Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Valls à propos du début du quinquennat : « il y a eu des mauvais choix »

Manuel Valls remettrait-il en cause la loi Taubira ? Pour le moment, il se limite aux sujets économiques :

"Alors que les résultats, sur le plan économique notamment, se font toujours attendre, le Premier ministre reconnaît à propos du début du quinquennat : « nous avons sans doute pris du retard et il y a eu des mauvais choix ». Manuel Valls vise notamment « la hausse de la fiscalité », ayant mené au « ras-le-bol fiscal ». Sur ce plan, il affirme que la gauche a fait autant que la droite : 30 milliards de hausse d’impôts pour les contribuables. Sans vouloir ajouter à la morosité ambiante, il admet encore : « Nous aurions dû faire dès 2012 un constat plus clair sur la situation de la France, sur sa triple crise : crise de croissance, crise de la dette et des déficits, crise de confiance »."

Partager cet article

7 commentaires

  1. Ce franc-maçon réciterait-il son acte de contrition ?
    Contrition parfaite ou imparfaite ?

  2. Que tous ceux qui peuvent quitte la sécurité sociale et vite .

  3. Exact beaucoup de mauvais choix !
    Notamment, entre autres, le choix des ministres et particulièrement des premiers ministres… Mais pas que…

  4. Pourquoi cette dette ? Pour payer les intérêts aux banques privées. Avant, du temps de la banque de France, il n’y a avait pas d’intérêts. Pas besoin d’avoir fait l’ENA pour comprendre qu’il suffit de remettre en place l’ancien système pour sauver la France. Sauf si on veut qu’un gouvernement mondial décide de tout et pour tout le monde. Dans ce cas, la dette permet de détruire les souverainetés et d’enlever à tout à chacun son libre arbitre. L’argent est donc l’outil qui permet de détruire la démocratie.

  5. Pour l’histoire, le plus mauvais choix du début du quinquennat restera sans conteste celui de la loi Taubira et de sa soi-disant contribution à l’égalité vis à vis mariage alors qu’en fait elle le dénature.
    Abrogation ; et annulation rétroactive proposée, uniquement pour ceux et celles qui la souhaiteraient.
    Pour l’histoire aussi, Manuel “Gaz” et ses gardes à vue politiques ; l’atteinte indigne, alors, aux libertés publiques et individuelles ; le pourfendeur des poussettes ; cela ne s’oublie pas et ne s’oubliera pas, sauf repentir circonstancié et écrit.

  6. Le premier mauvais choix, c’est que ce matamore gazeur a été choisi !

  7. “Il y a eu des mauvais choix .”
    Pour une fois on est d’accord avec lui !!!
    On peut lui expliquer lesquels si besoin…

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services