Bannière Salon Beige

Partager cet article

Pays : Etats-Unis

USA : l’épiscopat s’élève contre le projet FOCA

Voici un large extrait de la déclaration finale du cardinal Francis George, président de la Conférence épiscopale, et archevêque de Chicago, prononcée lors la session d'automne de l'assemblée plénière de l'épiscopat américain qui vient, le 12 novembre, de s'achever à Baltimore :

"Le bien fondamental, c’est la vie elle-même, ce don de Dieu et de nos parents. Le bon État protège la vie de tous. La protection légale pour ces membres de la famille humaine qui attendent de naître dans notre pays, a été supprimée quand la Cour suprême prit son arrêt Roe contre Wade en 1973. Ce fut une mauvaise loi. Le danger que les évêques constatent maintenant c’est que la mauvaise décision d’un tribunal pourra être consacrée dans une mauvaise loi encore plus extrémiste que la décision même de la Cour suprême en 1973.

G Au cours de la dernière législature, la Loi sur la Liberté de Choix [Freedom of Choice Act] (FOCA) a été déposée. Elle pourrait, si elle était votée aujourd’hui dans sa forme actuelle, mettre hors la loi toute « immixtion » dans l’obtention de l’avortement à la demande. Elle priverait le peuple américain, dans chacun de ses cinquante États, de la liberté dont il dispose aujourd’hui d’édicter de modestes limites et réglementations à l’industrie de l’avortement. La FOCA obligerait tous les Américains à financer et à promouvoir l’avortement avec l’argent de leurs impôts. Elle contrecarrerait tout efforts sincères du gouvernement et des autres personnes de bonne volonté de réduire le nombre des avortements dans notre pays. La notification parentale et les précautions pour que le consentement soit informé seraient hors la loi, comme le seraient les lois interdisant des procédures comme l’avortement par naissance partielle ou celle qui protège un enfant né vivant des suites d’un avortement raté. Les cliniques d’avortement seraient soustraites à la réglementation. L’amendement Hyde restreignant le financement fédéral de l’avortement serait abrogé.

La FOCA aurait des conséquences mortifères pour la vie humaine prénatale. La FOCA aurait un effet tout aussi destructeur sur la liberté de conscience des médecins, des infirmières et de tous les personnels de santé dont les convictions personnelles leur interdisent de coopérer à l’assassinat privé des enfants à naître. Elle menacerait les institutions catholiques de santé et Catholic Charities. Ce serait une loi mauvaise qui diviserait davantage notre pays, et l’Église sera résolue à s’opposer à ce mal. Sur cette affaire, celle de la protection légale des enfants à naître, les évêques ont le même avis, comme les catholiques et les autres personnes de bonne volonté. Ils sont aussi des pasteurs qui ont entendu des femmes dont la vie a été amoindrie parce qu’elles ont cru n’avoir d’autre choix que d’avorter d’un bébé. L’avortement est une procédure médicale qui tue, et ses conséquences psychologiques et spirituelles sont inscrits dans la douleur et la dépression de tant de femmes et d’hommes. Les évêques ont de la suite dans les idées parce qu’ils sont d’abord sincères et dévoués.

O La récente élection s’est jouée sur l’emprise de l’inquiétude quant à l’économie, à la perte d’emplois et de maisons, et à la sécurité financière des familles, chez nous et partout dans le monde. Si l’élection est idéologiquement mal interprétée dans le sens d’un référendum sur l’avortement, alors l’unité désirée par le Président élu Obama et tous les Américains dans cette période de crise, ne pourra être atteinte. L’avortement ne se contente pas de tuer des enfants à naître, il détruit l’ordre constitutionnel et le bien commun qui ne peut être assuré que si la vie de chaque être humain est légalement protégée. Des décrets présidentiels [executive orders] et une législation agressivement pro-avortement auront pour effet d’aliéner de manière permanente des dizaines de millions d’Américains, et seront considérés par beaucoup comme une agression contre le libre exercice de leur religion. Cette déclaration est écrite à la demande et sous la direction de tous les évêques"

La mise en oeuvre du projet FOCA était inscrite dans le programme de Barack Obama. Ce qui explique la réaction de ce prêtre.

Michel Janva

Partager cet article

1 commentaire

  1. Merci à l’épiscopat américain. Ces évêques sont les bienvenus en France pour remplacer certains évêques mollasons.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services