Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société / Médias : Désinformation

Violences de Bertrand Cantat : On attend la réaction des Inrockuptibles

IL'un des membres de Noir Desir a témoigné anonymement dans le Point dénonçant l'omerta autour du musicien:

«Kristina m'a vu et elle m'a demandé, à moi et à tous les autres membres du groupe, de cacher ce que l'on savait. Elle ne voulait pas que ses enfants sachent que leur père était un homme violent. Je savais qu'il avait frappé la femme avec qui il était avant Kristina. Je savais qu'il avait tenté d'étrangler sa petite amie, en 1989. Je savais qu'il avait frappé Kristina. Mais, ce jour-là, nous avons tous décidé de mentir. Nous étions tous sous son emprise. Et nous pensions qu'il se soignerait.»

Un journaliste confirme :

«Beaucoup de gens dans le milieu bordelais savaient que Kristina avait été battue avant l'affaire Vilnius, mais ils se sont tus.»

À sa sortie de prison, seulement trois ans et demi plus tard, il s'installe avec sa femme et leurs deux enfants dans une «relation libre». Il continue de se montrer menaçant envers elle, après avoir appris qu'elle voyait un autre homme, François Saubadu. Elle quitte Bertrand Cantat mais revient presque aussitôt vers lui, comme aimantée.

Il y a quelques semaines, le magazine libertaire Les Inrockuptibles avait consacré un numéro au chanteur. Suite à l'afflux de réactions, la rédaction avait ensuite justifié :

"[…] Des questions qui se posent naturellement aujourd’hui furent déjà soulevées. Cantat avait-t-il le droit, après avoir tué Marie Trintignant de ses poings, à une vie publique ? Comment dissocier l’homme de l’artiste, et faut-il le faire ? En tant que journalistes, nous sommes là pour poser ces questions. Et la question que soulevait notre article consacré à Bertrand Cantat est : pourquoi et comment faire de la musique quand on a tué une femme ? Une question bien trop vertigineuse pour appeler une seule et même réponse. Une question qui, pour certains, ne mérite même pas d’être posée, qui pour d’autres suscite encore des interrogations. Le débat qui suit d’ailleurs la publication de notre interview est là pour le rappeler : rien n’est si simplement simple, rien n’est si simplement compliqué. Ce débat a largement dépassé Les Inrockuptibles. Il est désormais repris par les médias, et notamment au travers de la question de la réinsertion. Des représentants de l’Etat se sont exprimés, des citoyens, des juges aussi, dont celui qui a décidé de la libération de Bertrand Cantat."

Les journalistes des Inrockuptibles faisaient-ils partie de ceux qui savaient que Bertrand Cantat est resté un homme violent envers les femmes ?

Partager cet article

14 commentaires

  1. Violent, et lâche en plus.
    Et trois ans et demi de prison pour ce meurtre, c’est clairement une honte. La vie ne vaut décidément pas cher, dans ce pays.

  2. Il a deux morts sur la conscience: la femme qu’il a tué à coup de poings et la femme qui s’est suicidée, traumatisée par ses violences répétitives. Et les deux enfants de cette dernière, blessés à jamais. Je dis qu’il y a certaines personnes qui ne méritent pas de vivre et que la peine de mort avait du bon.

  3. Oui, Florian78, je vous rejoins dans tout ce que vous dites!
    De plus, au début de cette tragique affaire relative à l’assassinat de Marie Trintignan, il ne nous a pas été dit que cet homme l’avait tué de 39 coups de poing dans la tête…
    C’est sidérant.
    Au minimum, il devrait rentrer dans l’anonymat et faire “profil bas…”
    Vous imaginez le chagrin des enfants et de la famille de Marie Trintignan qui en plus d’avoir perdu une maman ou une fille ou une amie dans des conditions extrêmement violentes, doivent en plus supporter les états d’âme publiques de ce meurtrier. C’est indécent. Cela me fait de la peine pour ces gens. Comment peuvent-ils s’apaiser avec le temps?!
    Cet homme est un nuisible qui sème le trouble et le malheur autour de lui : pour preuve, sa femme qui s’est suicidée ensuite. Et qui manifestement était devenue dépendante affective.
    Je ne sais pas comment on appelle cette catégorie d’hommes : qui séduit et qui détruit l’objet de sa séduction… à répétition.
    C’est une tragédie et ce genre de relations morbides entre homme et femme ne sont pas des modèles à imiter. Ce ne sont pas des modèles d’équilibre… c’est une forme d’esclavage puisqu’ils y perdent leur dignité et leur discernement.
    C’est le moins que l’on puisse affirmer.

