Bannière Salon Beige

Partager cet article

Europe : politique

“Vive le Roi!”

C’est à ce cri parmi d’autres, que 35 000 Belges manifestaient cette après-midi pour l’unité de leur pays, menacé par la division… Il n’y a pas de hasard dans ce cri de ralliement : les dernières monarchies sont menacées en Europe : menacées dans leur principe même si elles se sont éloignées de leur fondement, menacées aussi dans ce qu’elles représentent d’unité et de pérennité nationale.

Si elle subvenait, la division de la Belgique en régions passerait certes par la disparition de la monarchie belge, mais serait surtout l’occasion de voir un Etat européen se scinder en régions sur des critères linguistiques. La Belgique deviendrait ainsi le premier Etat-Nation d’Europe à disparaître et le premier pays de l’UE à se partitionner en régions, si chères à l’Union européenne.

Et pourquoi, demain, d’autres vieilles nations européennes ne connaîtraient-elles pas le même sort, pour des raisons linguistiques aussi et pourquoi pas ethniques, religieuses? La balkanisation de l’Europe est de plus en plus à l’ordre du jour… Cherchons à qui elle profite.

Lahire

Partager cet article

14 commentaires

  1. Vive le Roi très chrétien pour remettre la France sur les rails…La situation en Belgique est un avertissement.Gare à la suite….

  2. “D’autres vieilles nations européennes…” C’est une blague ?
    L’Etat Belge a été créé sur des bases complètement artificielles en… 1830 !!!!
    Allons, allons, ne mélangeons pas tout !
    [ne vous arrêtez pas à ça et voyez le problème dans son ensemble :
    Dans un premier temps, je ne défends pas l’Etat-nation. Loin de moi! Je constate seulement que cette notion, évidemment républicaine et révolutionnaire, est largement menacée.
    Dans un second temps, je ne suis pas rentré dans l’histoire interne de la Belgique volontairement pour garder le recul nécessaire pour voir les implications de ces évènements sur d’autres pays.
    Dans un troisième temps, je ne me fais aucune illusion sur la monarchie belge (relisez “menacées dans leur principe même si elles se sont éloignées de leur fondement”) dans le sens où fourvoyée et loin de son caractère divin, cette monarchie n’a rien à envier à d’autres systèmes.
    Ceci posé, alors qu’explose un pays dirigée par une monarchie toute relative, alors qu’apparaît caduque, parce que tout à fait artificielle, la notion révolutionnaire et destructrice d’Etat-nation (et là, je rejoins tout à fait votre dernier point sur les langues et les cultures de France), force est de constater que le peuple se retourne vers ce que devrait représenter le Roi, l’unité et la pérennité. Encore faut-il qu’il en soit capable, ce dont on peut bien sûr douter dans le cas de la Belgique.
    Enfin, la disparition des vieux pays d’Europe fera les affaires de l’UE au détriment des peuples, de leur histoire et de leur culture. On le sait trop bien. Et commencer cette explosion des pays par celui qui en a le plus de légitimité est une ruse bien connue. Et si l’on accepte cette division de la Belgique, que pourra t-on dire quand il en sera de même en France sur d’autres critères qu’historiques ou linguistiques? Sauver l’unité de la Belgique pour sauver les autres pays d’Europe? Là est la question. Lahire]

