Vincent Peillon veut-il que les vacances en famille deviennent un casse-tête ?

Le ministre de l'Education nationale Vincent Peillon a préconisé aujourd'hui des vacances d'été d'une durée de six semaines réparties en deux zones.
Donc si une famille est dispersée entre différentes zones, ce qui arrive lorsque les aînés sont dans un lycée d'une autre région, ils ne pourront pas profiter des vacances ensemble.

Conscient du mécontentement que pourrait susciter cette réforme, Vincent Peillon assume :

«Il y a deux types de réformes : les faciles, qui voient par exemple la
création de nouveaux postes. Et les autres, plus difficiles, comme
celle des rythmes scolaires. Mais il faut être capable de s'atteler
collectivement à un sujet difficile».

Et la liberté scolaire, c'est pour quand ?

22 réflexions au sujet de « Vincent Peillon veut-il que les vacances en famille deviennent un casse-tête ? »

  1. Christophe HOREN

    On voit bien que V.Peillon n’a jamais travaillé “dans la vraie vie” où, à partir du mois de mars, les chefs de service s’arrachent les cheveux pour établir les plannings de congés de leurs collaborateurs en essayant de concilier les besoins de l’entreprise et les contraintes familiales de chacun. Sur 10 semaines, ce n’est déjà pas aisé, alors sur 6…
    Tous les français (et même d’ailleurs de moins en moins, n’est-ce pas M.Montebourg) ne travaillent pas dans l’industrie automobile qui ferme ses usines du 1 au 30/8

  2. C.B.

    Six semaines réparties en deux zones: j’imagine une zone 1er juillet-15 août, et une zone 14 juillet-31 août.
    Si les parents ont leurs vacances (usine qui ferme) du 1er au 31 août et des enfants en vacances jusqu’au 15 août, ils ne pourront avoir que quinze jours en famille.
    Mais il est vrai que la devise de ce gouvernement a de plus en plus l’air d’être “familles, je vous hais” (ou “la famille n’a plus de raison d’être”).

  3. coco

    Une fulgurante idée pour démolir un peu plus les familles!
    Quel dommage que ce crétin de gouvernement n’ai pas autant d’idées pour relancer la croissance économique et les emplois en France!
    Enfin… Une preuve de plus que la crise est volontairement provoquée par nos chers gouvernements européens!!!!!!

  4. Benoît

    à la remarque de C.B., pas de problème, le gouvernement est sur le dossier et fait en sorte que toutes les entreprises encore en France ferment définitivement. Comme çà, il n’y aura plus de problème.
    Comme le gouvernement veut l’égalité, il faut aussi mettre au chômage une partie de l’activité du tourisme. Ce sera le cas avec comme seule période de vacances commune 14/07 au 15/08, soit 2 fois moins de congés !
    Je crois vraiment que nous entrons dans une période trouble où nous n’aurons d’autre choix que de refuser d’obéir à des lois ou des décisions inacceptables !

  5. clarina

    Vous n’avez pas compris l’enjeu souterrain : concéder aux familles le minimum de temps avec leurs enfants, aussi bien en semaine que pendant les vacances, faire prendre en charge les enfants par les structures d’Etat dès deux ans, encourager toujours plus les “professionnels de l’enfance” à s’ingérer dans la vie de famille. Mr Peillon et Mme Taubira en bons révolutionnaires rousseauistes ne veulent-ils pas “arracher les enfants aux déterminismes familiaux, religieux et communautaristes?” Relisez la circulaire de ces deux sinistres personnages. C’est glaçant! Le 24 Mars il faut aussi manifester contre cela.
    Et tout cela sous couvert de vertueuses réformes pour le bien de l’enfant, l’équilibre des rythmes…Les mères au boulot, vite, vite, toujours plus, toujours plus. Les enfants seront élevés par Papa Peillon, on en fera des bons petits clones, récitant le catéchisme Droitdel’hommisme.

  6. zazie

    Casser la famille, nous savons que c’est l’objectif de Peillon et ses amis…
    En plus, cette fois, ils ont trouvé le moyen de supprimer tout diplôme NATIONAL, grâce au “zonage”…..En effet, on ne voit pas comment ils pourraient organiser des épreuves communes de fin d’année, si cette fin ne vient pas à la même date pour tous!

  7. jejomau

    Tout le monde a cerné ce brave type : il est un peu “babet” comme on dit chez nous.
    Et puis, peut-être que les dates des vacances qu’il nous propose correspondent aux ouvertures des camps naturistes de Saint-Tropez ? Dans son ministère..hmm, hmm…

  8. loutrée

    Il veut comme son gouvernement l’ECLATEMENT de la famille tous les moyens sont bons …on tue les enfants dans le ventre de leurs mères,si on y arrive pas on les enlève aux parents, on les aide à ne pas savoir si ils sont filles ou garçons, etc etc .tous des pourris !

  9. Logik

    De toute manière, Peillon lui-même a expliqué que le BUT principal de l’éducation nationale était de « libérer » les enfants du conditionnement familial.
    L’État-tyran veut pouvoir endoctriner à son aise tous les individus, à partir de 2 ans.
    Dans ces conditions, on se demande d’ailleurs pourquoi on laisse les enfants partir en vacances en famille : ils devraient être envoyés d’office et collectivement dans les camps de vacances des Jeunesses Socialistes…
    C’est depuis toujours le rêve socialiste : arracher toujours davantage les enfants à leur famille (et même avant la naissance, si possible), afin de pouvoir les « socialiser »…

  10. Judith

    Cette énième transformation est délirante. Il ne faut pas l’accepter parce-qu’elle n’a aucune raison d’être si ce n’est une attaque contre la famille et contre les entreprises et contre le tourisme. L’intérêt des enfants et des jeunes est le cadet de leurs soucis. Les vacances d’été doivent durer au moins deux mois.
    LAISSEZ-NOUS NOS ENFANTS ET NOS VACANCES ! Il faut que les parents refusent cette réforme hypocrite et venimeuse.

  11. Judith

    Où voyez-vous que l’on travaille moins en France en nos années 2000 ? Il y a 50 ans, on travaillait moins. Et pourquoi ? parce-que beaucoup de femmes étaient au foyer et que ces femmes n’y sont plus ! On prenait un mois de vacances et non une semaine ou deux. On rentrait le 20 septembre et non le 1 er septembre. On avait quelques jours à la Toussaint mais deux semaines à Noël, à Pâques, et presque trois mois l’été. Ces trois semaines de septembre ont été enlevées à cause des vacances de février mais tout le monde l’a oublié.

  12. Judith

    J’ajoute que le mois de juin sonne la fin officieuse des cours pour cause d’organisation des examens : comme m’a dit une maman d’un petit garçon de 9 ans : “que les enfants travaillent jusqu’à la fin du mois de juin et ça sera bien.” Ce problème existait déjà il y a 30 ans.

Laisser un commentaire