  4. Les Inrocks… Je me souviens d’un article sur le SB au moment des élections présidentielles, toutes les voix de ces messieurs-dames sont allées à la gauche, aucune au centre ou à droite !
    Si j’avais une baguette magique, ce … de Cantat se retrouverait illico dans une cellule en Lithuanie (le pays où a eu lieu le meurtre je crois ?), pour 20 ans.
    Il y a encore des pays où ce genre de baguette magique existe : ça s’appelle la justice et le droit.

  5. Tiens, tiens, quand il s’agit de leurs petits protégés gauchistes, ils sont là “pour se poser des questions”…que ne font-ils preuve de la même impartialité, ou tout au moins, de la même capacité à s’interroger sans jeter des pierres, face à leurs adversaires sur d’autres sujets brûlants? (mariage homo, trans, j’en passe et des meilleures…)…Tartuffes un jour, tartuffes toujours…

  6. @Patricia:
    vous posez la question “Je ne sais pas comment on appelle cette catégorie d’hommes : qui séduit et qui détruit l’objet de sa séduction… à répétition”
    La réponse est à mon avis dans le titre même de son groupe “Noir Désir”…
    On est pas loin du Malin

  7. A Joseph.
    Je suis de votre avis.
    Il faut rétablir la peine de mort pour certains cas bien défini.
    Nos rois, jadis, n’avaient pas d’état d’âme à ce sujet.
    Ici, je pense au roi St-Louis qui rendait la justice sous son chêne à Vincennes, apprenait-on dans nos petits livres d’Histoire, dans ma jeunesse… avec une image représentant ce bon roi dans l’exercice de l’une de ses charges régaliennes.
    Bref, la peine de mort est nécessaire pour certaines catégories de criminels endurcis ou irrécupérables ; ils sont des dangers pour les autres.
    Ils peuvent ainsi continuer leurs exactions indéfiniment… surtout maintenant où toutes “les valeurs” sont inversées. Sans oublier “le tout psychologisant” dont les gauchistes tous azimuts font leur délice. Mon Dieu qu’ils sont bêtes!… çà fait du bien de le dire de temps à autres.
    Je pense en premier aux victimes et à leurs familles qui sont tant bafouées maintenant.
    Il va falloir approfondir ce que l’on nomme : ORDO CARITAS.
    C’est un Polonais qui m’a appris cette réalité et, auparavant, seul en France M. Jean-Marie Le Pen… en parlait encore!
    Il nous faut remettre énergiquement ou dit-on encore, d’une manière virile, de l’ordre dans la Maison France et bien sérier les priorités.
    Et il faut arrêter avec les états d’âme… cela n’a rien à voir avec la réelle compassion où il n’est pas défendu d’y mettre aussi de l’intelligence ; l’intelligence de la vie.

  8. Pervers narcissique, mais à ce point, c’est plutôt psychopathe… C’est à l’asile qu’il devrait être.

  9. Une crapule mais seul le Seigneur jugera. Mais que les gauchistes cessent de donner des leçons !

  10. C’est pas très “charlie” de dire du mal d’une belle conscience de gauche. Souvenez-vous plutôt de ses chansons à texte: “FN (=) souffrance / on est bien en France…” Comment voulez-vous que les merdias disent du mal d’un type qui dit des paroles aussi “humanistes”. Qu’il fracasse le crâne de sa compagne, c’est pas grave, il a le mérite de cracher sur l’extreeme droiiite !!!

  11. Merci Benoît, c’est aussi ce que je pense… il y a ici, dans toute cette histoire qui n’en finit pas, quelque chose qui est du Malin. On a tendance de nos jours à penser psychologie… mais ici, il y a autre chose d’un autre ordre qui entre en résonnance avec cette société en voie de pourriture avancée.
    Excusez-moi les détails de la description…
    Les gens doivent à nouveau considérer que les forces du mal agissent dans notre monde et que tout n’est pas psychologique, loin de là!
    Dans d’autres civilisations, on parle encore de cette réalité subtile qui tend à être occultée en Occident car c’est devenue “incorrect” voire considérée comme des restes de superstitions, d’un autre âge.

  12. hummm la personne morte sous ses coups n’est elle pas la même qui déclamait “saloperie de français pourri” dans le film poubelle “prince du pacifique” ???

  13. Cet individu porte sur son visage tous les pulsions primitives et brutales qui l’habitent, et notre époque en fait une vedette !

  14. Hum! Cette pauvre Kristina qui a voulu le protéger en croyant protéger ses enfants était terrifiée par ce grand malade Cantat… Elle a envoyé ses enfants dormir ailleurs pour les protéger de la rage de leur père et au petit matin on la retrouvée pendue : meurtre ou suicide? L’entourage de Kristina est persuadé que Bertrand Cantat ( beau frére de Cécile Duflot) a assassiné Kristina et a déguisé le meutre en suicide…

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services