  3. Il n’y a jamais eu d’ Etat-Nation belge, puisque dès le départ deux cultures et trois langues (les cantons rédimés d’après la défaite allemande) y coexistaient, dans un tiraillement constant. l’Etat-nation est de plus une idée de 1789, de la gauche républicaine, importée en belgique par la gauche wallonne contre les Flamands catholiques; bien étrangère à l’idée catholique de patrie (livre de jean de viguerie), et opposée même à l’idée de morale naturelle, puisque l’Etat-Nation souverain est au dessus de toutes référence morale.L’Etat-nation a pour corrollaire le socialisme : la Wallonie en crève économiquement.
    On peut avoir un état, des provinces et des langues reconnues, sans que cela ne supprime l’unité, si un principe, comme le principe royal, arrive à maintenir un équilibre, qui en Belgique a été nié aux Flamands catholiques par les Wallons maçonnisés entre la création de la Belgique, ceci jusqu’à l’après 1945.
    Les premiers rois belges furent tous affiliés à la Franc-Maçonnerie,jusqu’à celui qui dut abdiquer dans les années 50, sous la pression de des sociolo communistes wallons, contre l’avis des partis flamands catholiques, roi de droite et qui lui n’était pas franc maçon.
    Les Wallons de gauche ont semé le vent révolutionnaire et ils récoltent la tempête.
    je ne comprends pas cette manière française de défendre toujours l’Etat-Nation jacobin et de donner des leçons aux autres peuples.
    Les choses sont plus complexes que vous ne l’écrivez.
    Selon votre raisonnement, pourquoi les flamands ne seraient pas un Etat-Nation ? Ils pèsent plus que la Lettonie, ou l’Estonie, ou d’autres et ont une histoire et une culture autrement brillante.
    Ce n’est pas parce que la France a tué ses langues et traditions populaires que tous les peuples doivent en faire de même.
    [Dans un premier temps, je ne défends pas l’Etat-nation. Loin de moi! Je constate seulement que cette notion, évidemment républicaine et révolutionnaire, est largement menacée.
    Dans un second temps, je ne suis pas rentré dans l’histoire interne de la Belgique volontairement pour garder le recul nécessaire pour voir les implications de ces évènements sur d’autres pays.
    Dans un troisième temps, je ne me fais aucune illusion sur la monarchie belge (relisez “menacées dans leur principe même si elles se sont éloignées de leur fondement”) dans le sens où fourvoyée et loin de son caractère divin, cette monarchie n’a rien à envier à d’autres systèmes.
    Ceci posé, alors qu’explose un pays dirigée par une monarchie toute relative, alors qu’apparaît caduque, parce que tout à fait artificielle, la notion révolutionnaire et destructrice d’Etat-nation (et là, je rejoins tout à fait votre dernier point sur les langues et les cultures de France), force est de constater que le peuple se retourne vers ce que devrait représenter le Roi, l’unité et la pérennité. Encore faut-il qu’il en soit capable, ce dont on peut bien sûr douter dans le cas de la Belgique.
    Enfin, la disparition des vieux pays d’Europe fera les affaires de l’UE au détriment des peuples, de leur histoire et de leur culture. On le sait trop bien. Et commencer cette explosion des pays par celui qui en a le plus de légitimité est une ruse bien connue. Et si l’on accepte cette division de la Belgique, que pourra t-on dire quand il en sera de même en France sur d’autres critères qu’historiques ou linguistiques? Sauver l’unité de la Belgique pour sauver les autres pays d’Europe? Là est la question. Lahire]

  4. Ah qu’il est si doux à mon oreille ce cri de “Vive le roi”.
    Vivement qu’on l’entende un jour en France !

  5. Tout ceci parait un peu contradictoire :
    crier Vive le Roi, et Vivre l’Etat-Nation rappelle la Fête de la Fédération du 14 juillet 1790 qui consacra l’effacement du Roi, le souverain de droit divin, au profit du peuple ”souverain”, le nouveau roi peuple. Si le peuple flamand décide de reprendre ses billes, et se retire d’un jeu belge dans lequel il a peu gagné, car les règles furent longtemps wallonnes , n’est-il pas souverain ?
    La France a affronté ces difficultés par rapport à ses colonies, après les avoir niées en France, lorsqu’il fut interdit aux enfants de l’école républicaine de garder leurs langues (et leur catholicisme) ancestrales.
    Jean Ousset a très bien défini ces concepts dans ”Patrie, Etat, Nation”. Il en ressort que l’Etat Nation n’est pas la Patrie, et que la Nation n’est qu’une projection idéologique.
    [Tout à fait! vous étayez ainsi ce que j’écrivais quelques ligne plus haut : “menacées dans leur principe même si elles se sont éloignées de leur fondement”. Lahire]

  6. L’Europe c’est, et ce sera la paix, dit-on…
    Mais l’Histoire a prouvé que la balkanisation est un facteur de guerre.
    La balkanisation en régions de l’Europe pour en faire une “terre de paix” est donc un mythe totalement découplé du réel, un mythe mortifère.

  7. Une question un peu décalée concernant le Roi des Belges : Que va-t-il devenir institutionnellement parlant si la Belgique éclate? Car il ne s’agirait alors pas d’une évolution du régime politique belge vers une république mettrant la famille royale “entre parenthèses” pour au moins des décennies, mais bel et bien de la véritable dissolution d’un Etat…

  8. La vraie nation, c’est la nation flamande avec 1) un territoire 2) une langue 3) une identité 4) une culture.
    Mentionner le maitre-ouvrage de Ousset “Patrie Nation Etat” s’impose en effet : ” comme l’indique l’étymologie la patrie c’est un SOL, un territoire un dessin sur une carte. Comme l’a dit à peu près Péguy, elle est cette quantité de terre où l’on peut parler une LANGUE, où peuvent régner des MOEURS, un ESPRIT, une AME, un CULTE. Elle est cette portion de terre où une âme peut respirer et où un PEUPLE peut ne pas mourir ” (p. 9). “La nation est la succession des hommes de la patrie dans le passé et l’avenir autant que dans l’instant” (p. 11). Plus loin Jean Ousset précise que “l’ETAT n’est pas essentiel à toute PATRIE ou NATION ” (p. 13).
    La séparation des Flamands et des Wallons ne nuit pas à l’idée de nation : tout au contraire, c’est le respect de l’idée authentique de nation (L’Etat Belge est artificiel, cela a été assez dit dans les commentaires).

