Bannière Salon Beige

Partager cet article

Bioéthique

Véronique Besse dénonce les pressions des laboratoires pharmaceutiques

Extrait de l'intervention du député MPF Véronique Besse, actuellement à l'Assemblée :

B "[…] L'enjeu des lois de bioéthique est capital car il concerne chacun d'entre nous. Tout simplement parce que c'est de l'homme dont il est question. En tant que législateur, nous avons une mission particulière qui est de faire la loi. Mais pas à n'importe quel prix. Le souci du législateur est de faire coïncider ce qui est légal et ce qui est légitime, pour mettre la loi en conformité avec la justice et l’éthique. Or le premier devoir de justice est un devoir de protection envers les plus fragiles. Les Français nous l'ont rappelé à travers les Etats généraux, je cite,  : « les citoyens attendent de l'Etat qu'il soit en mesure de protéger chacun, en particulier les plus vulnérables, contre les dérives mercantiles, les expérimentations et les pratiques qui bafouent le principe d'intégrité du corps humain ».

Ce devoir de protection, disons-le clairement, est littéralement bafoué par le texte qui nous est présenté aujourd'hui. Bafoué par l'article 9 qui inscrit dans la loi la traque au handicap et oriente notre société entière vers un eugénisme d'Etat ; Bafoué par l'article 20 qui supprime les conditions essentielles de stabilité pour accueillir un enfant dans le cadre d'une assistance médicale à la procréation et qui, se faisant, sacralise un prétendu « droit à l'enfant », infondé juridiquement, au détriment du principe d'« intérêt de l'enfant », qui devrait au contraire nous guider ; Ce devoir de protection est bafoué, enfin, d'une manière plus grave encore, par l'article 23. Il apparaît en effet totalement incohérent de vouloir élargir totalement la recherche sur l'embryon et les cellules souches embryonnaires, alors même que les recherches alternatives ne posent aucun problème éthique et ont fait la preuve de leur efficacité. Le législateur ne peut plus l'ignorer.

Permettez-moi également de dire à ceux qui voudraient autoriser la recherche sur l'embryon, que si le projet de loi était adopté en l'état, ils porteraient alors une lourde responsabilité. Nous savons tous les pressions très vives qui sont exercées par les laboratoires pharmaceutiques dans ce domaine. Nous savons combien l'embryon peut être un marché juteux pour fabriquer à moindre coût de nouvelles molécules. Mais il n'y a pas plus aveugle que celui qui ne veut pas voir.

J'ajoute que l’existence de lois transgressives à l’étranger n’est pas, non plus, un argument recevable pour justifier un « alignement », qui ne serait en définitive qu'un nivellement par le bas. La France, parce qu’elle est l’héritière d’une certaine conception de l’homme, peut et doit, au contraire, tirer vers le haut la réflexion bioéthique des autres pays qui sont confrontés aux mêmes choix que nous.

Je voudrais dire, pour conclure, que le projet de loi que nous étudions mériterait le nom de « bioéthique » s'il était réellement au service de l'homme. Mais j'ai plutôt le sentiment, permettez-moi de le dire, qu'il se sert de l'homme, au mépris du respect et de la protection qui lui est dû. Pour ma part, je ne cautionnerai pas un texte aussi transgressif et dangereux, quels que soient les « anesthésiants » que l'on voudra bien nous donner ici où là. C'est pourquoi, je vous demande, Monsieur le Ministre, Monsieur le Rapporteur, mes chers collègues, de mesurer la responsabilité qui est la nôtre. Il est encore temps de redonner du sens à ce projet de loi, mais aussi de redonner du sens à la politique, qui n'est jamais plus noble que quand elle est au service de l'homme."

Partager cet article

7 commentaires

  1. Merci et Bravo Madame,
    Une maman d’une “rescapée du génocide d’état”

  2. « Bafoué par l’article 9 qui inscrit dans la loi la traque au handicap et oriente notre société entière vers un eugénisme d’Etat »
    À noter que nous sommes *déjà* dans une société entière orientée vers un eugénisme d’État, avec plus de 90% de cas de trisomie détectée et « éliminée »… sans compter le reste.
    La future loi ne fait qu’un pas de plus dans la monstruosité. C’est tout.

  3. Véronique BESSE est député MPF : merci de rectifier cette méprise (très étonnate de votre part…)
    Très bonne intervention cependant !

  4. Merci de noter que Véronique Besse n’est pas député UMP comme vous l’écrivez, mais MPF siègeant conne non inscrit !
    [oups. MJ]

  5. Bravo, continuez votre combat
    La maman d’un enfant adopté trisomique

  6. Merci à Véronique Besse et à ses assistants vigilants!

  7. Merci et bravo pour votre combat pour le respect et la dignité de toute vie humaine dès son commencement !

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services