Bannière Salon Beige

Partager cet article

Communisme

Viva Maduro ! Et pourquoi pas, tant qu’on y est, gloire à Castro et à Mao ?

Viva Maduro ! Et pourquoi pas, tant qu’on y est, gloire à Castro et à Mao ?

De Bernard Antony :

Coïncidence : au moment où je venais de prendre connaissance de la sortie en France du « Staline » du grand historien russe contemporain Oleg Khlevniuk (Gallimard, Folio Histoire), un de mes amis me téléphonait pour me confier sa grande tristesse de constater la dérive actuelle dans « nos milieux » d’une certaine admiration, non sans fondement, pour Poutine, en une sorte d’adulation-fascination entraînant une approbation quasi-inconditionnelle de tous les aspects de sa politique, tant sur le plan intérieur que sur celui de sa politique étrangère.

Il était, notamment, particulièrement choqué d’avoir écouté sur un média d’information « alternatif », après un encensement sans réserve et sans nuance de l’action du chef de la Russie, une prise de position dithyrambiquement favorable au dictateur vénézuélien Maduro.

Je ne lui ai rien dit de substantiellement différent sur la politique de Poutine de ce que j’ai déjà souvent exprimé par écrit dans Reconquête ou dans mes émissions de radio, et tout au long de mon action pour la vérité sur cent ans de crimes et de génocides communistes.

Néanmoins voici, un peu en vrac peut-être mais peut-être aussi avec une tonalité nouvelle, mes réponses ou remarques sur un certain nombre de points.

  • Sur Poutine, Trump, l’Amérique, l’Europe.

Je l’ai déjà dit, je ne suis pas un inconditionnel du brutal personnage tweetocratique de Donald Trump. Bien sûr, il a mieux valu qu’il soit élu plutôt que sa concurrente idéologiquement détestable, Hillary Clinton. Cela dit, que d’erreurs funestes, encore et toujours, dans la politique américaine du Proche à l’Extrême-Orient.

Certes, ce n’était pas alors du fait de Trump mais la politique américaine au long des années, en Iran (criminelle élimination du Shah), puis au Koweït et en Irak, a été catastrophique pour le monde. Enfin, après la chute du Mur, et la résurrection de la Russie, c’était évidemment une politique d’amitié avec cette dernière qu’auraient dû mener les pays occidentaux. Or, imbécilement, à l’OTAN sous direction américaine, on a cru bon de continuer à mener une stratégie vis-à-vis de la Russie comme s’il s’agissait toujours de l’URSS ; alors que s’était effondré le Pacte de Varsovie.

