Bannière Salon Beige

Partager cet article

Pays : Irak

Vers un Irak sans chrétien ?

Vicaire provincial des dominicains du monde arabe, le père Jean-Jacques Pérennès livre son regard sur la situation des chrétiens d’Irak :

I "Les chrétiens irakiens sont victimes de violences et d’assassinats depuis plusieurs années. La nouveauté, c’est la perspective d’une partition de l’Irak. J’ai vu il y a quelques mois des cartes sur des murs d’administrations en Irak qui présentaient une zone chiite au sud, une zone sunnite au centre et le nord réservé aux Kurdes. […] On ne sait pas très bien formellement qui assassine. On parle habituellement de groupes de la mouvance d’al-Qaida, supposé proche des sunnites. Mais aujourd’hui des questions se posent à propos de groupes kurdes : est-ce que les Kurdes ne seraient pas en train de faire pression pour que la plaine de Ninive, majoritairement chrétienne, se trouve englobée dans un Irak effectivement coupé en trois, donc sans espace propre pour les chrétiens ? […]

Il y a eu, ce week-end, des départs massifs de chrétiens qui ont tout laissé, maisons et biens, parce que la situation devenait intenable. On estime que 1 300 familles sont ainsi parties, soit près de 6 000 personnes… […] Le drame, dans les processus d’immigration, ce sont les seuils. Il y a depuis longtemps des départs de chrétiens d’Orient, mais près de 6 000 d’un coup, c’est une ville entière ! C’est pour cela que je suis beaucoup plus inquiet. On estime que les chrétiens irakiens étaient environ 1 500 000 il y a quinze ans, 800 000 il y a quatre ans, et l’on parle de 400 000 aujourd’hui… […]

L’Union européenne a condamné avec des termes modérés. Elle se dit «vivement préoccupée» par la situation d’insécurité. C’est un euphémisme… Les Nations unies et les États-Unis demandent au gouvernement irakien de prendre des mesures plus importantes pour protéger les chrétiens. […] L’Occident ne mesure pas assez que ces chrétiens arabes sont là-bas chez eux ! Ils sont issus d’Églises apostoliques fondées par les apôtres. Ce sont des chrétiens qui prient en arabe, qui depuis deux mille ans ont gardé une grande tradition liturgique et patristique. C’est un trésor pour l’Église universelle. De plus, ils vivent en voisinage avec l’islam, un voisinage parfois problématique, mais qui ne l’a pas toujours été. L’enjeu de leur survie n’est donc pas simplement de maintenir une curiosité ethnographique : il y va de leur avenir. Mais leur présence est également un enjeu capital pour le monde musulman, qui, comme toute société, a besoin d’altérité pour ne pas s’enfermer : il est essentiel qu’il y ait une altérité possible dans le monde musulman."

Michel Janva

Partager cet article

1 commentaire

  1. Tout comme pour ce qui se passe en Inde, quand ce sont des chrétiens qui en prennent “plein la gueule” la communauté internationale (soumis au lobby maçonnique)”ferme la sienne”. Le pire est que quand les chrétiens auront disparu de ces pays, la communauté internationale leur enverront notre propre “fric” afin de parer au jizya (l’impôt islamique que doivent payer les non musulmans).

Publier une réponse