Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société / Valeurs chrétiennes : Education

Vers un fiasco du plan numérique pour l’Education nationale ?

Ce ne sont pas ni gadgets ni les outils qui font la réussite d'une scolarité mais l'apprentissage des fondamentaux. Avant de lancer le plan du numérique dans l'Education nationale, qui coûtera plus d'un miliiard d'euros, François Hollande et les "pédagogistes" devraient mieux étudier ce qui se fait ailleurs :

"Il ne suffit pas d'équiper massivement les élèves et leurs classes d'outils numériques pour obtenir une amélioration des résultats, encore faut-il y former les enseignants et bien définir des finalités pédagogiques, selon une étude de l'OCDE publiée mardi. Les pays qui ont beaucoup investi dans le numérique n'ont pas enregistré d'amélioration notable des résultats en compréhension de l'écrit, mathématiques et sciences (…)

Lorsqu'elles sont effectivement utilisées en classe, "leur incidence sur la performance des élèves est mitigée, dans le meilleur des cas". "Ce n'est pas forcément parce qu'on utilise le numérique de façon intensive à l'école qu'on réussit bien aux tests numériques (…)

Le plan pour le numérique à l'école expérimenté en France, généralisé à la rentrée 2016, "ne fonctionnera que si les enseignants y adhèrent, s'ils y sont bien formés et si une culture de la collaboration se met en place", prévient M. Charbonnier. François Hollande a annoncé en mai qu'un milliard d'euros serait consacré en trois ans à ce plan, visant notamment à doter tous les collégiens d'un outil numérique d'ici 2018. Ce plan prévoit trois jours de formation pour les enseignants et le développement de ressources pédagogiques numériques."

On pourra aussi lire cet article intitulé : "Le numérique à l'école d'accord, mais mieux vaut bien apprendre à lire et à compter d'abord".

Partager cet article

9 commentaires

  1. et si les élèves ne dépassent pas les maitres en informatique!
    sinon ils visionneront des films, communiqueront entre eux ou avec l’extérieur!

  2. La deculturation fera de nos chères têtes blondes les esclaves de demain du mondialisme.

  3. Au lycée, une large partie des cours est remplacée par les heures d’AP (accompagnement personnalisé), de tutorat, de TPE (travaux pratiques encadrés). On fait croire aux parents que c’est un prolongement du cours mais il s’agit d’un remplacement. L’enseignant est là pour encadrer et non plus pour enseigner.
    On a mis en place un espace numérique (sorte de facebook interne au lycée) pour échanger. Le prof n’a plus qu’à transmettre des LOL et MDR à ses élèves. Ces derniers sont bien incapables d’écrire 2 mots sans faire 3 fautes mais cet aspect-là ne dérange pas les hauts fonctionnaires de l’éducation nationale.
    Dans les prochaines années, on aura les générations qui vont connaître la réforme actuelle du collège : le pire est à venir, le néant intellectuel sera total…

  4. Feraient mieux de filer cette manne aux écoles hors contrat. Quels miracles ne réussiraient elles pas alors!…

  5. Un désastre de plus de l’éducation nationale.
    Ca fait vraiment longtemps que le mammouth n’a pas réussi une seule réforme.
    Depuis plus de 50 ans, toutes ces réformes sont des échecs magistraux et des gouffres financiers.
    Merci l’UMP et la socialie.

  6. C’est pour cela qu’ils le font !
    François Hollande n’a absolument pas l’intention de monter le niveau scolaire mais bien de l’abaisser toujours plus.

  7. Le numérique tue la réflexion nécessaire à la compréhension des élèves, ce n’est qu’un simple outil d’appoint mais pas un outil favorable à la réflexion, à la mémoire, aux raisonnements logiques, c’est un soporifique de l’intelligence , comme la télé, là où elle n’est pas présente, les enfants font de meilleures études.
    C’est donc une action malintentionnée du gouvernement fantoche que nous connaissons, la France est en état d’occupation la plus odieuse jamais vue.
    Il faut que les parents contrôlent de près tout ce materiel plus malsain que bon.

