Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Euthanasie

Vincent Lambert est mort, la République c’est Créon

Vincent Lambert est mort, la République c’est Créon

Communiqué de l’Action française :

C’est fini. Vincent Lambert est mort, et toute notre société a honte – ou devrait avoir honte.

Elle devrait avoir honte car il y a eu un acharnement procédurier inexplicable sinon par la volonté de faire un exemple. Oui, en France, depuis plusieurs années, on a décidé que Vincent Lambert devait être l’exemple de la miséricorde républicaine. C’est-à-dire qu’on a expliqué qu’il était un légume, qu’on l’a privé des soins auxquels il avait droit, qu’on a persécuté et diffamé ses parents et, enfin, qu’on l’a tué.

Voilà qu’on touche enfin du doigt la réalité de l’euthanasie : des médecins, des experts et des juges ont décidé qu’un malade devait mourir après avoir été traité comme un chien, enfermé dans sa chambre comme aucun prisonnier n’est détenu en France, parce que ce malade, pour eux, n’avait plus de dignité – alors que ce sont eux qui l’ont déclaré et rendu indigne des soins qu’on distribue aux autres malades dans son cas, indigne d’être transféré dans un service de soins palliatifs où il aurait pu mourir vraiment accompagné. Des médecins jugent désormais que droguer, affamer et assoiffer un homme, c’est soutenir la dignité des bien portants, au nom du Progrès.

La France a donc donné le spectacle d’un appareil d’État, justice, santé, administrations et police (car on mobilisa les policiers pour bien s’assurer que le condamné serait exécuté), tout entier tourné vers un but : faire mourir l’innocent, le proclamer, et insulter ses défenseurs.

Quant aux Français dont on nous dit que leur soutien à l’euthanasie est de plus en plus affirmé, ont-ils réfléchi qu’ils étaient eux aussi, pour beaucoup, des faibles et des incapables aux yeux du pouvoir – dont les soutiens n’hésitaient pas à les insulter et même à demander qu’on leur tire dessus ? Se rendent-ils compte que répondre “oui” à un sondage conduit parfois à des lois qui les conduiront à la mort ?

Voilà donc où en est rendue la France : à affirmer que l’assassinat est bon, à affirmer que la dignité ne réside que dans la capacité, à affirmer que la puissance publique a pour mission d’éliminer les faibles. Vertigineux progrès.

Comme tant d’autres Français, l’Action Française regarde ce lit vide. Elle mesure combien la suppression d’un compatriote en raison d’un accident dont il ne se remit pas complétement est le signe d’une victoire de la barbarie sur la raison, de l’idéologie sur la politique naturelle.

Ce lit vide est une fosse béante dans laquelle la start-up nation est prête à faire basculer tous ceux qu’elle réprouve, handicapés, déments séniles ou simplement gens usés par la vie, comme en Belgique. La politique répond parfois à des lois : quand une idéologie tue l’Homme, elle ne cesse de tuer ses semblables. Aux mêmes causes, les mêmes effets.

L’Action française présume que la représentation nationale brandira demain le cadavre de Vincent Lambert pour justifier sa légalisation de l’euthanasie. La République, c’est Créon. Et Créon, c’est la mort.

Partager cet article

4 commentaires

  1. Combien de ceux qui ont espéré cette mort se réjouissent-ils aujourd’hui en feignant, par devant, la retenue ?

  2. Cet acte littéralement nazi réveillera-t-il les consciences ?
    Ils ont des yeux et ils ne voient point ….

  3. Ces monstres devront en répondre sur la terre, ou devant Dieu!!!

  4. Après ce choc très dur à encaisser moralement, il faut tirer des leçons pour la suite; les gens de bien, les hommes de bonne volonté; ceux de la Manif pour tous, ceux du PDC (parti démocrate Chrétien) , Sens Commun; n’ont toujours rien compris au combat politique à mener; pour devenir vraiment efficace. La droite est victime de sa posture, des gens polis, bien élevés, en face nos adversaires rigolent; il faut transformer notre opposition, pour vaincre il faut changer de posture; toutes nos manifestations futures ne changeront rien! Il faut devenir des fauves, sortir les griffes, mordre dix fois l’adversaire, employer les mêmes méthodes que lui, ne pas avoir peur d’utiliser la violence la plus radicale, lui faire peur, l’obliger à rentrer dans ses dernières tanières. St Thomas lui même a justifié la violence physique pour atteindre des fins estimables face aux bêtes féroces, relisez bien toute la Somme de ST Thomas en matière politique, imaginez que vous êtes des parents voulant sauver à tout prix votre enfant que feriez-vous sinon l’ultime recours à la légitime violence, à la légitime défense!!!

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services