  • Après l’époque d’Eltsine et de Gorbatchev, Poutine, intelligent, méthodique, stratège avisé, a d’abord œuvré à reconstruire la Russie. S’appuyant sur la principale force préservée de l’effondrement de l’URSS : le KGB (aujourd’hui FSB). Le FSB est bien plus qu’un service secret d’espionnage et de contre-espionnage, ou qu’une police de surveillance intérieure. Il est aussi une force militaire et un empire économique, et un centre de formation des élites soviétiques, un État dans l’État. Poutine est lui-même un pur (et brillant) produit du KGB. Tout comme le patriarche de Moscou, Kyrill.
  • Sur le plan des rapports des deux hommes, c’est-à-dire du pouvoir politique et de l’Église actuelle, c’est sans doute le cas le plus frappant de résurgence d’une sorte de « césaropapisme ». Rappelons qu’on qualifie de césaropapistes les systèmes politiques et religieux dans lesquels les monarques interviennent directement dans la direction des affaires religieuses (et même à certaines époques dans la théologie). Contentons-nous d’évoquer sur ce point l’empereur Constantin, et aussi Charlemagne et encore l’histoire des empereurs byzantins, et encore l’anglicanisme et même le gallicanisme.
  • Au moment de l’annexion de la Crimée, Kyrill avait émis des velléités chrétiennes de regret. Il fut vite sommé de ne pas persister dans cette attitude, ce qu’il ne fit pas.
    Verra-t-on aussi une sorte de césaropapisme renaissant en Ukraine ? Pour l’heure, le président Porochenko a suivi avec faveur et ferveur la proclamation à Kiev, après un concile d’unification, d’une Église orthodoxe séparée de Moscou et se constituant en Église autocéphale rattachée au patriarcat oecuménique de Constantinople.
  • La nouvelle Église regroupe ainsi l’Église orthodoxe de Kiev, créée en 1991, un certain nombre de monastères et paroisses de l’Église ukrainienne du patriarcat de Moscou, enfin une petite Église autocéphale créée au XX° siècle dans la diaspora américaine.
  • Après avoir remusclé la nation russe, Poutine poursuit à l’évidence une œuvre de reconstruction impériale. En 2009, n’avait-il pas résumé ainsi son credo : « La chute de l’URSS a été la plus grande catastrophe géopolitique du siècle », ajoutant peu après : « Celui qui ne regrette pas la chute de l’Union Soviétique n’a pas de cœur. Et celui qui veut la reconstituer n’a pas de cerveau ». Mais Poutine a du cerveau. Et peut-être du cerveau de bon joueur d’échecs kagébiste pour tenir des propos à des fins de dissimulation des actes ? Après tout, qu’importe le sigle URSS si sa réalité se reconstitue grandement sous l’apparence Russe ? Chaque année Poutine ne va-t-il pas à la Loubianka pour honorer avec les anciens la mémoire de Dzerjinski, le démoniaque fondateur de la Tchéka continuée en Guépéou, NKVD, KGB, FSB enfin ?
  • N’a-t-il pas signé un oukase de rétablissement de la « direction politico-militaire », organe de surveillance idéologique de l’armée, de sinistre mémoire stalinienne, dissoute en 1991 ?
  • Surtout, alors que son mausolée et des milliers de statues – très peu ayant été déboulonnées après 1991 – perpétuent la mémoire de Lénine, lui Poutine, ces dernières années, de plus en plus, ne s’est-il pas attaché à encourager le révisionnisme philo-stalinien, réhabilitant celui qui, avec Hitler, et Mao, est dans l’équipe de tête des plus grands criminels de l’histoire. En quoi il est bon que soit parue la biographie d’Oleg Khlevniuk.
  • Bien sûr, Poutine, qui n’est pas fou, ne veut certainement pas faire retrouver au peuple russe les affres du modèle soviétique, de sa tchéka, de sa Loubianka, de son goulag, des grandes purges, des exterminations des koulaks et de l’Holodomor, le génocide par la faim.
  • Bien sûr, il ne veut pas faire table rase de la mémoire de Soljenitsyne. Mais il veut néanmoins, à des fins nationalistes et impérialistes, que soit repris et continué le culte de Staline. Avec le grand mensonge de « la grande guerre patriotique » ; comme si la victoire soviétique de 1945 n’avait pas été due aussi à l’immense soutien logistique américain. Avec le mémoricide de l’alliance criminelle de Hitler et de Staline, du dépeçage conjoint de la Pologne et de l’invasion des pays baltes et de la Finlande.
  • Bien sûr, il a évité en Syrie, avec l’alliance iranienne, la victoire de l’État islamique. Et ce n’est pas rien. Mais le voilà désormais allié de la Turquie islamiste d’Erdogan qui fut, comme l’Arabie Saoudite, pourvoyeuse en hommes, en armes, en moyens de cet État.
  • Et saurait-on oublier que c’est la Syrie qui, durant des années, a exercé sa terreur sur le Liban ? Relayée aujourd’hui par le Hezbollah, organisation libanaise islamiste chiite à encadrement iranien ?
  • Il y a incontestablement des aspects très séduisants dans la Russie poutinienne. Néanmoins, l’esprit de démesure, l’hubris peut envahir aussi le cerveau de Poutine. La Russie, malgré son immense territoire, est-elle trop petite qu’il lui faille encore grignoter des bouts de Géorgie et rêver peut-être d’une nouvelle conquête de l’Ukraine ? Au mépris de l’immense majorité des Ukrainiens qui ont gardé la mémoire de l’éradication de leur culture cosaque, de l’écrasement de leur armée par le tsar Pierre I°, de leur dépeçage partagé avec les Tatars de Crimée et l’empire ottoman ; de la suppression de toutes les 870 écoles ukrainiennes fonctionnant en 1740 ? Au mépris du génocide ? Au mépris de l’anéantissement de l’Église catholique uniate ?
  • Russie, Ukraine : une seule nation ? En effet, comme celle formée par l’Angleterre et l’Irlande !
    Les fautes lourdes de l’Amérique, de l’OTAN, de l’Eurocrassie, ne justifient pas d’être aveugle devant les dangers d’évolution de l’immense Russie vers des formes néo-soviétoïdes.
  • Celle-ci devrait plutôt se soucier de l’immense péril qui pèse sur elle avec une Chine économiquement bien plus puissante, six fois plus peuplée, avec une armée chaque jour plus sophistiquée. Alliée ? Certes. Pour le moment.

