Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Vincent Peillon prépare son départ du gouvernement

Entre le fiasco de la réforme sur les rythmes scolaires et l'opposition croissante à l'enseignement du gender à l'école, les jours de Vincent Peillon au ministère de l'Education nationale sont comptés.

Il prépare sa sortie en se portant candidat aux élections européennes.

"Une fois élu, il devra "comme toujours, comme tous les députés", choisir
entre son nouveau mandat et son portefeuille ministériel."

Partager cet article

26 commentaires

  1. “Après moi le déluge”, aurait dit l’impayable Peillon, ministre de la Ré-Education nationale.
    Mais c’est qu’il a des lettres, ce futur ex-ministre!

  2. Bon débarras!!!!!!

  3. “une fois élu” ! Parce que c’est acquis avant le vote ? Quel prétentieux, pire que d’habitude ;
    Ceci dit, il sera moins nuisible à Bruxelles qu’à l’Education, qu’il s’en aille, il ne sera pas regretté et il ne restera de lui qu’un mauvais souvenir ; chantier suivant : réparer ses fautes, du boulot en perspective ;

  4. Deo Gracias!
    Espérons simplement maintenant que le prochain ne soit pas, comme les 50 derniers ministres de l’EN, un adepte servile de la rue Cadet.
    Espérons… et prions!

  5. Les rats quittent le navire (le pédalo qui coule) ?
    Même avec un gilet de sauvetage (les Européennes), je sens qu’il va faire un gros plat !
    A quand le tour de Taubi-rat ?

  6. Pas sûr qu’il soit moins nuisible à Bruxelles, ce genre de Grand Prêtre est une nuisance partout où il va, il peut y répandre son venin aussi là bas. Le mieux c’est qu’il retourne chez lui et se mette à bosser comme chaque français de “base”.

  7. Hollande député!!

  8. Dehors Robespierre, on t’a reconnu ! On en a assez de ce ministère de la ré-éducation nationale. On savait que l’apprentissage des savoirs avait été remplacé par celui des compétences, mais maintenant, même ces dernières ont disparu pour laisser l’endoctrinement des idéologies régner en maître. La charte de la laïcité en est un exemple : http://www.mauvaisenouvelle.fr/?article=france-la-charte-sur-la-laicite-ou-tartuffe-a-lecole–160

  9. Ce serait trop beau…

  10. Tant mieux. En espérant que cela freine leur révolution diabolique.
    Car ce peillon n’est pas un ministre mais un mystique fanatique de la pire espèce qui exècre le Catholicisme.

  11. malheureusement c’est l’ump qui a semé le gender à l’école, peillon a arrosé un autre fera “fleurir”peut être en pire car il s’agit là de la lutte violente entre les deux cités de saint Augustin ; tous dehors voilà ce qu’il faut

  12. * Un village de l’Essonne refuse d’appliquer la réforme des rythmes scolaires
    Le ministre de l’Education s’est élevé contre la décision du conseil municipal d’une commune de l’Essonne de ne pas appliquer sa réforme.
    Vincent Peillon a dénoncé «l’insurrection» d’un maire de l’Essonne qui fait savoir qu’il n’appliquerait pas la réforme des rythmes scolaires en 2014. Le maire de Janvry, Christian Schoettl, a en effet appelé «à la désobéissance civile».
    «C’est de l’insurrection. Lorsqu’il y a des règles pour tous, qui sont les règles de la République, un décret, dire «je ne respecterai pas la loi», ça n’est pas un bon exemple, y compris pour les enfants de son école», a réagi le ministre de l’Education sur i-Télé.
    «Nous sommes républicains. Quand il y aura une loi, on l’appliquera. Là ce n’est qu’un décret mal-ficelé (…) Je suis dans la désobéissance civile et je l’assume», a expliqué Christian Schoettl, le maire de Janvry, alors que le conseil municipal de ce village situé à l’ouest de l’Essonne avait voté lundi soir une délibération intitulée «Rythmes scolaires: c’est non!»(
    Interrogé sur les conséquences de cette décision, Christian Schoettl a ironisé : «Ca m’intrigue de voir s’ils vont envoyer les CRS».
    Dénonçant la «fracture entre communes riches et pauvres» induites par la réforme faite, selon lui, au «mépris des intérêts de l’enfant», Christian Schoettl, dont l’école scolarise 74 enfants en maternelle et élémentaire, a encouragé d’autres maires à suivre l’exemple de Janvry «pour faire reculer (Vincent) Peillon».
    http://www.liberation.fr/societe/2013/10/09/un-village-de-l-essonne-refuse-d-appliquer-la-reforme-des-rythmes-scolaires_938220

  13. Ne nous emballons pas, il serait étonnant que son remplaçant ne soit pas de la même trempe. L’idéologie du gouvernement et de l’éducation nationale ne bougera pas d’un iota.

  14. Ce matin sur RMC on annonçait que M.Peillon avait décidé que le nouveau programme de la maternelle entrerait en vigueur dès la rentrée prochaine.Veut-il être certain que le re-formatage des esprits revu et corrigé par le lobby LGBT aura bien lieu même après son départ?

  15. Casse-toi pov’ c…

  16. Pas aussi optimiste au sujet de la signification de son départ.
    C’est au contraire très bien joué: il met en place sa réforme et son gender puis il part avant que l’opposition ne se cristallise sur son nom.
    Ce que n’avait pas su faire Haby en 1975.

  17. Il ne faut pas se réjouir, bien au contraire.
    Etant donné que l’Europe “coiffe” tous les états membres lorsqu’on n’arrive pas à faire avancer l’idéologie se faire élire dans le groupe dirigeant semble plus avantageux !
    Si ce Mr est élu, on n’en aura pas fini pour autant avec ses élucubrations révolutionnaires !

  18. Même s’il n’est pas élu, qu’il parte. Nous ne le retiendrons pas.
    Il peut même démissionner tout de suite sans attendre l’élection.
    Ses amis francs maçons lui trouverons de toute façon un point de chute bien payé pour services rendus.

  19. Bon débarras qu’il emmene son ami Darcos avec lui,et surtout qu’il ne soit pas élu au parlement européen.

  20. Donc il est promu pour bons et loyaux services (ou sévices?).

  21. S’il partait, nous aurions gagné une bataille mais pas la guerre. Il faudra continuer le combat jusqu’à ce que son “espèce” soit éradiquée et jugée, quand le peuple aura repris le pouvoir.
    Électron libre à raison de dire que ce peillon n’est pas un ministre mais un mystique fanatique de la pire espèce qui exècre le Catholicisme, mais il n’est pas le seul.
    Son départ ne sera qu’un encouragement.

  22. Rions.
    Alain Vidalies, le ministre des Relations avec le Parlement, interrogé à l’instant sur i-télé dans Tirs croisés: “Vincent Peillon ne considère pas que le mandat européen est un moyen de se recaser”.
    Des humoristes au gouvernement?

  23. S’il veut être élu au parlement européen il a intérêt à se placer en tête de liste. ils ne seront pas nombreux à être élus car la vague de fond qui est en train de gonfler va les balayer tel un tsunami. “Le serpent”ira alors ramper dans les loges ténébreuses

  24. Et bien l’Europe va faire une sublime acquisition lumineuse le siècle des lumières dans toute sa splendeur.

  25. Ca eut peillon…mais ça ne paye plus !
    Le rat quitte le navire….
    A Bruxelles…le gender payera!

  26. Le seul endroit ou M. Peillon devrait se porter candidat c’est l’Hôpital psychiatrique il y recevrait les soins appropriés.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services