Vitrification des ovocytes pour avoir un enfant quand on veut

Le Collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF) souhaite autoriser la vitrification des ovocytes pour les femmes qui feraient le choix d'avoir des enfants plus tard.
Déjà autorisée avant un traitement stérilisant, cette conservation pourrait permettre de programmer une grossesse plus tard, après la fin de la fertilité féminine. La loi actuelle ne permet pas le recours à cette technique. 

Le risque est d'encourager les grossesses tardives qui majorent les complications pour la mère et l'enfant, notamment après 45 ans. Par ailleurs, la conservation des ovocytes pour les femmes de plus de 40 ans n'offre en rien la certitude d'une grossesse. Une récente étude étrangère souligne que, dans le meilleur des cas, le taux de naissances est de 62%.

Sur ce sujet, on pourra relire ce texte de Pierre-Olivier Arduin sur le piège de la virtification des ovocytes :

"il y a fort à parier que cette
technique sera revendiquée pour congeler aussi bien des embryons que
des gamètes féminins et qu’elle ne changera strictement rien quant au respect de la dignité de l’être humain conçu in vitro. Pire, ce procédé ne pourra qu’aggraver les transgressions déjà à l’œuvre. Il y a un an, nous avions mis en garde contre un possible détournement
de la vitrification pour pallier la pénurie chronique du don
d’ovocytes. Avec la possibilité de constituer un surstock d’ovocytes,
nous disions que les femmes engagées dans un parcours classique
d’AMP se verraient « encourager » à donner une ou plusieurs de leurs
précieuses cellules.
Car ce qui freine aujourd’hui la filière
du don d’ovocytes est la pénibilité de leur recueil, qui plus est non
dépourvue de complications médicales. […] la vitrification étant une aubaine pour relancer l’AMP avec donneuse d’ovocyte"

L'instruction doctrinale Dignitas personæ disait en son n°20 :

«Dans le but de résoudre les graves
problèmes éthiques posés par la cryoconservation d’embryons, on a
proposé, dans le cadre des techniques de fécondation in vitro,
de congeler les ovocytes. Une fois prélevé un nombre conséquent
d’ovocytes en prévision de plusieurs cycles de procréation artificielle,
on féconde uniquement ceux qui sont transférés dans l’utérus de la
mère ; les autres sont alors congelés pour être éventuellement fécondés
et transférés en cas d’insuccès de la première tentative. Sur
ce point, il convient de préciser que la cryoconservation des ovocytes
en vue de procéder à une procréation artificielle doit être considérée
comme moralement inacceptable
».

7 réflexions au sujet de « Vitrification des ovocytes pour avoir un enfant quand on veut »

  1. Pitch

    “la cryoconservation des ovocytes en vue de procéder à une procréation artificielle doit être considérée comme moralement inacceptable”.
    Naturellement, puisque la procréation artificielle est elle-même prohibée par l’Eglise.
    En revanche, en appliquant le raisonnement inverse, on comprend dans ce texte que cette conservation par le froid des ovocytes serait autorisée pour un autre usage… ?

Laisser un commentaire