Vers un grand mouvement eurosceptique au Parlement européen ?

Dominique Reynié, directeur de la Fondation pour l'innovation politique, fustige violemment les mouvements populistes, suite au vote italien, avant de prévoir une vague aux élections européennes de 2014 :

U"Les populistes sont des hackers : ils "plantent" le
système [alors que le système se plante très bien tout seul, NDMJ]. On sait bien qu'ils n'ont aucune solution, ils ne savent pas
quoi faire de leurs élus, mais ils canalisent les mécontentements et les
frustrations sur le terrain des lâchetés et des incohérences des
élites. Ce qui est frappant, c'est la puissance de cette tendance.[…]

Nous sommes partis pour un cycle de crise politique majeure. Je
pense qu'on le verra aux élections européennes de 2014. On va peut-être
avoir un grand mouvement populiste au Parlement européen
. Cela risque
d'être un point de rupture. Ce qui se passe en Italie, c'est un moment
de bascule historique. On assiste à un délitement des systèmes
politiques. Après la crise financière, la crise économique, nous sommes
dans la crise politique.
[…]"

17 réflexions au sujet de « Vers un grand mouvement eurosceptique au Parlement européen ? »

  1. Machin

    Combien de fois va-t-on encore manquer le coche ?
    Après :
    – Maastricht (favorable d’un chouia après une propagande médiatique massive),
    – Amsterdam (suppression du vote),
    – le non au traité européen, ensuite passé en force au mépris des électeurs (coup d’Etat)…
    Cela ne serait pas dommage…

  2. Marc L

    A Bernard S : Oui, c’est curieux. Pourquoi ne disent-ils pas simplement europhobe ?
    Puisque dès qu’on est contre, c’est parce qu’on a peur…
    Pour ma part, je dirai souverainiste, indépendantiste ou encore anti-UE.
    [Sceptique sur la construction européenne, notamment depuis Maastricht. MJ]

  3. Manu

    Ouais, ben en tous cas, quand vous lisez les commentaires des lecteurs sous l’article de ce pseudo-journaliste, vous remarquez rapidement que même les lecteurs du torchon de Mr. Bergé ne tombent pas dans le panneau!
    Je pense que la victoire des Euro-lucides (oui, bravo pour l’initiative, Bernard S! il faut utiliser et matraquer ce terme pour se défendre, désormais!) en Italie va aussi avoir l’effet positif, qu’en France les langues vont se délier.

  4. jano

    Je partage les commentaires ci-dessus, mais je suis beaucoup plus sceptique sur la réaction salutaire des gens. La fin de l’Europe n’est pas pour demain…Hélas. Attendons les tours et les contours de Bruxelles pour enterrer ces mouvements des peuples.

  5. ankou

    @Manu : « Union des Nations pour l’Europe Chrétienne »
    En quelque sorte, être en accord avec le drapeau européen ?!
    J’aimerai que se soit le cas !
    Ce qui me surprends, c’est que des tabliers n’aient pas demander à le modifier si ce n’est le changer pour ne pas déplaire à certaines populations, ils sont capable de tout pour ne pas déplaire.
    Se sont des lécheurs de babouches ! (le terme n’est pas donné au hasard)

  6. G

    Mais pourquoi l’oligarchie critique tant à travers les médias qu’elle contrôle, le vote exprimé par les Italiens ? Le peuple s’est prononcé et il faut respecter leur choix.
    Si l’Europe était si bonne pour les peuples, les élites vendues à Bruxelles l’auraient emporté. Tel n’a pas été le cas.
    La colère italienne est l’expression de la colère des peuples européens contre leurs élites vendues à l’oligarchie mondialiste.
    Personnellement, quand j’entends nos “merdias” comparer le “trublion” Grillo à un mélange de Mélenchon et de Coluche, ils n’ont une fois encore rien compris à ce que pense et veut le peuple. Ils devraient se méfier. Grillo est issu de la gauche socialiste, comme Mussolini l’a été. Il refuse toute entente avec la gauche de Bersani, c’est un signe…

  7. Claribelle

    Tant mieux, évidemment !
    Mais je partage le doute de certains commentateurs. En France, le poison européiste est bien implanté, surtout auprès des jeunes car distillé du CE1 à la Terminale par les programmes officiels de l’Education Nationale auprès de jeunes qui n’auront guère connu que l’euro ! Par ailleurs, les plus vieux, qui ont vécu la guerre de 39-45, s’accrochent à l’Europe “de la paix”.

Laisser un commentaire