Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Un rapport accablant pour l’Elysée

Un rapport accablant pour l’Elysée

La commission d’enquête du Sénat sur l’affaire Benalla a rendu mercredi son rapport accablant. Dans Présent, Franck Deletraz écrit :

Ouvrant dans la matinée la séance devant la commission des lois du Sénat, le président de la commission Philippe Bas, entouré des deux rapporteurs Jean-Pierre Sueur (PS) et Muriel Jourda (LR), a d’emblée annoncé la couleur. En effet, a-t-il averti, « les nouveaux éléments que nous avons découverts sont encore plus graves que ceux que nous avons signalés au début de nos travaux » ! Une annonce qui valait d’abord pour le principal mis en cause, Alexandre Benalla, dont la commission a vivement dénoncé les nombreuses « réponses mensongères faites sous serment ». Des parjures à la pelle qui ont poussé logiquement Philippe Bas à demander à Gérard Larcher de saisir le parquet pour « faux témoignage » de l’ancien chargé de mission sur le « périmètre de ses fonctions à l’Elysée », « son rôle dans le dispositif de sécurité du chef de l’Etat », et sur l’utilisation de ses passeports diplomatiques.

Une accumulation de « dysfonctionnements majeurs »

Mais plus grave encore, aux yeux de la commission, la participation de Benalla, alors qu’il était en fonction à l’Elysée, à ce fameux contrat de protection conclu entre la société privée Mars et des représentants de l’oligarque russe Makhmudov. Une affaire dans laquelle, a affirmé Bas, « la sécurité du président […] a été affectée », et qui met directement en cause trois des plus hauts collaborateurs du chef de l’Etat (le secrétaire général de l’Elysée, Alexis Kohler, le directeur de cabinet, Patrick Strzoda, et le chef du groupe de sécurité de la présidence, le général Lionel Lavergne) qui se voient reprocher « un certain nombre d’omissions, d’incohérences et de contradictions ». Trois proches de l’exécutif donc, pour lesquels les commissaires ont aussi demandé au bureau du Sénat de saisir la justice pour d’éventuels « faux témoignages ».

Reste le point commun le plus inquiétant de toutes ces affaires : cette accumulation incroyable de « dysfonctionnements majeurs » au sommet de l’Etat, allant de la « liberté et des pouvoirs excessifs laissés à un collaborateur inexpérimenté » à « l’imprudence de l’Elysée », en passant par « l’incompréhensible indulgence » des supérieurs de Benalla, la « remontée d’informations défaillante » au sein de l’institution policière et de l’exécutif ou encore le « manque de diligence regrettable des autorités compétentes » pour s’assurer du retrait effectif des prérogatives de Benalla après son licenciement.

Alexandre Benalla occupe une cellule de 9 m2, équipée d’une douche, d’une télé, d’un petit frigo et d’une plaque à gaz.

Partager cet article

6 commentaires

  1. Et Philipe qui joue le Calimero moyen : ” oh c est trop inzuste ! ‘ sont trop dur avec mon Elysée, mais eeeeuuuuhhhh ! ” . Ben mon gars , fallait réviser ton cours de droit constitutionnel. Personne ne t a dit que les Chambres pouvaient contrôler l action du gouvernement ? Même quand je préparais le Certificat Militaire de second degré ( CM2) , sergent , j étais au courant . Et on l apprend en 1 ere année de droit .
    Va vite le dire à ton mentor fou , lui qui nous mitonne sa dictature.
    Une bonne occasion de la part du Sénat, qui prouve , pour une fois , son efficacité à bon escient et surtout son maintien d exister dans cette rep. S il use de ce contrôle , c est , qu en apparté , le sénateur Bas a eu le nez fin sur les dysfonctionnements de l Élysée , qui prennent de sacrées libertés avec le droit et les règlements. Et apres , ils osent nous imposer leur arsenal judiciaire ? Tu manques pas d air , Ed !

  2. A mon avis c est que le début du scandale. Il faudrait gratter un peu les liens Macron Benalla car la vraie question c est pourquoi un vigile de supermarché en surpoids au physique de pâtissier oriental, obtient un tel poste et de tels avantages. ….
    je pense que tout le monde ici se doute de la réponse.

    • Je pense que c’est en raison des mêmes préférences “socio-culturelles” de JUPITER que pour la fête de la musique ou le voyage aux Antilles…
      ???

    • Et Bribri qui laisse faire ! Mon Dieu , c est ce qu on appelle avoir de une sacrée et démesurée ouverture d esprit … Et à ce point … Enfin, elle doit y trouver son compte.
      Tout comme l autre en mobylette, la nuit , gageons que Mignon apporte à son bel Alexandre , quelques oranges , en catimini. Mais ce dernier risque de se ” déballonner “au grand dam du Mignon. Hi hi hi !
      Avec de tels personnages, on fait rire la terre entière et ça a commencé avec le conducteur de pédalo, voilà que ça continue avec le fou du Bilderberg.quel pays phare que le notre ! Je ne sais pas s il faut en rire ou en pleurer.

  3. comme pour les rapports annuels de la cour des comptes, le gouvernement n’en tiendra pas compte, d’ailleurs à part se plaindre de la méchanceté de la vérité décrite, il n’oppose aucun démenti

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services