Bannière Salon Beige

Partager cet article

Non classé

Une proposition de loi pour défendre les sonneries de cloches en Alsace-Moselle

Clocher Les sonneries des cloches des églises font l’objet, dans de nombreux villages, de récriminations de la part de certains riverains, le plus souvent minoritaires. Il serait peut-être hasardeux de généraliser sur la part , dans ces plaintes, de l’hostilité au catholicisme – mais les cloches en rappellent la place dans la sphère publique française, et c’est parfois cela qui est insupportable à certaines oreilles.

En Moselle, devant de telles plaintes, et s’appuyant sur le régime particulier du département, le préfet avait pris un arrêté fixant de nouvelles règles à tout le département (interdisant les sonneries de 20 heures à 8 heures), mais qui a multiplié les litiges.

Le député local Marie-Jo Zimmerman (et son homologue Jean-Louis Masson au Sénat) a récemment déposé une proposition de loi sur le sujet, dans le but de rendre en Alsace-Moselle la décision aux responsables civils et religieux locaux et de limiter les litiges :

Article 1er

[…] « Les sonneries des cloches servant à l’exercice public du culte sont réglées par décision conjointe du maire et du desservant local du culte. En cas de désaccord, elles sont réglées par arrêté préfectoral. »

Article 2

[…] "Il appartient au maire de déterminer l’horaire des sonneries des horloges apposées sur les bâtiments publics ou sur les édifices cultuels de la commune, après avis du desservant local du culte lorsqu’il s’agit d’un édifice cultuel. »

Article 3

"Les dispositions des articles R. 1336-6 à R. 1336-10 du code de la santé publique relatifs aux bruits de voisinage ne s’appliquent pas aux sonneries de cloches ou de carillons des bâtiments publics ou des édifices cultuels de la commune. »

Sympathique – mais sans doute destiné, comme la grande majorité des propositions de loi, à ne pas trouver de place à l’ordre du jour.

Henri Védas

Partager cet article

13 commentaires

  1. La décision du préfet n’est pas aussi anodine qu’il n’y paraît, en effet en interdisant les sonneries jusqu’à 8 heures du matin il empêche l’angelus de 7 heures de sonner. Dans mon village et dans beaucoup d’autres en France on l’entend encore, pour combien de temps?

  2. A ceux qui se plaignent du son des cloches, je leur suggérerais d’aller s’installer dans une quelconque zep. Là, à la place des angelus ou des heures, ils auront les sonos, les radios des voitures hurlant leurs décibels jusqu’au plein milieu de la nuit(sans parler des vociférations et des rodéos). Et je n’ommetrais pas les insultes si l’on demande le silence afin de pouvoir dormir en paix.

  3. martine aubry fera t’elle supprimer le carillon du “pt’it quinquin” au très laïc beffroi de Lille?

  4. @ jeangab
    Il faut arréter à tout prix ces dérives…dans mon village les cloches sonnent à 7h, 12h et 19h, en plus de chaque heure et demi-heure, où est le problème ???
    J’éprouve un réel sentiment de bien-être lorsque j’entends les cloches à 19h, marquant la fin de ma journée de travaille, comme autrefois elles sonnaient l’arrêt du travail dans les champs.
    Aujourd’hui on nous fait braire avec les cloches, et puis il y en a d’autres qui sont prêt à interdire d’autres éléments, les chiens, les chevaux (oui oui, ma voisine s’est plainte de l’odeur des chevaux, qu’elle confondait en fait avec celle de sa propre maison qu’elle n’habite que 4 jours par an), les vaches (bruits, odeur, tank à lait qui tourne dès 7h30, ici c’est une famille de parisiens qui s’est plainte)…on peut continuer longtemps.
    Je préfère (et ce n’est pas subir) entendre les cloches sonner, sentir l’odeur de la ferme, que de supporter la vue d’un minaret avec un religieux hurlant à son sommet, sentir l’odeur du kebab bientôt plus français que le porc, entendre ces voitures et leur musique de dégénérés (sans parler de leur conducteur)
    C’est un problème identitaire, si ça dérange de vivre en village alors on part en ville ou on s’en va dans un autre pays où il n’y a pas de clocher d’église ( bien plus au sud) …
    Et là, vous verrez ce qu’il en est de votre bien être.
    Tout mon soutien @ free
    Cordialement.

