Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Avortement

Une maman prouve au monde entier que son fœtus de 14 semaines est bien un être humain

Une maman prouve au monde entier que son fœtus de 14 semaines est bien un être humain

En France, il est “permis” de tuer un foetus jusqu’à la fin de la 12ème semaine. Cette histoire (et ces photos) devrait faire réfléchir ceux qui pensent qu’il ne s’agit que d’un “amas de cellules” :

Sharran, qui habite à Fair Grove, dans le Missouri, était dévastée quand elle a fait une fausse couche à 14 semaines.

Pour dissuader les femmes de se faire avorter, elle a publié une photo de son fœtus mort « entièrement formé » même s’il ne faisait que 4 pouces de longueurs et qu’il pesait à peine 0,05 livres (…) La mère de famille affirme « tenter de vivre sa vie comme Dieu le voudrait ».

Elle a partagé son histoire sur les médias sociaux, insistant pour dire que son fœtus était un « vrai bébé ». «Comment une personne peut-elle nier non seulement l’humanité de mon petit garçon, mais aussi tous les autres bébés aussi jeunes que lui et les tuer de manière aussi horrible? », a demandé Sharran dans sa publication anti avortement. «J’espère qu’en partageant ces photos de mon précieux petit garçon, cela pourrait inciter une personne envisageant un avortement à laisser son enfant vivre. En le regardant, en le tenant dans ma main, en regardant à quel point il était parfaitement formé: j’étais émerveillé.Je n’arrivais pas à croire à quel point tout était parfait. Ses oreilles, sa langue, ses gencives, ses lèvres. Je ne pouvais pas y croire », a-t-elle continué.

« Vous avez ces bouquins sur les bébés qui vous montrent des diagrammes d’un bébé in utero, mais il ne ressemblait en rien à ce que j’avais vu. […] Il avait juste besoin de continuer à mûrir et à grandir et à se développer. Cela m’a époustouflée. C’était un sentiment incroyable. C’est vraiment difficile à décrire. Même s’il était décédé, j’ai eu la chance de tenir mon bébé immobile. Ce désir était accompli. J’étais reconnaissante pour cela. Je ne pouvais pas le comprendre. »

« Lorsqu’une femme perd son enfant à naître, elle ne peut plus faire son deuil de la même manière qu’une femme qui a donné naissance à un bébé qui meurt après sa naissance. Quand une femme perd son bébé à naître, c’est presque comme si vous ne devez pas en parler. Une femme le traverse seule et je crois que c’est parce que d’autres personnes ne le reconnaissent pas comme un être humain, comme un bébé. Il ne s’agit pas seulement d’une femme en deuil devant son bébé et incapable de donner la vie à son bébé, il s’agit de ne pas reconnaître qu’il s’agit d’un bébé. C’est juste un petit bébé. »

Les médecins ont proposé un curetage, mais Sharran a refusé. Elle voulait garder son bébé en un seul morceau.

Chers amis,

Pour mieux diffuser nos idées, abonnez-vous à notre lettre quotidienne ou à notre lettre hebdomadaire et faites-les suivre à vos amis. Nous ne pouvons compter que sur votre soutien pour étendre l'audience du Salon beige.

Merci de votre fidélité

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

3 commentaires

  1. La dernière phrase ne veut rien dire : un curetage se fait après l’évacuation du bébé, non ?

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services
Copied!