Venons-en à Maduro.

Que certains, qui ne sont pas des populistes de gauche, le soutiennent avec un emportement plus que mélenchonien, est tout de même affligeant. C’est vouloir se faire plus poutiniste que Poutine ! Car pas plus que le Cuba de Castro, le Venezuela de Maduro n’est pour Poutine, qui n’est pas idiot, un pays frère. La Russie n’a aucun intérêt à manifester une convergence idéologique avec ces pays archéo-bolcheviques qui, comme tous les autres de leur modèle, n’ont réalisé que des catastrophes et sur le plan économique et social et sur celui des libertés. Ne voilà-t-il pas d’ailleurs qu’aujourd’hui même, le régime cubain s’avise de procéder à un référendum assuré d’une totale approbation pour rétablir enfin quelques droits à la propriété privée abolie depuis les années 1960 ? Seul moyen pour un peu moins de misère !

Tout simplement, la Russie soutient Maduro, tout comme d’ailleurs la Chine et l’Iran, à la fois pour des raisons pétrolières et pour celles de leur rivalité avec les États-Unis.

Maduro se proclame bolivarien comme presque tous les dictateurs là-bas.

Il est le successeur de Chavez, qui fut ardemment soutenu par Fidel Castro comme par les sandinistes au Nicaragua et tous les mouvements marxistes-léninistes du continent.

Il ne lui manque que quelques témoignages d’affection de François comme ce dernier en a donné aux frères Castro. Mais il a réussi à faire mieux que Chavez, à ruiner le pays plus radicalement et plus vite. On connaît l’histoire qui se racontait jadis dans les pays communistes : si le communisme s’installait au Sahara, il y aurait bientôt pénurie de sable de Tamanrasset à Tombouctou.

Maduro réalise cela avec le pétrole de son pays qui constitue les plus importantes réserves mondiales. Le pays est non seulement ruiné mais connaît la pénurie des produits de base, s’installe dans la disette. Quatre millions de personnes ont fui vers les pays frontaliers (Brésil, Colombie, Guyane). Plusieurs centaines de manifestants du désespoir ont été abattus au cours des trois dernières années. Bien sûr, notre inénarrable Macron, qui revendique le droit d’ingérence dans ce pays, est ridicule ! La France y enverra-t-elle une flotte de secours ? En revanche, on ne peut que sourire devant les madurophiles, mélenchoniens et autres qui dénoncent moralistement l’ingérence étasunienne.

Comme si le bolivarisme, le socialisme, le communisme de toutes les internationales n’étaient pas par nature des idéologies de l’ingérence ?

Et certes les États-Unis, comme l’Angleterre jadis, ne se sont pas abstenus de s’ingérer et quelquefois, hélas, désastreusement. Mais la Chine et l’URSS hier, et la Russie aujourd’hui, se sont-elles privées de toute politique d’ingérence ?

Et pour être honnête, non seulement notre Napoléon, mais la plupart de nos rois n’ont-ils pas quelque peu mené aussi des politiques d’ingérence ? Et nos chouans justement révoltés ne réclamaient-ils pas le secours et l’ingérence de l’Angleterre (désastreuse hélas à Quiberon) et des autres monarchies ?

Si les États-Unis, si contestables soient par ailleurs ses politiques, vont au secours, et pas seuls dans la région, du peuple vénézuélien, affamé et opprimé par la dictature d’un chavo-castriste au demeurant totalement paranoïaque et mégalomane, ce n’est pas le principal reproche qu’on pourrait leur faire.

Vous savez le rôle que le Salon Beige joue chaque jour dans la lutte contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme; vous connaissez notre pugnacité à combattre chaque jour contre l’avortement, l’euthanasie, le mariage pour tous, la PMA, la GPA et toutes les dérives libertaires.