  9. En tant que Breton, comment voulez vous que je reconnaisse comme légitime un état français digne héritier des coupeurs de têtes ? Moi aussi je suis prêt à crier vive le Roi si celui-ci reconnaît les libertés bretonnes de 1788. Il existe en effet un danger que l’UE s’appuie sur les régions contre les Etats Nations, mais encore faudrait-il que nous chrétiens dénoncions sans ambiguité le droit des régions de France à user de plus d’autonomie en vertu du principe de subsidiarité prôné par l’Eglise. C’est la France d’après 1789 qui a déchristianisé et débretonisé la Bretagne : et ce sont deux mals objectifs.

  10. Je trouve que d’un point de vue français l’éclatement de la Belgique, entité artificielle qui ne date que de 1830, serait tout bénéfice, et permettrait à notre pays de revenir au Nord aux frontières de 1813!car j’espére que nos gouvernants donneraient suite aux revendications rattachistes et que la Wallonie- avec Bruxelles mais sans l’arrondissement BHV et les communes à facilités que nous laisserions à la Flandre indépendante, il faut savoir se montrer magnanime-deviendrait française (il faudrait juste établir un couloir entre Bruxelles et le reste de la Wallonie, mais çà ne devrait pas être difficile à négoçier en faisant un petit échange de territoires);l’Allemagne gagnant le canton
    d’Eupen (germanophone), la Flandre pouvant enfin “voler de ses propres ailes”, ce ne serait que bénéfice pour les nations européennes; Albert II n’aura qu’à aller prendre une retraite dorée à Londres, à Madère ou aux Bahamas….
    Quant au statut de capitale européenne de Bruxelles devenue française, serait-il à revoir? ne serait-ce pas l’occasion de remettre à plat la “construction européenne” telle qu’elle se déroule depuis 50 ans et de promouvoir -il n’est jamais trop tard pour bien faire-une Europe des nations ?

  11. Si les vieilles nations européennes ne tiennent plus que par leurs états (c’est à dire leurs services administratifs), c’est bien parce que l’Etat ne peut suffire à définir et à faire perdurer une nation. Il y faut une tradition, chose que l’Etat abhorre, …sauf lorsqu’il s’agit de renforcer son rôle au détriment du principe de subsidiarité, et de la dignité et responsabilité que préconise la DSE.
    La France est déjà éclatée : son ETAT n’incarne plus l’unité, la tradition , le sens des valeurs chrétiennes, et cela démontre que l’Etat moderne ne peut assurer la survie des nations en tant que peuples charnels et enracinés. Mais qu’au contraire, il hâte la fin des peuples, qu’il souhaite ardemment, pour les remplacer par des assujettis aux droits de l’homme, fédéralisme européen, et autres constructions de l’esprit.
    La Belgique vit le même.

  12. Vos commentaires sont très sophistiqués mais je crains que la réalité est plus simple. La colonne vertébrale de la Belgique était le religion catholique qui réunissait Wallons et Flamands. Enlevez la religion catholique, et la Belgique tombe ….

  13. Bien que je sois de tendance royaliste (non pas monarchiste au sens étymologique), je pense qu’un Président chrétien vaut mieux qu’un Roi qui mène son pays dans la décadence.
    Cela dit, je pense que les peuples qui se sont proclamés rapidement adultes devraient regarder leur condition : ils vont selon le vent et quand leurs dirigeants sont des girouettes, ils tournent très vite sur eux-même. Parfois, ça donne des derviches tourneurs et une islamisation et dhimmitude galopantes.
    Un roi c’était considéré comme infantilisant (et certes, il y a eu des abus), mais que dire de l’abus de tv et de la soumission à la pensée médiatique et unique ? Les peuples ne sont pas devenus plus adultes en décidant de leur destin toutes les 2 semaines. Ils croient en leur conscience civique tronquée…
    Est-ce plus légitime ? Oui, mais quelles conséquences… Parfois, il vaut mieux des gardes-fous et la royauté (tant décriée et dénoncée via d’énormes mensonges) en était un.

  14. Mouais…
    La Belgique est un royaume, certes… Mais un royaume de pacotilles. Désolé de faire de la peine à nos amis monarchistes, mais un roi ne fait pas tout.
    Et quand on voit Albert II, on peut s’estimer heureux d’avoir Sarközy en France…
    L’Espagne, le Royaume Uni sont des pays représentés dignement par leur monarque. On ne peux vraiment pas en dire autant de la Belgique. La Belgique, c’est comme le Luxembourg, Monaco ou la République du Saugeais. C’est pinuts !
    La Belgique, c’est un truc artificiel basé sur rien de concret qui a été édifié parce que les Anglais ne souhaitaient pas laisser le port d’Anvers aux Français, car ils estimaient que cette ville représentaient un canon pointé sur leur île.
    Il y a en Europe des tas de pays qui n’ont aucune réalité culturelle, historique ou charnelle. La Belgique en est l’exemple le plus frappant.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]