Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Laïcité à la française

Vers un totalitarisme “français”, “laïque” et “républicain” ? (2)

Vers un totalitarisme “français”, “laïque” et “républicain” ? (2)

Suite à son article Vers un totalitarisme français, laïque et républicain ?, notre lecteur Thomas Jane poursuit :

Oui, nous corrigeons le titre donné un peu hâtivement à notre article de lundi : totalitaire n’est pas français – le totalitarisme qui nous menace aujourd’hui ne se revendique d’ailleurs pas de la France, mais de la République laïque, de la République rousseauiste, qui ne sait plus que ses Maîtres l’ont fait tomber dans l’ordure du caniveau, et qui se voit elle-même comme LA République.

Rappelons les faits :

Ministère de la Santé (2015) : « Il ne peut y avoir de loi divine, de morale ou de “droit naturel” d’origine religieuse supérieurs aux lois civiles de la République. »

Ministère de l’Intérieur (2017) : « La laïcité en France est fondée sur le même principe que la démocratie : les deux récusent qu’un fondement surnaturel puisse ou doive légitimer l’ordre politique, fondé sur la seule souveraineté du peuple des citoyens. »

Valérie Pécresse (26/06/2019) : « La laïcité républicaine, c’est la loi au-dessus de la foi. »

Les Républicains (Principe 9) : « Aucune loi religieuse ne peut et ne pourra jamais être supérieure aux lois de la République. » (Bruno Retailleau a dit dans une interview vouloir soutenir un projet de loi en ce sens)

Ni Dieu, ni morale, ni nature : seuls comptent la volonté du peuple sur le peuple (ou d’une majorité sur une minorité), le projet de l’homme sur l’homme (ou d’une partie des hommes sur les autres),… mais dites-moi, ce n’est pas très catholique, tout ça !

En particulier, pas d’ordre naturel, ni de Nature (ni d’écologie intègre, en fait) : l’émerveillement devant la Nature est émerveillement devant l’Être, et comme émerveillement d’un Ordre innécessaire, gratuit et propice à l’homme, surgit toujours ultimement, ou fait surgir, un élan religieux. Les cosmologies les plus païennes le confirment. (Il est en outre évident qu’il est une mystique de l’Ordre républicain, de la République, ou de la Révolution, qui confine au plus piteux obscurantisme, au plus niais des dogmatismes religieux, et qui en a tous les pires symptômes, dans leurs formes les plus graves, car délirant à voix hautes et fortes)

Mais en fait, totalitaire n’est en réalité pas non plus laïque – Lénine, Trotski, Hitler, pour ne citer que quelques autorités incontestées en la matière, ont, de propos délibéré et comme des forcenés, persécuté religions et spiritualités – et, au fond, tout élan spirituel en l’homme, et, de fait, tous les hommes touchés par la grâce ineffable de la Vie spirituelle.

(Cela dit, la propagande a fait à notre époque d’immenses progrès… Ne pouvait-on pas entendre un britannique murmurer d’un ton effrayé, dans un film sur Winston Churchill, que « le national-socialisme est pire qu’une idéologie, car il est… une religion » ? Calotins de tous les pays, on vous a enfin démasqués : pire que le nazisme – le mal au-delà du Mal absolu – c’est la religion. Si on vous traite de nazis, c’est par bonté et délicatesse d’expression, croyez-nous !)

Enfin, last but not least, totalitaire n’est définitivement pas non plus républicain.

Pour le démontrer, nous recueillerons ici le témoignage irrécusable d’un Républicain, d’un vrai Républicain – excellent citoyen et camarade exemplaire – mort pour la République, aimant la République jusqu’à accepter de mourir pour elle, et même de donner sa vie pour elle. Et surtout, mort pour la République pour s’être attaqué aux dogmes religieux, au nom de la Raison. Un homme qui en somme a vécu et est mort en bon païen, muni de tous les Sacrements de la République.

Il est certes vrai que le camarade Socrate a dit être inspiré par un Daimon (un esprit), et en a appelé, après sa condamnation, au jugement non de l’histoire, mais du Dieu ou de la Divinité. Mais il a tout de même été mis en accusation, jugé, et condamné injustement, pour s’être opposé aux dieux et à la religion (Apologie24b-c).

