Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France / France : Société

Une Démocratie en s’écroulant, laisse la place à une Dictature

Une Démocratie en s’écroulant, laisse la place à une Dictature

Questions du Salon beige à Philippe Bornet :

Les hasards du calendrier éditorial font que les Dictateurs de Jacques Bainville sont réédités au moment même où tant de dirigeants évoquent le spectre des années 30. Pensez-vous que la France soit effectivement « mûre » pour la dictature ?

En effet. Il suffit de se mettre sous les yeux le tableau complet des dictatures romaines et françaises pour être frappé par la coïncidence troublante de douze points communs. La Dictature est instaurée quand un gouvernement échoue devant le désordre dans la rue, que la guerre menace ou éclate, que les élites échouent et prennent peur devant le mécontentement de leur police et de leur armée. Un général orgueilleux et désobéissant négocie avec cette élite, la séduit, lui garantit ses prébendes et s’empare du pouvoir. Mais son ambition ne s’arrête pas là. Il va réformer le fonctionnement de l’Etat et la Constitution.

Je ne suis ni le seul ni le premier à penser qu’une dictature puisse survenir, témoin cette remarque d’Emmanuel Todd dans Libération du 06.09.18 :

« Je pense que la démocratie est éteinte en Europe. Le gros de l’histoire humaine, ce n’est pas la démocratie. L’une de ses tendances lourdes est au contraire l’extinction de la démocratie… Mais un historien sait qu’il y a une vie après la démocratie ».

Une enquête de l’IFOP de novembre 2018 a établi que 41% des Français sont d’accord pour confier le pays “à un pouvoir politique autoritaire”. Pourcentage encore plus net chez les étudiants.

Comme Bainville, vous tentez de comprendre le phénomène dictatorial, non pas d’abord à partir de l’actualité, mais à partir de l’histoire. Pourquoi ce parti-pris?

Notre maitre Pierre Gaxotte, nous a appris qu’un historien est un journaliste du passé et un journaliste un historien de l’actualité. Comme je l’ai écrit dans ma dédicace à ma nièce, étudiante en sciences politique, “il faut prendre ses leçons aux pieds de Clio et non dans les bras des Trissotins de la pensée unique”. L’Histoire ne repasse peut-être pas les plats comme disait Céline, mais elle balbutie assez pour que la répétition des mêmes événements nous permette d’en tirer des principes stables et applicables à l’actualité. Une Démocratie en s’écroulant, laisse la place à une Dictature qui elle-même devient parfois une Monarchie.

Comme l’a écrit mon préfacier Jean Tulard,

“dans la lignée d’un Jacques Bainville, Philippe Bornet nous propose un tableau de la dictature objectif, historiquement fondé et parfaitement d’actualité”.

Au regard de l’histoire, quelles conditions voyez-vous à l’instauration d’une dictature ?

Outre la déconsidération dont nous avons parlé plus haut et dont pâtit le gouvernement, il faut la conjonction d’un homme exceptionnel et d’une conjoncture exceptionnelle. Le Dictateur n’est pas un général comme les autres. Il n’est pas gêné par le carcan de l’obéissance ni par une humilité de caractère. Il foule aux pieds les espoirs de Liberté et froisse les intérêts de l’oligarchie d’une main de fer. C’est grâce au soutien populaire qu’il y parvient, et en jouant une partie de l’oligarchie contre l’autre. L’exemple du 18 Brumaire est frappant de ce point de vue : les révolutionnaires perdirent le pouvoir véritable mais ils furent comblés de distinctions et conservèrent les Biens Nationaux.

Vous insistez beaucoup sur la différence entre dictature et tyrannie. Pouvez-vous préciser les différences que vous voyez entre les deux ?

Malheureusement, notre époque a perdu la notion de cette distinction pourtant fondamentale. Aucun révolutionnaire n’a traité Louis XVI de dictateur ! En revanche, il il a été souvent traité de tyran. La Souveraineté est composée de deux facultés : la Puissance (Potestas) et l’Autorité (Auctoritas). La Puissance est l’utilisation de la force, l’Autorité est la capacité à se faire obéir sans contrainte. Le Tyran n’a que la Puissance mais le Dictateur dispose des deux.