Le Salon Beige ne remplace pas votre rôle dans ces combats, il les facilite, les accompagne et les stimule<;

S'il vous plaît, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

9 commentaires

  1. C’est dit et bien dit ! Tout ce que je pense avec tristesse du ton général des informations de “TV liberté”… Merci Mr Antony.

  2. On va mettre cela sur le compte du fait que Bernard Antony appartienne à une autre génération, mais c’est affligeant… Encore une fois, c’est dingue de voir comment l’idéologie (contre une autre qui n’existe plus…) rend con à ce point…
    D’abord, la forme politique du marxisme, le marxisme-léninisme, est mort et enterré depuis 1991 avec le Pacte de Varsovie et l’URSS, on ne la regrettera pas, mais les choses ont bien évolué depuis 30 ans…
    La réalité de la géopolitique mondiale étant ce qu’elle est, nombre de pays ou de régimes hier ennemis sont devenus aujourd’hui des alliés de fait contre le seul véritable impérialisme qui entend soumettre la planète sous son contrôle, l’impérialisme Américano-sioniste, seul maître, pour l’instant, de l’échiquier mondial, et dont les autres acteurs (“islamistes” Wahabites ou “néo-nazis” Ukrainiens notamment…) ne sont rien d’autre chose que des sous-produits et des jouets…
    A ce titre, oui je préfère de loin la Sainte Russie (qu’elle ai été Stalinienne ou Poutinienne, avec son KGB, son GRU, sa Loubianka etc…), l’Iran chiite (héritière du grand empire Perse, le shah ayant été lâché par les USA, c’est de leur faute !), la Chine rouge (qui a renoué avec la longue tradition confucéenne depuis la mort de Mao qu’on ne regrettera pas…) , la Corée du Nord (avec son folklore très moscovite…) et le Venezuela Chaviste (et Cuba bien entendu), que la tyrannie que les Rothschild et Rokefeller exercent sur le monde soumis à travers Israël, le Royaume-Uni et les USA, ce qu’Alain Soral appelle très justement “l’Empire”… (oups, ce nom que je n’aurais jamais du citer tant il évoque l’hydre de la peste rouge-brune et du national-bolchevisme…) De surcroît, il faut vraiment être naïf ou juste survoler les dossiers pour ne pas voir que les idéologies apparentes de ces Etats ne sont que des façades, des fantômes d’un passé révolu, derrière lesquelles se perpétuent en réalité les traditions de la longue durée historique…
    Donc si l’objectif de notre ami Bernard est sur tous les théâtres mondiaux de nous tirer une balle dans le pied pour servir les intérêts de la Synagogue, donc de l’Empire, donc des pires ennemis de la Chrétienté, eh bien qu’il change le nom de son association et qu’il aille prendre ses directives directement à la Maison mère à Tel Aviv ; que les choses soient dites et qu’elles soient claires : on ne va pas dire Bernard Antony et BHL même combat car j’ai encore le sens de la nuance, mais on en est pas loin… Non, les nationalistes français ne serviront jamais les intérêts de la Synagogue, ni avec Bernard Antony, ni avec Eric Zemmour ou les autres sous-produits du sionisme qui pullulent sur les plateaux des grands médias…
    Les temps ont changé Bernard, le communisme à l’Est et la guerre froide c’est fini !

    • Toujours bizarres, vos commentaires !!

      Comme si vous appreniez quoi que ce soit à Antony =. Votre dernière phrase : “les temps ont changé Bernard, le communisme à l’Est et la guerre froide c’est fini !” en dit long. Comme si Bernard” ne le disait pas, cela,… régulièrement !!!

      Et entre, nous.. “oui je préfère de loin la Sainte Russie (qu’elle ai été Stalinienne ou Poutinienne, avec son KGB, son GRU, sa Loubianka etc…), l’Iran chiite “etc

      je préfère ni l’un ni l’autre… on n’est pas obligé de choisir un camp pourri !!!!