  5. Des citadins se sont installés un jour dans un petit village rural. C’était très bien car, contrairement à la ville, ils étaient au grand air, et se permettaient de faire du bruit sans retenue (contrairement, sans doute, à leur ancien domicile, où le voisinage et la police plus proche ne le permettaient pas).
    Ces gens se considérant “libres” chez eux, n’avaient cure de gêner leur voisins paysans. Ils se couchaient donc plus tard…
    Le matin, à l’heure où le soleil se lève et où les voisins soignaient les bêtes, le coq chanta. Ce brave gallinacé est un symbole pittoresque de tout village campagnard, mais cette fois-ci, il ne fit pas la joie des “néo-ruraux” qui n’appréciaient pas un réveil si matinal. Ils demandèrent la peau du pauvre coq.
    Pour votre histoire de cloches, je ne pense pas qu’il faille donc chercher une attaque contre le clocher catholique. Comme pour le chant du coq, il s’agit sans doute de couche-tard qui veulent bien égoïstement imposer leur mode de vie là où ils s’installent.
    Tenez, voici une anecdote récente: une bande de jeunes gens vint s’établir pour l’été en pleine campagne. Sans prévenir quiconque, se sentant seuls – donc libres – ils organisèrent une soirée (une nuit, plutôt) “rave-party”. Malheureusement, le vent porta le bruit vers un hameau voisin. Un habitant se déplaça donc, après minuit, pour leur demander avec courtoisie de baisser le son. Ils continuèrent de plus belle. Vers 2h du matin, un père de famille excédé y alla et leur dit que c’était inadmissible, que sa fille de 2 ans en arrivait à bouger dans son lit à cause du rythme trop fort. Réponse: “ta fille fera pareil quand elle aura notre âge”. Finalement, les gendarmes – copains avec le propriétaire du terrain qui hébergeait gentilment la “soirée” – finirent par calmer la troupe sans confisquer quoi que ce soit. Ces jeunes gens terminèrent leurs vacances avec la conviction que les gens du coin étaient des arriérés liberticides. Selon l’un d’entre eux, l’inconvénient des villages ruraux ce sont les habitants. Pour y vivre, il m’expliqua, avec toute la sagesse dont il était capable, qu’il fallait “s’écraser” pendant 3-4 ans, accepter comme vrai tout ce que les vieux disaient, et ensuite, bien assis dans la place, faire enfin tout ce que l’on désire.
    Face à un raisonnement pareil, j’ai alors préféré ne rien ajouter.

  6. A JB, J’ai peut-etre été mal compris…les sonneries de cloches ne me dérangent pas le moins du monde,au contraire je voulais simplement souligner que derrière le prétexte du “bien être public” peut se dissimuler une forme rampante de laïcisme, pourquoi le préfet ne limite-il pas son interdiction à 6H30, la plupart des gens se réveillant de toute façon à 7h00 pour aller au travail? Il faut lutter contre tout ce qui tend à restreindre au privé la religion.

  7. avez vous déjà voyagé en pays musulman ? moi oui. A 4 h du matin, on y entend le muezzin appeler à la prière, bien relayé par des hauts parleurs, réglés très fort et dirigés vers les 4 points cardinaux. Ceci pour le cas où on n’entendrait pas suffisamment. Et on remet ça à 7 heures du matin, et ainsi 5 fois par jour.
    C’est cela que certains Français préfèrent ? au train où nous allons, rassurez vous , ça va arriver. Et je vous assure que ça réveille, et bien ! et en pleine nuit….et que nous regretterons TOUS notre bon vieil Angélus

  8. le directeur de notre collège (catholique) reçut il y aquelques années une délégation de voisins excédés par la cloche (pas les sonneries) de l’établissement ( triple angélus, heures et demi-heures). Une fois leur argumentaire développé assorti de la menace à peine voilée de faire intervenir le maire ou on ne sait qui, le directeur leur dit simplement ceci : ” quand vos maisons ont elles été contruites?”
    “Euh, en 1995 pourquoi?”
    “eh bien voyez vous notre établissmeent a été construit en 1850, à l’époque où on a installé ce clocher , c’était la camapgne ici. Personne ne vous a obligé à vous installer sous nos cloches. Autre remarque???”
    Les voisins, honteux et confus, jurèrent mais un peu tard, qu’on ne les y reprendrait plus.

  9. @ jeangab
    merci de votre remarque, j’ai bien saisi le sens de vos propos. 🙂
    J’ai d’ailleurs énormément apprécié toutes les anecdotes que chacun cite…de quoi écrire un livre!!

  10. eh bien moi je suis catho, réac, et tout le reste, et j’en ai assez de me faire réveiller 7/7 jours à 7H du matin par la “sonnerie civile” car c’est ainsi que la mairie l’appelle. En effet, l’église appartenant à l’état, ce n’est plus l’angélus, mais la sonnerie civile. De là à changer le “s” pour un “c”.
    De plus, je vous demanderai de me citer une parole d’évangile où le Christ nous demande de nous réveiller tous les jours à 7H?
    Dernière chose, mon curé m’a dit que l’heure de l’angélus, c’est l’heure du soleil, donc il n’est écrit nulle part qu’il faut absolument que ce soit 7h.
    Moi j’ai demandé à la mairie de reculer l’heure des sonneries, et tous les rouges du village me sont tombés dessus, ceux qu’on ne voit jamais à la messe, mais qui veulent garder leur sonnerie à 7h, sous prétexte que ça a tjrs été comme ça.
    Ca c’est un argument…
    Moi je voudrai que mes 5 enfants dorment le we… ça vous parait indécent?

  11. Je ne ferais que reprendre la citation de Claire:
    “Personne ne vous a obligé à vous installer sous nos cloches. Autre remarque???”.
    Si on ne peut défendre nos clochers alors nous ne pourrons défendre le reste quand le moment sera venu…

  12. @jb, j’avais bien lu le commentaire de claire, mais ce n’est pas un argument, loin s’en faut.
    Battons nous pour ce qui est important, laissons les chrétiens dormir et prier quand bon leur semble, c’est justement ça qui nous différencie des musulmans

  13. Très juste, mais les cloches représentent la vie du village, autrefois elles annonçaient les attaques (tocsin) et encore aujourd’hui avertissent lorsqu’une personne du village décède, elles marquent les grands moments de la France aussi, la Libération (je n’y était pas…je sais), les moments forts de la communauté chrétienne.
    Et donc détruire l’usage des cloches c’est, à mon avis, détruire un peu de l’Eglise et l’église.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]