6 réflexions au sujet de « Vin rosé : le diktat de la Commission européenne »

  1. Bernard S

    Le métissage fait partie des obsessions unionesques : chocolat truqué, or truqué, immigration forcenée, intégration de la Turquie… sans oublier chez nous le métissage ump-ps. Il n’y a donc pas à s’étonner qu’ils veuillent métisser les vins, ce qui évitera en outre la discrimination entre rouge et blanc. Leur seule exception : le métissage homme-femme dans le mariage.

  2. Alice

    Cela faisait des mois que cette mesure était en préparation à la Commission… que les français étaient régulièrement invités à se prononcer… Croyez-vous qu’ils se soient déplacés ? Même pas… L’Europe n’intéresse pas la France, alors il ne faut pas s’étonner que l’Europe décide sans la France…
    Alors les pétitions, et autres jeux de manche me laissent perplexe !
    Je préférerais que les français s’investissent et travaillent en bonne intelligence AVANT les décisions qu’ils ne se réveillent APRES…

  3. Lisa

    Il faudrait que l’étiquetage soit clair. Si on met sur l’étiquette “vin rosé coupé”, les gens seront informés et pourront choisir. C’est là dessus qu’il faut se battre. Car vous n’empêcherez pas des vignerons de faire “de la m….” : on doit juste être informé.

  4. Grégoire

    Libertas ne me semble pas très crédible dans cette affaire. En effet, le mouvement pose la question suivante : « Quelle place aura la France dans un marché européen et mondial ouvert à la concurrence agressive de rosés artificiels à bas coût, provoquant à la fois la chute des prix et l’agonie des AOC ? » Or le coupage est déjà autorisé pour les AOC, et le marché européen déjà ouvert aux rosés coupés produits en dehors de l’Union…

Laisser un commentaire