Et il est notoire qu’Athènes a été une démocratie, une République, modèle du meilleur comme du pire de la République, et que le camarade Socrate a été jugé par un tribunal populaire des plus réguliers et représentatifs du genre, qui avait commis bien d’autres erreurs judiciaires, certaines conduisant à la ruine de la Cité et des libertés – d’autres à la mort d’innocents, mais après tout, qu’est-ce qu’une mort ? Aujourd’hui, ils seraient tous morts depuis guère moins longtemps !

Aussi bien, cher Commissaire du Peuple Républicain, reconnais tout d’abord que la défense de Socrate est strictement rationnelle et qu’elle est même tellement rationnelle que nous, en comparaison, semblons bien bêtes, brutes, et épais… (lis, ou mieux, relis l’Apologie et le Criton)

… et puis reconnais ensuite que de deux choses l’une :

– Soit ce « Daimon » ou ce « Dieu » existent, auquel cas les « récuser » fait rejeter une partie du réel, et cela devient très gênant pour ton « objectivité » et ta « positivité »… Serais-tu si aisément prêt à donner raison à Benoît XVI et François, qui dénoncent en toi d’une même voix « la négation de la dépendance à l’amour du Créateur pour l’homme créé, rejet au fond de la véritable grandeur de l’homme et du seul véritable rempart de sa liberté et de sa dignité… » ? (cf. Libérer la liberté)

– Soit donc, ce « Daimon » et ce « Dieu » n’existent pas, et il s’agit alors simplement de comprendre que « le camarade Socrate suivait sa conscience et son sens particulièrement élevé de valeurs* universelles et d’amplitude illimitée, en particulier de la justice : accomplir (le plus grand) bien (possible) ; toujours éviter le mal ; ne faire de tort à personne » (Criton 48b 49a 49c – voir aussi Gorgias 512d : le bien doit être la fin de toutes nos actions ; il faut tout faire en vue du bien, et non le bien en vue du reste).

*Valeur : ici, réalité immatérielle qui a valeur en soi, qui est universelle et d’amplitude illimitée. Par exemple la liberté, l’égalité, la fraternité – sauf pour ceux qui ne voient pas de contradiction à défendre simultanément la Déclaration des Droits de l’homme et du Citoyenet la très coranique Déclaration islamique universelle des droits de l’homme.

Tu examineras donc honnêtement, cher Commissaire du Peuple Républicain, et avec cette positive-objectivité un peu mécanique et artificielle à laquelle tu tiens plus qu’au divin, moral, et naturel, la première question du camarade Socrate : « Veux-tu dire [sérieusement], cher Commissaire du Peuple Républicain, que tout républicain est bon, que tout tribunal populaire est bon, que la République entière est bonne, et moi seul mauvais ? » (Apologie24e-25a)

Tu examineras avec plus de soin encore – en gardant en tête l’innocence du camarade Socrate, et son refus héroïque, porté par son ardent amour de la République, d’en affaiblir les Lois en se dérobant au supplice –  l’objection que les Lois elles-mêmes lui adressent : « Si tu fuis, nous t’accuserons – toi qui en vrai Républicain n’aimais que nous et nous reconnaissais pour mères – de nous violer, sans avoir essayé de nous convaincre et nous faire changer, comme tu en avais la possibilité, ainsi que tout Athénien jouissant de ses droits civiques depuis sa majorité… » (Criton50a-54e)

Et tu nous diras, cher Commissaire du Peuple Républicain, ce que peut un homme seul, ou une minorité, même « consistante™ », face à la souveraineté absolue du Peuple que tu revendiques si ardemment, ou tout simplement face à une majorité manipulée avec astuce.

Tu as bien sûr déjà pris note, en relisant ce passage, de l’aveu d’impuissance résigné mais amer des Lois : « Il est vrai que si tu restes, Socrate, tu mourras… Condamné injustement, non par nous, les Lois, mais par les hommes ! » (54b-c)

Alors dis-nous, cher Commissaire du Peuple Républicain, est-il possible que des hommes commettent l’injustice, et condamnent de façon inique des innocents – faibles, ou gênants, ou gênants parce que faibles et coûteux ? L’homme naît-il naturellement bon, est-ce la société qui le corrompt, ou certains milieux, ou certaines fréquentations politiques, la religion, ou l’idée de Dieu, de Bien, de Mal, de Justice et d’Iniquité, de Vérité ou de Valeur universelles ? Ne faut-il pas avoir la lucidité de reconnaître, avec Thucydide, qu’il existe toujours et partout (en proportion variable, mais dans tout groupe social) des « citoyens qui s’attaquent à d’autres citoyens, et que meuvent des passions aveugles, cruelles, inexorables » ?

