USA : quelques résultats

O Non seulement Obama a conservé les Etats remportés par John Kerry il y a 4 ans, mais il a conquis plusieurs fiefs républicains comme l'Ohio et la Floride qui avaient voté pour Bush en 2000 et 2004 ainsi que la Virginie qui n'avait pas voté pour un démocrate à la présidentielle depuis 1964. Il a également remporté les Etats du Nouveau-Mexique, du Colorado, et de l'Iowa, 3 Etats remportés par George W. Bush en 2004.

Obama remporte 52% des voix ce qui représente 57.962.938 d'électeurs. Il a gagné 28 Etats soit 349 grands électeurs. Il mène dans 1 Etat, soit 15 grands électeurs. McCain a remporté 47% des suffrages (52.422.698 d'électeurs). 19 Etats lui sont revenus, soit 144 grands électeurs. Il mène dans 3 Etats, soit 29 grands électeurs.

Les autres candidats ont remporté 1% des voix ( 1.392.459)

Le taux de participation a atteint un niveau presque sans précédent : 66% des électeurs américains ont participé à l'élection présidentielle de mardi, un record jamais dépassé depuis 1908.

Les démocrates sont en passe de s'assurer une majorité au Sénat et à la Chambre des représentants. Les électeurs américains devaient renouveler 35 de leurs 100 sénateurs, ainsi que les 435 représentants de la Chambre basse.

  • Au Sénat, les démocrates s'assureraient la majorité absolue, en reprenant 4 sièges aux républicains. Ils se voient attribuer de 56 sièges, selon les projections. C'est cependant un nombre insuffisant : il en faut au moins 60 pour empêcher l'opposition d'utiliser la méthode de l'obstruction systématique, une procédure qui donne aux sénateurs le droit de bloquer ou de retarder des votes.
  • A la Chambre des représentants, selon les premiers résultats disponibles, les démocrates ont 261 sièges sur 435.

Michel Janva

14 réflexions au sujet de « USA : quelques résultats »

  1. Paul

    comme pour Adso, c’est une catastrophe.
    En plus, ce qui m’a vraiment dérangé dans cette élection c’est la non-neutralité des médias. En France, je n’ai jamais vu cela ! Il y en avait que pour Obama.
    Et surtout, la question idiote pour faire élire Obama qui tournait autour de sa couleur de peau.
    Et oui, un président noir (ou métisse plutôt) pour les USA, ce serait super !!!
    Maintenant, on ne vote plus sur un programme et les compétences de l’homme politique, on vote sur sa couleur de peau.
    Peu importe s’il est pro-avortement…
    Conclusion : et si Obama avait été républicain. Pour qui les américains auraient-ils voté ????
    Et oui, si Ségolène Royal avait été noire, on aurait peut-être choisi de voter massivmement pour la 1ère femme présidente de la France et en plus noire !!!
    Je le constate. Une fois de plus, certains médias américains ont fait le jeu d’Obama avec désinformation…
    Je lui souhaite en tout cas bon courage pour affronter cette crise. Je n’oublie pas qu’il a promis aux américains qu’il baisserait les impôts pour 95 % des américains.
    Affaire à suivre !

  2. Jean

    Obama n’est peut-être pas né aux Etats-Unis contrairement à ce qu’il affirme. Or il faut être né sur le sol américain pour être éligible à la fonction suprême :
    http://theswordoftruth.wordpress.com/2008/11/02/audiotape-bombshell-obamas-grandmother-says-he-was-born-in-kenya/
    http://www.wnd.com/index.php?fa=PAGE.view&pageId=79900
    On peut, si cela est vrai, envisager une procédure d’impeachment à l’encontre de ce monsieur ! Je dirais même que l’élection devrait être annulée, mais ça serait trop lourd. Mais bon, qui oserait, si l’info est vraie, remettre en cause son élection.
    M. Sarkozy doit être content, lui qui l’avait déjà rencontré quand il était encore quasiment inconnu en 2006.

  3. jack

    A “HB” :
    Je vous parle de PHILIP BERG, avocat et membre du Parti Démocrate, élu Démocrate de Pennsylvanie. Je pense que le Berg auquel vous faites référence est un homonyme.
    Si vous parlez l’anglais, prenez connaissance de la vidéo suivante où Philip BERG expose ses arguments et relate l’affaire
    http://www.youtube.com/watch?v=TOzFl-Gm_Kc
    Un juge a rejeté la plainte de Berg il y a quelques jours, mais ce dernier fait appel et a saisi la Cour Suprême. Le seul article que j’aie trouvé dans la presse française, assez incomplet, est celui – ci :
    “Un juge balaie la plainte sur la citoyenneté de Barack Obama”
    http://tempsreel.nouvelobs.com/depeches/international/ameriques/20081026.FAP4048/un_juge_balaie_la_plainte_sur_la_citoyennete_de_barack_.html
    Berg fonde son action sur le fait qu’Obama ne vérifierait pas les conditions constitutionnelles d’éligibilité à la Présidence des Etats-Unis d’Amérique, n’étant pas né américain. Berg asserte en effet qu’Obama ne serait pas né à Hawai mais au Kenya. De surcroît, sa mère (américaine), lorsqu’elle a donné naissance à Barack Obama, étant âgée de 18 ans et non pas de 19 ans comme l’exige la loi américaine, n’aurait pas pu transmettre sa citoyenneté américaine à son fils.

  4. Pascal G.

    Comme CARTER ou comme CLINTON, on apprendra sans doute prochainement qu’OBAMA n’était pas un inconnu au sein de certains cercles ou organisations mondialistes, favorables à l’accroissement du contrôle public de la société et à la limitation par tous les moyens de la natalité humaine.
    La droite chrétienne américaine et ses organisations pro Vie ont été nulles dans cette élection, pensant qu’elles pèseraient suffisament lourd comme lors des primaires précédentes pour obliger le Parti Républicain à choisir le ”bon candidat”. Il n’y en avait pas de suffisament crédible allant dans ce sens, car ils n’avaient rien préparé. Huckabee n’ayant pas percé ni été suffisament soutenu par les organisations pro Vie.
    Les dirigeants du Parti Républicain ont alors voulu un centriste de droite : Mac CAIN n’était qu’une sorte de notable à la BALLADUR ou à la CHIRAC, conservateur sans convictions profondes, qui a démobilisé l’électorat pro Vie. Il a cru se rattrapper en cours de route en prenant Sarah PALIN comme colistière. Cela n’a pas convaincu et n’a pas mobilisé la base républicaine du pays profond : il faut avoir un contact fort avec le peuple et répondre au moins en apparences aux convictions et aux attentes de son électorat pour être élu en démocratie. N. SARKOZY nous l’a démontré, lui, en parlant un langage qui était en harmonie large avec l’électorat de droite, y compris celui du FN. C’est une belle leçon politique aussi pour notre droite nationale.

  5. Paul

    Entièrement d’accord avec Benoist. Mais si c’est la vérité, Berg doit se sentir très libre !!!
    Et pour le coup, si c’est totalement vrai, on pourrait recommencer des élections.
    PS : petite note humoristique.
    D’ailleurs, Berg ne serait-il pas du NOOOOOOOOOORD ??? (cf. les ch’ti, ville de Bergues)

Laisser un commentaire