, même s’il n’est le fait que d’un petit nombre, les stigmatise complètement.
    Comment pourrons-nous en faire des hommes, libres et responsables ? Leur religion n’a pas l’air de les aider à grandir et leur éducation non plus. Il arrivera pourtant un jour où ces jeunes voyous devront devenir adultes et entrer dans la vie, fonder une famille, avoir des enfants. Que pouvons-nous faire ?

  5. Le chien aboie, mais les caravannes passent.
    Et la France trépasse!
    Proverbe islamiste ;=)

  6. Mr Rioufol écrit cela aujourd’hui, mais demain il pensera peut- être le contraire…
    En réponse à VD : plus jeune, j’entendais parler de BIRIBI !

  7. Des jeunes “encapuchonnés” ? Tout un tas de petits poucets et de petits chaperons rouges, de 7 nains et de farfadets allumant des feux….de voitures. C’est en fait un appel de cette jeunesse, annexée par la gauche tant à l’école que dans leurs communes cocos, pour un peu plus de contes de fées et de romantisme dans la triste vie des grises banlieues où de vilains princes noirs capitalisto-droitiers (pas la peau “noire” mais l’âme) les ont relégués. Et voilà, leurs coeurs s’élèvent vers de gentils contes de fées qui ont structuré l’imaginaire européen et nous les critiquons !! Il faut dire que pour une partie d’entre eux le prince qui les sauvera a pour nom Saladin et que le grand méchant loup et Gargamel n’ont qu’à bien se tenir et même si ils font partie des syndicats de police de gauche ils n’auront jamais le beau rôle dans le casting. Walt Disney revient, ils sont devenus fous.

  8. M RIOUFOL s’effarouche aujourd’hui de ce qu’il ne s’offense plus d’entendre ou de lire dans des studios de radio ou en l’entend, sous sa plume de libéral parfois.
    Bien sur, il est plus valorisant d’écrire un édito dans un “grand” journal national et d’être ainsi paré du titre de penseur national mais il ferait mieux de laisser sa géométrie variable au vestiaire car on ne peut être à la fois dans un système et au dehors.
    Je crois qu’un certain conseiller ou porte-parole du ministère de l’intérieur, qui se voulait être un “h de droite” a aussi vendu son âme pour une simple petite assiette de lentilles.
    Je ne fais plus attention à ces gens pour qui appartenir à “la caste” tiens lieu de passe-partout, et malgré tout je préfère ma place de lampiste, à la leur sous les lumières de notre société.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services