      • Vous êtes libre de ne pas choisir à titre personnel, mais la realpolitik impose de fait pour un homme d’Etat de faire des choix en fonctions de ses intérêts bien compris, et non en fonction de lubies idéologiques ou de considérations purement morales.
        D’ailleurs, en terme de moralisme, BA devrait aussi balayer devant sa porte pour avoir soutenu nombre de dictatures “de droite” dès lors qu’elles étaient anti-communistes, sponsorisées par la CIA, et pas des plus recommandables : Vietnam-Sud, Chili, Argentine, Grèce des colonels, etc… Ce qui en soit ne me choque pas dès lors que c’est assumé et qu’on ne pratique pas ensuite d’inversion accusatoire vis à vis de dictatures “de gauche”…

  3. Oui Ludo 72, vous avez bien flairê qui etait Bernard Antony , un vrai faux catho … Toujours resté dans son ancienne religion .
    Son exposê demarre bien et il reste assez objectif sur Trump et pour cause mais dés qu il aborde Poutine, il se fourvoye complétement et en filigrane, on devine une critique, celle de Poutine, trop ami des Syriens et des Turques, sous-entendu pas celui d Israël dont il se moque bien, alors que les Israéliens essayent de lui mettre la pression sans vraiment y arriver. Ce qu ils ont réussi avec les Americains et les Européens, c est un échec patent avec les Russes.
    A son crédit, il est le premier à parler de l Holodomor ; pour résumer c est la création d’une famine , sur ordre de Moscou en 1932, donc de Staline, qui a utilisé une certaine communautê pour voler, spolier, mettre dehors de chez eux et finalement assassiner 6 à7 millions de chretiens uniates Ukrainiens. Et on se demande maintenant pourquoi, la place Madiran de Kiev , lors des manifs , etait pleine de gens de l extrême droite ( avec BHL au milieu ; c était assez incongru), avec un tel passé… Mais la Russie d aujourd’hui, n est plus l URSS d autrefois , même si Poutine vient de se systeme , son but est de redonner la splendeur d antan à son pays : la sainte Russie . Apres ? d aprés Jeanne Smith, Poutine s’est entouré de gnostiques mais l Église orthodoxe est encore suffisamment puissante pour contrebalancer cette engeance , qui se diffuse en Europe et en Russie. Comme l Occident, Antony aimerait tant que la Sainte Russie devienne aussi le vassal d Israël mais tant que Poutine reste aux commandes, on est tranquille. C est pour cela, qu inconsciemment, de nombreux Français admirent Poutine , parce qu il veut retrouver un pays tourné vers sa tradition spirituelle, qui conditionne cette civilisation et qu il agit en toute indépendance vis à vis d Israël.

  4. Merci cher Bernard Antony de votre analyse si originale. C’est comme si vous aviez usé d’un drone de science fiction pour survoler le siècle passé: on voit tout très bien, ce qui permet de préférer ceci ou cela en toute connaissance de cause. Bravo et merci.

  5. Et pour enfoncer le clou, on ne peut pas d’un côté dénoncer à juste titre la décadence du monde occidental, et de l’autre d’en soutenir tous les principaux acteurs planétaires que ce soit le monde Anglo-américain, le sionisme international et tous les écrans interposés qu’ils soutiennent sur tous les théâtres de conflits mondiaux, dont l’ensemble constitue le même impérialisme planétaire, et dont le but final est purement religieux : l’arrivée du Messie d’Israël, autrement dit pour nous de l’Antéchrist…
    De plus, ses idées ne s’articulent même pas autour d’un schéma dialectique cohérent, si bien qu’on peut parfaitement lui appliquer la célèbre maxime attribuée à Bossuet : “Dieu se rit des hommes”… “qui se lamentent des conséquences”…”dont ils chérissent les causes”…
    En tout état de cause, entre le nationalisme intégral et BHL, il va falloir choisir…

  6. “Si les États-Unis… vont au secours … du peuple vénézuélien, affamé et opprimé par la dictature d’un chavo-castriste”. Vision propagandiste de la réalité. En fait c’est le blocus imposé par les Etats Unis qui créé la famine au Vénézuela. les Etats Unis créent le problème et cherchent à se positionner en pourvoyeur de solution! En clair, ils utilisent le peuple vénézuélien en l’affamant, pour renverser le président élu! Cela équivaut à une guerre avec balles réelles. Et vous qui lisez ce commentaire, si un pays vous affamait, et vous disait : si vous votez bien, je vous donnerai à manger! Qu’auriez vous envie de faire? Dire merci ?

  7. maduro fait tirer à balles réelles sur lles opposants!
    luc ferry, l’ex ministre de “droite” réclame (et il n’est pas le seul) la même fermeté en france!

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services