Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Une nouvelle guerre de religion

Une nouvelle guerre de religion

De Guillaume Bernard, maître de conférences, dans L’Etudiant libre:

Apparemment, les mesures gouvernementales annoncées pour le vendredi 24 avril ne devraient pas changer grand-chose à la situation depuis le début du confinement général. Les lieux de cultes sont autorisés à rester ouverts mais avec interdiction d’y tenir des réunions, hormis le cas des funérailles ne pouvant rassembler qu’un maximum de vingt personnes. (1)

L’incohérence (pour le moins), l’indécence (en fait) des dispositions de l’Exécutif durent depuis le commencement de cette mesure – inédite, semble-t-il, dans l’histoire de l’humanité – de surveillance administrative systématisée. Car, il est incompréhensible que des rassemblements jusqu’à cent personnes soient possibles (2), mais pas la célébration de la messe. Est-ce à dire que le coronavirus serait plus susceptible de se propager dans une église que dans les queues à l’entrée et aux caisses des supermarchés?

Il ne faut donc pas s’y tromper. Si la messe devait rester prohibée après le 11 mai, date annoncée de la levée du « grand renfermement » généralisé, le scandale ne ferait que perdurer ; il ne serait pas nouveau, bien qu’accru en comparaison avec les activités susceptibles d’être libéralisées (réouverture des institutions scolaires, redéploiement des transports en commun).

En fait, cette intolérable atteinte à la liberté du culte permet une triple révélation (pouvant être salvatrice) : sur l’idéologie du pouvoir, le ressort du lien social et l’état interne de l’Église.

La politique gouvernementale montre à quel point la laïcité est impropre à assurer des relations paisibles entre le spirituel et le temporel, à réaliser la concorde entre l’Église et l’État. […]

Outre qu’il [le gouvernement] ne comprend pas (ou se refuse à comprendre) que la messe n’est pas un culte parmi d’autres parce qu’elle est le renouvellement non-sanglant du sacrifice du Christ et qu’elle met en présence le célébrant (configuré au Christ) et les fidèles en présence de Dieu, réellement présent dans l’hostie consacrée, le fait que le Gouvernement ait considéré que la pratique du culte n’était pas indispensable, vitale pour les hommes, illustre clairement – si tant est qu’il était besoin d’en avoir la preuve – le matérialisme sous-jacent à l’actuel régime.

Or, ses limites sont désormais palpables : d’une part, sa tolérance (vis-à-vis de la spiritualité) n’est que de façade et, d’autre part, son incapacité à répondre au besoin d’un homme complet fait d’un corps et d’une âme (dont les chrétiens pensent qu’elle est immortelle) est concrètement constatable. Le matérialisme ne remplit pas le vide qu’il entraîne en prétendant évincer le religieux. Et la nature humaine a horreur du vide !

Personne n’est obligé d’être croyant (liberté au for interne) et pratiquant (liberté au for externe), mais que ceux qui ne le sont pas ne contraignent pas les autres à n’être que des bêtes sauvages. Ils abuseraient de leur pouvoir. Il y aurait, là, une flagrante atteinte à l’authentique liberté de religion, celle de l’Église de proposer sans contrariété son enseignement à chacun et à tous.

La docilité (pour ne pas dire, par courtoisie, la couardise) a ses limites. L’obéissance n’est qu’un moyen et non une fin. De même qu’une loi n’est loi qu’à la condition d’être conforme à l’ordre des choses, l’obéissance n’a de valeur que si elle est ordonnée au bien. Il s’avère que la crise sanitaire réactualise une tension doctrinale au sein de l’Église.

Mais, contrairement à ce qui pourrait être pensé, la ligne de démarcation ne passe pas entre « traditionnalistes » et « conciliaires » (on trouve des ecclésiastiques et des fidèles… dociles… au sein des deux tendances liturgiques) mais entre catholiques convaincus et mondains, entre catholiques « zélés » et « politiques » (pour reprendre la distinction qui avait cours au second XVIe siècle) entre prêtres « réfractaires » et « jureurs » (pour faire allusion aux événements révolutionnaires).

Les tenants du régime doivent bien se rendre compte que les mesures qu’ils prennent sont en train d’ouvertement réactiver une offensive (qui était devenue larvée mais n’en était pas moins toujours bien réelle) menée par le laïcisme, le matérialisme et le légalisme contre le catholicisme. Et, dans ce nouvel épisode des guerres de religion(s), il y a bien un agresseur et un agressé.

Partager cet article

7 commentaires

  1. Enfin, certains esprits éclairés commencent à franchir le rubicon de la pensée , en constatant que non, le gouverne-ment , n est pas seulement nul et lâche mais que c est à dessein qu il s en prend au Christianisme et que la roue de 1789, si elle s était un peu ralentie depuis la 3 ieme rep , ces derniers temps, s est remise à tourner plus vite , d une maniére folle.
    Encore un effort , pour decouvrir que dans l énoncé historique des attaques contre l Eglise , existe un fil rouge discontinu , qui fera apparaître le regime des lumieres tenebreuses ( j adore cet oxymore) comme la pensée du prince de ce monde , un peu plus clairement dans l esprit de nos intellectuels.

  2. Pardon ” un fil rouge continu…”

  3. Désolé mais nous ne sommes pas dociles aux consignes du gouvernement mais à celles de nos Évêques !
    Sans quoi nous aurions des messes un peu partout que cela plaise ou non au gouvernement.

  4. Les églises sont ouvertes et semble-t-il accessibles à tous.
    Théoriquement je peux donc aller me recueillir devant le Saint-Sacrement …. mais le cas n’est pas prévu sur mon laisser-passer … pardon sur l’attestation de déplacement dérogatoire !
    ???????

  5. Tout est dit dans le commentaire de ce Monsieur. Rien à rajouter.
    Venara vous avez raison.Dans un autre post de ce site ,un monsieur disait avoir posé la question sur le tchatch de la police nationale et obtenu comme réponse qu’il fallait cocher la case “déplacements dans des établissements autorisés”. Je lui avais fait remarquer que ça n’était pas très logique vu qu’il y était ajouté pour des achats de première nécessité et que j’allais moi même aller sur le tchatch. Finalement je suis allée voir sur le tchatch mais n’ai pas posé la question car on est déjà bien contents de pouvoir aller adorer 5 mn dans le cadre d’une petite promenade, donc pas la peine de se faire remarquer. C’est malheureux mais c’est ainsi.Je vous conseille une BD extraordinaire: SOS Bonheur de Vandame, histoire d’une dictature sanitaire.

  6. On va voir la suite … on va bien voir si les évêques vont véritablement “aboyer” … dans le désert ?

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services