Une fillette de quatre ans meurt de paludisme … en Italie

Le dernier cas autochtone a été diagnostiqué en 1962 en Sicile

Une petite Italienne âgée de quatre ans est morte à Trente d'un paludisme cérébral, une forme pernicieuse et grave de l'infection à Plasmodium falciparum. La famille n'aurait effectué récemment aucun déplacement dans les pays d'endémie. Elle avait au contraire passé ses vacances en Vénétie. 

Giovanni Rezza, épidémiologiste et médecin chef du département de maladies infectieuses de l'Institut supérieur de la santé, s'étonne :

« Il s'agit d'un cas extrêmement rare et étonnant car cette maladie est transmise par un type de moustique qui ne vit pas en Italie et nous ne savons rien sur le type de transmission du virus dans ce cas précis ».

L'hypothèse des changements climatiques et d'une sorte de mutation des moustiques est déjà envisagée…

Autre explication plus crédible : un moustique aurait été « importé » dans une valise par un passager en provenance d'une zone à risque. Un rapport annuel sur l’épidémiologie des maladies infectieuses, publié le 12 juillet 2017, dresse le bilan de plus de 50 maladies infectieuses recensées en Allemagne en 2016. Ce rapport montre une incidence accrue de la conjonctivite à adénovirus, du botulisme, de la varicelle, du choléra, de la cryptosporidiose, de la dengue, de l’échinococcose, de l’E. Coli entérohémorragique, de la giardiase, de l’infection à Haemophilus influenzae, du Hantavirus, de l’hépatite, de la fièvre hémorragique, du VIH / SIDA, de la lèpre, de la fièvre récurrente à poux, du paludisme, de la rougeole, de la méningococcie, de l’encéphalite méningée, des oreillons, de la paratyphoïde, de la rubéole, de la shigellose, de la syphilis, de la toxoplasmose, de la trichinellose, de la tuberculose, de la tularémie, du typhus et de la coqueluche.

Laisser un commentaire