Bannière Salon Beige

Partager cet article

Homosexualité : revendication du lobby gay / Institutions internationales

Un rapport de l’ONU réclame de nouveaux droits pour les LGBT

Un nouveau rapport de l'ONU fait du "rentre-dedans" pour tenter d'imposer de nouveaux droits aux LGBT, alors même que ces prétendus droits, notamment le "mariage" entre personnes de même sexe, ne font pas partie des attributions de l'ONU (FridayFax de C-Fam) et n'y sont pas mentionnées, sauf accidentellement :

"Le rapport documente le rythme rapide du lobby LGBT dans la bureaucratie de l’ONU. Trente nouveaux postes de la matrice de toutes les agences de l’ONU ont été couverts comme « points clés » pour les « Droits LGBT », une expansion drastique si l’on considère que le terme « d’orientation sexuelle » est apparu seulement dans une résolution de l’ONU, et même dans ce cas, pas à travers un consensus.[…]

Il prie instamment les pays de reconnaître la préférence sexuelle des personnes « à leur demande », sans tenir compte de leur sexe biologique ou de leur statut marital, pour « promulguer une législation intégrale anti-discrimination » en se basant sur les LGBT tant dans la sphère politique que dans la privée, et offrir la « reconnaissance légale et la protection des couples du même sexe » au même niveau que les couples mariés, même si l’on se rend compte que « le droit International n’exige pas des Etats qu’ils reconnaissent les couples du même sexe ».

En accord avec le rapport, les gouvernements doivent faire face « pro activement »  aux barrières contre « les droits des LGBT », « y compris les attitudes et les pratiques discriminatoires ». On répète l’accusation sur le fait que la doctrine de l’Eglise Catholique sur l’homosexualité contribue à « la stigmatisation et à la violence contre les adolescents LGBT et contre les enfants élevés par les couples du même sexe ».

Il demande l’interdiction de « thérapies de conversion » pour les personnes qui luttent contre l’attirance envers leur même sexe, ainsi que l’interdiction d’interventions chirurgicales pour réparer les organes sexuelles de garçons et de filles qui sont nés avec des défauts anatomiques, communément appelés « intersexuels ».

Le rapport dénonce 76 pays qui pénalisent l'homosexualité, mais ne mentionne pas les 13 pays d'Europe qui ont intégré dans leur constitution que le mariage est exclusivement entre un homme et une femme.

"Le rapport souligne la façon dont les programmes de télévision populaires intègrent désormais « des personnages LGBT de façon positive », ainsi que le fait que des célébrités parlent ouvertement sur le sujet. En même temps, il dit que 34 pays du monde garantissent le statut légal aux couples du même sexe.

Enfoui à la fin du rapport, on déplore l’absence d’un bureau pour « les droits des LGBT » dans le système des droits de l’homme de l’ONU. La mise en place d’un bureau de ce type a échoué à plusieurs reprises par manque d’accord entre les pays."[…]

La technique employée est éprouvée : demander beaucoup, pour obtenir juste ce qu'on veut.

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

13 commentaires

  1. “reconnaître la préférence sexuelle des personnes « à leur demande »”
    Ce genre de choix devrait relever de la seule sphère privée.
    Au fait, pourquoi ne pas inclure la préférence sexuelle pédophile explicitement? Il semble que cela soit une préférence sexuelle parmi d’autres, et on nous a assez rebattu les oreilles qu’il n’y a pas de norme en matière sexuelle, que toutes les “préférences sexuelles” sont éminemment respectables. Alors, soyez logiques jusqu’au bout! À quand la protection de la pédophilie par l’ONU?

  2. Le Gros Bazard des Tarés ; ils deviennent de plus en plus fous, signe de leur décadence, de la déchéance de la société. La secte est au pouvoir.
    Commerce d’enfants, actes dégradants et autres vilénies. Lamentable.
    Prions pour ces gens. Que le Saint Esprit les éclaire et qu’ils reviennent dans le droit chemin.

  3. S’ils sont aussi corrompus que les “experts” du GIEC, il ne faut s’attendre à rien de bon de ces gens-là! De quoi s’occupe l’ONU de nos jours? du climat et du comportement sexuel des êtres humains. Deux sujets qui n’entrent pas dans les attributions de cette institution et sur lesquels elle n’a aucun pouvoir pratique. Deux sujets créés artificiellement ( par qui????)pour pérenniser le pouvoir de l’oligarchie mondiale.

