Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : L'Eglise en France

Un village cherche un prêtre pour une messe le 15 août

Un village cherche un prêtre pour une messe le 15 août

L’annonce est parue dans France catholique. Si le maire de Veuvey-sur-Ouche demande un prêtre occasionnel, l’évêché sera-t-il d’accord ?

Partager cet article

8 commentaires

  1. Quel merveilleux message
    On aimerait que ce beau village et son église reçoivent de nombreuses visites tout au long de l’année.
    Un prêtre jeune retraité pourrait peut-être célébrer la messe de l’Assomption et être accueilli pour des vacances.

  2. Cette maire n’a qu’a demander a une communaute traditionnelle de droit pontifical comme la Fraternite St Pierre, ou Instituts du Bon Pasterur, St Vincent Ferrier, du Christ Roi Souverain Prêtre et tutti quanti….
    Apres tout quoique disent les autorites eclesiastiques , la loi de 1905 sera respectee car un culte catholique y aura lieu, et il n’est rien spécifié par rapport a l’eveque; c’est un contrat entre l’Etat et l’Eglise. Si la communaute est d’Eglise le contrat est respecté ; de toutes les facons on ne voit pas quelles seraient les pressions contre la Maire, je parie que ses paroissiens apres avoir hesite pour certains seront finalement bien contents s’ils sont correctement mis au courant de la Verite sur la Validite pontificale de ces communautés et là, ce sera à la Maire de leur expliquer, preuves a l’appui fournies par lesdites communautés.

  3. Une Église sans prêtres, est-ce l’aboutissement du “chemin synodal” ?

    • C’était le rêve de Luther dont la statue trône aujourd’hui au Vatican…

    • C’est malheureusement ça ! ! ! Il n’y a pas de danger que les évêques fassent appel à un prêtre de la tradition ! Ils préfèrent voir les églises vides et abandonnées , c’est le merveilleux résultat de ce funeste concile V2 ! ! !………….

  4. Quand on connaît la pyramide des âges chez les prêtres en activité actuellement, on peut craindre que ce type d’annonce se banalise de plus en plus en France mais plus seulement dans des bourgs de 200 habitants. Cela devient banal aujourd’hui dans des villes plus importantes. Ce qui l’est moins, c’est le SOS lancé par un maire !

Publier une réponse