Nous te laissons à ta réflexion laïque, positive, et républicaine, cher Commissaire du Peuple Républicain : prends tout ton temps, mais puisse le résultat être aussi rationnel, objectif, lucide, dépassionné, et bienveillant pour chacun, que la pensée du camarade Socrate.

Celui-ci a toutefois dit aux Athéniens un mot très important pour vous, Frères Croyants :

« Sachez-le, Athéniens, si j’avais entrepris de me mêler des affaires de la Cité, il y a longtemps que je serais mort et ne serais plus d’utilité ni pour vous ni pour moi-même. Et ne vous mettez pas en colère, car je vais vous asséner une vérité.  

Il n’est en effet personne qui puisse rester en vie s’il s’oppose franchement soit à vous soit à une autre Assemblée, et qu’il cherche à empêcher que nombre d’actions injustes et illégales ne soient commises dans la Cité.

Celui qui aspire vraiment à combattre pour la justice, s’il tient à rester en vie si peu de temps que ce soit, doit demeurer un simple particulier et se garder de devenir un homme public. »

Le camarade Socrate récuse donc matériellement l’idée que ce serait à un homme droit et vertueux de conduire la Cité (ce que Platon soutient pourtant dans la République, où il met en avant l’idée d’un Philosophe-Roi).

Le pape François était étonnamment fidèle à cette intuition socratique, quand il disait aux membres de la fondation Giorgio La Pira (catholique, universitaire, constituant, et maire de Florence) :

« Aujourd’hui, il faut des prophètes d’espérance, des prophètes de sainteté, qui n’aient pas peur de se salir les mains pour travailler et aller de l’avant. »

Frère Croyant, n’hésite pas à t’engager en politique, si tu es conscient de devoir te salir les mains, et que tu es capable de te salir les mains

… sinon, il ne te reste à suivre que la voie du justicier masqué – ou à vivre caché, honnête, et heureux : good deed is all we need !

Vous souhaitez que votre patrimoine serve à défendre vos convictions, plutôt qu'être dilapidé par un Etat prédateur et dispendieux ?

Savez-vous que le Salon beige est habilité à recevoir des legs ?

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

6 commentaires

  1. “Le pape” François n’est pas une référence catholique très fiable (migrants,écologisme qui est une négation de l’intervention divine dans la Création).

  2. seuls comptent la volonté du peuple sur le peuple (ou d’une majorité sur une minorité); aujourd’hui paradoxalement nous ne sommes pas dans ce cas. Une élite minoritaire non majoritaire, un parti avec l’aval des opportunistes et des hauts fonctionnaires, gouvernent dans son intérêt propre.

    comment en sommes nous arrivés là?
    à chacun de rechercher sa propre responsabilité et d’agir en conséquence

  3. La conclusion, si je l’ai correctement comprise, me laisse mitigé.
    “Se salir les mains”: donc accepter des compromissions. Or la morale (et l’Histoire) nous enseignent qu’un mal ne produit jamais un bien; les quelques exceptions sont marginales et inattendues, un peu ‘miraculeuses’ si j’ose dire.
    Pour faire court, la fin n’a jamais justifié aucun moyen (sinon Lénine est un saint, tout comme quantité d’autres tueurs en série); mais c’est bien le moyen qui définit la fin: la constance de cette observation en fait un des ‘théorèmes humains’ les plus solides.

  4. Mais enfin, quand cesseront-ils d’employer le terme “république” pour “France”, alors que des “républiques” il y en a une pelletée (dont la république populaire de Chine par exemple, qui semble assez loin d’une démocratie ou d’un pays de liberté, contrairement à bien des pays européens où la forme de gouvernement n’est pas une république, mais qui sont au moins aussi démocratiques que la France), tandis que “France” il n’y en a qu’une, qui a eu des gouvernements divers, plus longtemps royauté que république d’ailleurs.

  5. Tant mieux qu’ils n’utilisent pas le nom France pour toutes leurs bêtises, comme cela ce beau nom n’est pas sali.

  6. « Le Règne de Dieu est le principe du gouvernement des Etats, et c’est une chose si absolument nécessaire que, sans ce fondement, il n’y a point de prince qui puisse bien régner ni d’Etat qui puisse être heureux. »
    Armand-Jean du Plessis, cardinal de Richelieu

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services