Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Avortement

Une clinique d’avortements, “en vrai”

Une ancienne employée d'une clinique d'avortement témoigne de l'aspect macabre :

A "Le macabre, même lui, devenait banal. L’humour noir, que j’avais vu dans les films présentant des équipes médicales confrontées , jour après jour, à la maladie et à la mort, était exactement sa place dans une clinique d’avortement.

J’ai le vif souvenir d’une femme de ménage abandonnant son travail à la clinique après avoir vu un pied d’enfant dans l’évier de la pièce de l’autoclave où l’on nettoyait les instruments de l’avortement – et comment nous en avons rigolé de ça dans la salle des employées pendant des jours et des semaines.

Un jour il y eut une coupure d’électricité de quelques heures et il nous fut interdit d’ouvrir le congélateur renfermant les « déchets médicaux » (comprenez : les morceaux de bébés morts dans des sacs bio-sécurisés). Inévitablement, quelqu’un a quand même ouvert la porte du congélateur. Je n’oublierai jamais, tant que je vivrai, l’odeur émanant de la décomposition de ces corps humains. Mais nous riions et plaisantions en disant qu'au moins « ils » avaient plus de chance que nous car au moins, dans ce frigo en panne ils ne pouvaient pas sentir l’odeur.

Il reste que dans cette clinique je ne me sentais pas bien, peut-être parce que je savais au fond de mon cœur que c’était mal. Tout était mauvais. Spécialement ceci : un enfant mort conservé dans le congélateur du labo. On avait fait de ce fœtus parfait de 10 semaines, qui avait « survécu », intact – une « anomalie médicale » – à l’avortement par succion, un « objet pédagogique » à montrer à qui voulait bien le voir. Et donc il – j'ai bien eu l'impression que c'était un garçon – eut le privilège douteux d’être conservé dans le formol d’un bocal en plastique mis au frigo. Je crois qu'on l'appelait Charlie, mais je ne m'en souviens pas bien. Je sais qu'il avait un nom, mais heureusement je l'ai oublié ou refoulé. Mais il était là. Chaque jour où j'y ai travaillé.

Parfois je jetais sur lui un coup d’œil, fascinée par la bizarrerie de tout cela mais mue aussi par la curiosité scientifique – chaque autre avortement avait pour résultat des parties, des bouts, des morceaux d’humains dans un bocal : mais cette miraculeuse petite créature était parfaitement formée et entière – hormis le fait désolant qu'il était mort. Il n’y avait pas de membrane amniotique, pas de placenta, juste un parfait, un minuscule tout petit bébé. Il flottait dans le bocal. Au congélateur. Témoin silencieux, pour toujours, de cette marche vers la mort de ses frères fauchés avant d'éclore."

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

8 commentaires

  1. La vérité comme l’eau est incompressible;un jour ou l’autre elle refait surface. Les actes mauvais sont de boomrangs ils reviennent toujours à leur lieu et date de production.Un seul remède :la pénitence.Prions pour ces personnes que l’on force à des complicités inhumaines;bientot tout le corps de santé sera transformé en serial killer…Horrible

  2. Horrible, oui, ces lieux sont la succursale de l’enfer.

  3. Un remède pour contrer l’avortement, le “Rosaire de l’Enfant à naître” à commander à :
    ETOILE NOTRE DAME BP 434
    53104 MAYENNE CEDEX
    Vidéo “le Rosaire de l’enfant à naître” :
    http://gloria.tv/?media=190442

  4. Il y a 70 ans, ces gens-là auraient fait de parfaits tortionnaires SS à Auchwitz, mais ce n’est pas politiquement correct de le dire, sauf en Pologne. Enfin, prions pour que ces gens se convertissent.

  5. Seigneur, comme c’est dur à lire. Et on ne sait pas tout… Pauvres enfants, pauvres mères… et pauvres assassins !

  6. J’espére qu’un jour il y aura un Nuremberg de ces atrocités!

  7. jeffmoveone,
    “J’espére qu’un jour il y aura un Nuremberg de ces atrocités!”
    Avant celui du communisme ou au même moment ?
    C’est de l’ironie qui n’est pas dirigé contre vous mais contre le “Système”.

  8. L’horreur absolue.Dieu merci ces petits-là vont tout droit au Ciel renforcer la cohorte des anges.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services