  4. sur les thérapies de conversion et l’homosexualité:
    Considérer l’homosexualité comme innée est une croyance, absolument non fondée scientifiquement, et destinée à justifier un comportement vis à vis duquel on éprouve un certain malaise, une certaine gène, une certaine culpabilité. Là le mot est lâché : il s’agit de “déculpabiliser”, afin de permettre la poursuite quelles que soient les conséquences.
    Chez l’homme les conduites sexuelles ne sont pas innées comme chez l’animal ; elles sont apprises et l’apprentissage commence dès la naissance. Dès la naissance l’enfant fait la distinction entre « papa » et « maman ». Le développement des comportements relevant de l’apprentissage relève d’une éducation “de fait” (pas de discours), d’expériences extérieures au couple parental, renforcées par la satisfaction, réduites par la souffrance ; beaucoup sont des réflexes conditionnés pavloviens profondément inscrits dans l’inconscient de l’individu.
    ° Si l’on considère que la sexualité est fondamentalement liée à l’engendrement, une paire d’homosexuels ne peut y parvenir sans le secours de l’autre sexe extérieur à la relation.
    ° Si l’on considère que l’amour humain est la recherche du complémentaire, à la fois dans la poursuite de son propre développement et dans la poursuite du développement du conjoint différent, la chose n’est pas possible pour une paire homosexuelle, sauf à ce que l’un des deux assume le rôle du sexe manquant.
    ° Si l’on considère que l’enfant a besoin pour se développer librement et complètement de deux parents différents auquel il pourra d’identifier alternativement, il faut un couple hétérosexuel.
    L’homosexualité est un “trouble du comportement” (pervers au sens freudien)qui trouve ses racines dans l’enfance et son actualisation dans des expériences homosexuelles qui renforcent les racines. Nul ne devient homosexuel sans avoir été initié par un autre homosexuel.
    La modification de comportements acquis de longue date est toujours aléatoire, mais est parfois possible (donc ne peut jamais être promise). La modification ne se fera que par une prise de conscience des racines du mal être.
    Il est plus fréquent de voir une modification du comportement qu’une modification des attirances, et lorsque celle-ci survient elle est le plus souvent précédée d’un changement de comportement.
    Je ne puis comparer le “trouble du comportement” qu’est l’homosexualité que à une addiction à l’alcool. Les A.A. disent que l’on reste alcoolique même en étant totalement abstinent, même en ayant réussi à être abstinent pendant dix ans. Les risques de rechute sont toujours présents ; ce qui est vrai. Mais en cas de rechute il est possible de refaire le chemin de sevrage et de libération et d’être à nouveau abstinent. Tout dépend de la volonté et de la motivation de l’alcoolique à sortir de sa dépendance, et bien sûr du soutient de son entourage et de la société.

  5. Merci Marie, d’être vigilante sur l’homosexualité qui est une vraie menace et un vrai blocage pour le développement personnel ; une vraie menace pour les adolescents en recherche de leur être réel ; une vraie menace pour les couples hétérosexuels, tant les tendances homosexuelles sont latentes en chaque être humain ; une vraie menace pour la société dans laquelle le relativisme moral introduit une fragilisation de fond de tout droit.
    MAIS, dans l’homosexualité il n’y a pas mort d’homme. Les assassinat que sont les avortements et les euthanasies me semblent encore plus préoccupants. ET, les homosexuels, hommes ou femmes, ne peuvent jamais être rejetés, isolés, méprisés, ostracisés. Ils ont besoin de notre aide, même s’ils l’ignorent ou la rejettent.

  6. Entièrement d’accord avec Lucas. 15 juin 2015 11:08:41
    Il n’y a pas si longtemps l’homosexualité était encore rangée dans le DSM (guide diagnostic des troubles mentaux) dans les « troubles du comportement ».
    Et malgré un matraquage médiatique exceptionnel, malgré le terrorisme de sanctions judiciaires et financières, le bon sens populaire ne s’y trompe pas : bien peu de personnes rangent ce comportement dans les “comportements normaux”, mais de plus en plus se montrent “tolérants” envers ceux-ci. 
    Tolérance qui se fonde sur une fausse perception de la liberté, vue comme un subjectivisme moral, où l’individu est seul à savoir ce qui est bon pour lui ; ce qui est manifestement une erreur car on peut se tromper de bonne foi ou être prisonnier de son passé.

  7. L’argumentation logique, rationnelle des « défenseurs-promoteurs » de l’homosexualité est tellement faible, tellement absurde, qu’ils sont obligés d’imposer leur vision par la force, la menace, le chantage. Le recours abusif à des institutions supra-nationales que l’on pare de toutes les vertus et que l’on dote de tous les moyens financiers de séduction est l’une des techniques pour « abuser » les peuples « rétifs » et de bon sens.
    Il est urgent de constituer un front international de réaction à ces tentatives de manipulations, avec des personnes désintéressées, ne cherchant pas leur promotion ou leur avantage et de manifester dans la rue, dans les journaux et sur internet l’opposition à ces délires intéressés.

  8. Bien sûr, il faut dénoncer les carences, les errements, de certains, d’abord dans leur propre intérêt.
    Mais ce qui est le plus important est de dire et de montrer la richesse et la fécondité (dans tous les domaines) d’un couple hétérosexuel, stable et monogame, fidèle jusqu’à ce que la mort les sépare.
    Plus que de critiquer, il faut montrer le beau et donner envie de le vivre.

  9. Cela suffit maintenant les abus de pouvoir, de position dominante ou même de monopole des institutions internationales !!! Elles ne parlent pas en mon nom !!! Elles ne parlent pas au nom de la majorité des hommes et des femmes !! C’est par des manipulations honteuses qu’elles arrivent à faire passer des « résolutions » qui ne sont que des « opinions » sans aucun fondement scientifique et sont en fait de vrais déni de réalité !!!
    Basta, les c… !!!!

  10. C’est de la confusion mentale volontaire et intéressée que de déclarer « normal » des comportements qui ne le sont pas.
    Pratiquer ce que saint Jean‑Paul II appelait l’anti-verbe est l’œuvre du malin ; il est passé maître dans l’art d’égarer les esprits de ceux qu’il veut perdre.
    On ne peut sortir de cette dynamique que par une parole vraie mais toujours respectueuse ET par la prière et la fréquentation des sacrements.

  11. Toute notre société décadente fonctionne sur ce schéma de perversion active et inflationnaire:
    Transgression d’hier = norme d’aujourd’hui = impératif de demain.

  12. “La technique employée est éprouvée : demander beaucoup, pour obtenir juste ce qu’on veut.”
    … et recommencer !

  13. Le diable se bat pour ses suppôts.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services