Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Euthanasie

Vincent Lambert : l’euthanasie d’un homme handicapé qui hantera longtemps les consciences

Vincent Lambert : l’euthanasie d’un homme handicapé qui hantera longtemps les consciences

Communiqué de la Fondation Jérôme Lejeune :

Vincent Lambert est mort ce matin au CHU de Reims. Il n’est pas mort de son handicap. Il a été privé d’alimentation et d’hydratation pendant 9 jours. Vincent Lambert est mort de faim et de soif en France, en 2019, dans la stricte application des lois Leonetti et Leonetti-Claeys sur la fin de vie qui assimilent les soins de confort (alimentation et hydratation) à des traitements.

Or, Vincent Lambert ne recevait aucun traitement, sinon celui d’être nourri et hydraté chaque jour, ce qui relève de la plus élémentaire humanité. Il n’était tellement pas en fin de vie qu’il a fallu neuf jours de lente agonie (déshydratation provoquée suivie d’insuffisance rénale, d’accumulation de potassium dans le sang, et d’arrêt cardiaque) pour qu’il finisse par mourir. Vincent Lambert n’est pas mort de son handicap, il a été tué.

La préoccupation du respect de tout homme, même diminué aux yeux du monde, était le cœur du message de Jérôme Lejeune.

La Fondation qui porte son nom est directement concernée par des mesures eugéniques qui s’appliquent déjà à ses patients en début de vie et par des mesures euthanasiques qui s’appliqueront (ou qui s’appliquent déjà) à eux en fin de vie.

Accepter que Vincent Lambert trouve la mort dans les conditions d’une euthanasie déguisée condamnera demain de facto tous ses semblables, et parmi eux les personnes handicapées mentales vieillissantes, dont celles touchées par une trisomie 21.

La Fondation Jérôme Lejeune a apporté un soutien aux parents de Vincent Lambert pour les aider jusqu’au bout à sauver la vie de leur fils, contre tout un appareil politique, judiciaire et médiatique qui refuse de consacrer le droit à la vie comme une valeur suprême.

Jean-Marie Le Méné, Président fondateur de la Fondation Jérôme Lejeune, alerte l’opinion et les pouvoirs publics

« sur la faiblesse croissante de la prise en charge publique du soin des personnes handicapées mentales. De même que les enfants handicapés ont été les premières victimes de l’avortement, les adultes handicapés vieillissants seront les premières victimes de l’euthanasie. »

Le Salon Beige est visité chaque jour par plusieurs dizaines de milliers personnes qui veulent participer au combat contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme.

Je ne souhaite pas que le Salon Beige devienne une galerie commerciale avec des publicités voyantes, mais au contraire qu’il reste un outil de combat culturel.

Le Salon Beige est un lieu où chacun trouve les informations et les argumentaires dont il a besoin pour sa réflexion personnelle. C’est un lieu gratuit et une bibliothèque de référence vivante.

Si chaque personne lisant ce message donnait, notre levée de fonds serait achevée en une heure.

Aujourd’hui, je vous remercie de faire un don de 5€, 20€, 50€ ou de tout autre montant à votre portée, afin que le Salon Beige puisse poursuivre son combat.

Merci,

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

1 commentaire

  1. Telle est notre république criminelle, fille légitime de la Terreur…

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services

Allons-nous laisser la culture de mort triompher ?

JAMAIS

Aidez le Salon beige à préparer les prochains combats pour la loi de bioéthique