Il n’y a pas de tyrans chez les peuples libres comme le nôtre. Les tyrans y sont rapidement mis à bas après quelques mois au faîte de l’Etat. En revanche, la France comme Rome accepte les Dictateurs qui jouissent d’un soutien populaire et recourent au plébiscite ou au referendum.

Il existe par ailleurs un lien très fort entre dictature et république. Comment l’expliquez-vous ?

Le dilemme de l’erreur démocratique c’est de n’avoir le choix qu’entre l’échec ou la contradiction. Pour se survivre, la Démocratie se contredit et concentre les pouvoirs en une seule main. C’est un pari risqué qui réussit cependant souvent : il y a eut soixante-quatre dictateurs qui déposèrent leur dictature avant que Sylla ne modifie la marche des institutions. Il fut souvent imité tant par César que par Bonaparte ou De Gaulle.

En se pérennisant, la Dictature change de nature et devient Monarchie. Bergson nous l’a expliqué : la différence de nombre emporte avec elle celle de nature. Voyez ce mouchoir dans ma poche. Faites-le trois fois plus grand, c’est une serviette. Vingt fois plus grand, c’est un drap de lit. Sa nature apparente n’a apparemment pas changée : c’est du coton tissé. Cependant la cause finale n’est plus la même : essayez de vous nettoyer le nez avec un drap ou de faire votre lit avec une serviette. Il y a mécompte.

Pour utiliser un mot à la mode, c’est un concept disruptif.

Demain la Dictature, Philippe Bornet, Presses de la Délivrance, 22 euros

Les Dictateurs, Jacques Bainville, Tempus Perrin, 9 euros

 

Partager cet article

7 commentaires

  1. De toutes façons étant donné la plénitudes de pouvoirs donnés par la Vème république au Président, et à l’abus de ceux-ci par Macron, contre la volonté populaire expresse et les corps intermédiaires, son régime peut, d’ores et déjà, être considéré comme une tyrannie. Il détient la puissance (Le Potestas), mais non l’ autorité (Auctoritas) face au peuple. Dans ces conditions pas étonnant que de plus en plus de gens verraient la Dictature comme un moindre mal!

    • Surtout si elle nous apporte la monarchie, comme en Espagne. Mais dans ce pays, elle reste un régime fondée sur la démocratie qui baigne ainsi toujours cette nation dans ses vices originels.
      Une vraie monarchie ne peut se fonder que sur le recouvrement de la Foi chrétienne et nous avons encore pour ce faire un long chemin à parcourir. Le peuple n’est pas mûr pour renouer avec ses racines religieuses et culturelles et pour cela nous devons tomber encore plus bas. Tristes perspectives.

  2. Cela fait longtemps que le Gouvernement n’ose plus faire preuve d’autorité… depuis 1968 pour être plus précis ! Et contrairement à ce que pensait Céline, l’Histoire repasse toujours les mêmes plats… seule le cuisinier change, et avec lui les sauces ! Mais ce sont toujours les mêmes plats, parce que la nature humaine ne change pas…

    Je veux dire par là que ce sont toujours les mêmes passions humaines qui provoquent les mêmes catastrophes ! Mais je ne sais plus qui a dit que ce sont toujours les médiocres et les « petits » qui provoquent les catastrophes, et que celles-ci révèlent toujours des péchus et des « grands » pour les réparer… et le cycle recommence !

  3. Devant nous, j’imagine trois voies : une dictature de gauche, toujours possible car relayée par de puissants leviers et l’égalitarisme, mal endémique du peuple français quotidiennement entretenu. Une dictature islamique, assurant son pouvoir sur les décombres du libéralisme libertaire, avec la complicité de la FM, éternels collabos des ennemis de la France. Une dictature conservatrice préparant le retour du Roi. Sinon, le chaos quasi général, chacun pour soi et, éparpillés ça et là, des hameaux qui entretiennent la tradition et la résistance, tels que décrits avec talent par Jean Raspail. La puissance de Mammon est considérable et durable, hélas…

  4. C’est déjà une dictature et le propre des dictatures c’est d’être abattues.

    • Bien parlé, Duport ! Et dans les trois voies imaginées par Gilles Tournier, je servirai de mon mieux la troisième, celle qui préparera le retour du Roi… en sachant très bien que je risque de perdre la vie face à la seconde, mais alors ce sera les armes à la mains !

  5. « A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines. »

    Léon XIII, « Rerum Novarum. »

Publier une réponse