  8. – Le Conseil Général de Corrèze a décidé de distribuer avant la fin de l’année une tablette tactile iPad à 2500 collégiens de 6ème et à 800 enseignants. (en 2010) – (Copie)

    Les collégiens de Corrèze ont-ils eux un meilleur enseignement depuis 2010 ?
    Les résultats aux examens sont-ils meilleurs ?
    N’y a-t-il pas mieux à faire que de dépenser dans la distribution de tablette, tablette que les élèves revendent pour avoir mieux ! (et ils ont mieux chez eux)

  9. Il faut arrêter les fantasmes…
    Le numérique n’est que ce que l’on en fait : c’est tout.
    C’est une bonne chose s’il facilite l’apprentissage et le cartable : c’est une mauvaise chose s’il est mal utilisé.
    Le problème n’est pas le numérique : c’est l’EN d’une part et les profs d’autre part. Le niveau moyen là-bas est très faible : très très faible. Pas que chez les élèves, hein ?
    Du coup, le numérique est vu comme une bouée au mieux, un soulagement pour les fainéants au pire…
    Entre les profs qui utilisent le video-projecteur “parce qu’ils écrivent mal” et qu’on oblige des gosses de sixième à prendre des notes comme des étudiants en fac et ceux qui envoient la correction sur “l’espace numérique de travail” parce que c’est plus facile que de corriger en cours, on a toutes les variétés d’incapables qui s’expriment…
    Le fond du problème, c’est que tous ces gens ne savent pas quoi faire du numérique… alors, c’est la foire d’empoigne à celui qui aura l’idée la plus stupide à proposer… et comme toujours dans ce genre de milieu, c’est cette dernière qui émerge…
    On a donc des cours d’informatiques proposés aux élèves… Attention, ce n’est pas fait par des gens qui y connaissent quoi que ce soit en informatique : on est dans l’EN donc on ne demande rien à personne et on fait car on a le savoir…
    Donc ces fameux cours d’informatique, ce sont des cours de bureautique… Faudrait surtout pas qu’on apprenne à des élèves à réfléchir comment fonctionne un ordinateur surtout.. donc on leur apprend la bureautique… c’est-à-dire un boulot de secrétariat… Bon, ils savent à peine lire ou écrire mais ce n’est pas grave…
    Ils apprendraient encore comment taper correctement avec dix doigts sur un clavier – comme une secrétaire quoi… – mais non, cela ne leur viendrait pas à l’idée de leur apprendre quelque chose d’utile… d’autant que les profs, eux, ne savent pas le faire… La honte d’un seul coup : il faudrait se recycler avant d’enseigner…
    Et ça continue dans la même veine : tout ce petit monde est gavé au système de Microsoft depuis leur tendre enfance… des contrats complètement hallucinants lient cette entreprise hégémonique – dont le Saint Patron William (dit Bill) Gates est un acteur principaux de la mondialisation et répand son venin via sa fondation (stérilisation des pauvres, euthanasie, etc.) – à l’EN afin d’inculquer de force chez les jeunes à former qu’un PC est une machine sous Windows, un traitement de texte est un MS WORD, un tableau est un MS Excell… Et ça fonctionne merveilleusement : nos charmantes (ex-)têtes blondes sont formatés non pas à savoir comment on met un texte en page (utilisation de styles, typographie, etc.) mais à cliquer sur des boutons d’un logiciel donné (qui sera par la suite la seule exigence de l’élève et qu’il demandera partout, chez lui et en entreprise faisant de Microsoft un acteur incontournable).
    Alors, oui, le numérique, c’est bien. Le livre, c’est sympa mais dix livres de 300 pages quand on peut porter une tablette de 300 g, c’est le bon sens que de passer sur une tablette. L’utiliser occasionnellement pour autre chose comme un QCM ? Pourquoi pas. Il ne faut pas s’empêcher d’utiliser et de rechercher de nouveaux emplois. Qu’un prof n’utilise plus de craie ne me choque pas : un tableau numérique a bien des avantages… à condition qu’il continue à écrire dessus pour montrer l’exemple…
    Ça ne retire pas la nécessité d’acquérir les savoir de base (ho, le gros mot…), de savoir utiliser un stylo pour écrire (que ce soit des devoirs ou des cours)… Mais là, on est en pleine science-fiction pour le coup…

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]