Bannière Salon Beige

Partager cet article

Sciences

Un physicien critique le matérialisme et le rationalisme

Bernard d'Espagnat, physicien français, a reçu le prestigieux prix Templeton (le plus important au monde en terme financier, 1 million de livres sterling) à Londres hier, pour ses travaux sur la spiritualité et la physique quantique. Agé de 88 ans, il estime que la science ne peut pas tout expliquer et que le rationalisme actuel pousse la société moderne à ses excès :

E "La société moderne fait fausse route en allant vers un matérialisme excessif, qui est dépassé par la science elle-même. C'est une fausse route dans laquelle sont engagés la plupart des gens et la vaste majorité des médias, en pensant que le rationalisme peut tout expliquer, et qu'on ira ainsi vers l'essence même du réel. […]

J'en tire une conclusion spirituelle. Ce n'est bien entendu pas une conclusion scientifique, mais ma conjecture est qu'il existe une réalité qui nous est supérieure à tous égards. Celle-ci nous est fortement cachée, mais c'est une bonne chose que d'avoir de bonnes raisons de penser qu'elle existe. […] Cela permet aux gens de s'évader, de réaliser qu'il y a quelque chose de plus important que les problèmes du quotidien, d'argent, de vanité. Cela rend la vie plus apaisée, et je dirais même plus digne d'être vécue."

Michel Janva

Partager cet article

8 commentaires

  1. Oui, la science, ou plutot la faculte scientifique n’est qu’une faculte parmi d’autres. Ainsi elle ne peut pas prouver l’existence des sentiments, de l’amour, de la sympathie (il est impossible de les voir en tant que tel, meme au miscroscope, ou d’en definir l’existence et l’identite d’une maniere certaine exterieure a nous), elle est aussi tres peu utile en psychologie, en litterature, et plus largement dans tous les domaines qui ne reposent pas sur une logique mecanique pure et close a partir de concepts et parametres abstraitement definis et connus avec certitude dans leur principe et contours et, limites dans leur nombre (par opposition a l’innombrable multiple de la vie dans son ensemble). Quand bien meme on pourrait tout resoudre en equations mathematiques et physiques, on sait que toutes les grandes inventions reposent soit sur la Providence (la pomme de newton) soit, et c’est ue application de la premiere hypothese sur une intuition prealable bien plus que sur un raisonnement proprement dit. C’est l’intuition qu’on va chercher a prouver, le raisonnement scientifique posterieur est toujours oriente vers un but, on ne fait pas des equations sans savoir ce qu’on fait, ou on va, et ce qu’on pourrait demontrer peu ou prou a priori. Enfin, hormis les sciences purement exactes (mathematiques, physiques) et encore dans une certaine mesure, l’observation scientifique du monde se fait a partir de nos sens… imparfaits (mythe de la caverne Platon): elle ne peut donc pas rendre compte parfaitement du monde. La science est donc triplement imparfaite ou limitee dans ses moyens, ses capacites et sa demarche a posteriori.

  2. Autrement dit : il faut croire en quelque chose, avoir une religion, car cela augmente la qualité de la vie ici-bas.
    Ceci, c’est complètement anti-chrétien.
    Historiquement, c’est au nom de l’utilité sociale de la religion que l’on a laïcisé la société, à commencer par le clergé (Joseph II et la révolution française).
    Tout ça, ce sont de mauvaises raisons de croire en Dieu. On croit en Dieu parce Dieu existe, parce que c’est vrai.
    La vérité vaut largement mieux que l’utilité.

  3. Vaut il mieux avoir de mauvaises raisons de croire en Dieu ou de bonnes raisons d’être incroyant ?

  4. Oui, bravo à Bernard d’Espagnat (que j’ai l’honneur de connaître) aussi philosophe que physicien et qui a évolué, plutôt dans le bon sens, depuis son premier et assez difficile ouvrage de physique théorique “A la recherche du réel” (1979). Il y présentait positivement la”libération des moeurs” (p.153) et ne semblait pas regretter que dans le christianisme : “la conception archaïque que traduisent les mots “Seigneur” ou “Tout Puissant” ne reviendra sans doute plus…” .
    Enfin, au demeurant, il est vrai que son œuvre (confirmée par les plus récentes découvertes) est une critique fondamentale du réductionnisme matérialiste et ses réflexions portent à l’humilité devant un ailleurs inaccessible à la science comme à la raison humaine.
    A propos du Prix Templeton, il fut cette fois bien utilisé, mais n’oublions pas que John Marks TEMPLETON (senior) décédé cet été était un magnat de Wall Street, (ex protestant devenu gnostique) qui eut pour but officiel de mettre son immense fortune au service de la “réconciliation” entre science et religion. Mais lorsque l’on constate ses dires et les projets qu’il a soutenu on réalise que son projet est plutôt une “OPA” de la science sur la religion! En tout cas il a mis en œuvre une NATURALISATION opiniâtre de la foi.
    La devise de “Milestones” son journal Internet était, jusqu’à son décès : “The more we discover of science, the more we learn of spirituality”. Dans la même ligne,l’un des prix Templeton, de plus “pilier” de la Fondation Templeton, le cosmologiste Paul Davies affirme: “Les scientifiques qui ont maîtrisé les mathématiques les plus complexes, sont plus capables de comprendre l’esprit de Dieu que les philosophes religieux” !! (interview 1995).
    Quand à J.M. Templeton lui-même, voici un florilège : – “Supposez que vous alliez voir un prêtre pour lui demander de l’aide – il se réfèrerait à la Bible, mais si le jour d’après vous allez chez votre médecin, et qu’il se réfère pour votre cas à l’œuvre d’Hippocrate, qui fut écrite à la même époque que la Bible, vous penserez que c’est obsolète.”
    – “J’espère que nous pourrons développer un corpus de connaissances sur Dieu qui ne reposera pas sur les anciennes révélations ou écritures (telles que la Bible!) […] c’est à dire qui sera scientifique”.
    – “Dieu c’est le milliards d’étoiles dans la Voie-Lactée et Il est même beaucoup plus […] Le temps, l’espace et l’énergie font tous partie de Dieu […] Dieu c’est cinq milliards d’êtres humains sur la Terre […].”
    – “La question n’est pas y a-t-il un Dieu, mais y a-t-il autre chose que Dieu ? Dieu est tout le monde et chacun de nous en est un petit fragment.”
    – “Je suis encore un chrétien enthousiaste. Mais pourquoi n’essaierais-je pas d’apprendre plus ? pourquoi n’irais-je pas à des services hindous ? pourquoi n’irais-je pas à des services musulmans ?”
    – “je crois que toutes les religions sont en train de devenir obsolètes, parce qu’adhérant à des concepts vétustes.”
    Peut être que tout s’explique si l’on remarque que l’un de ses premiers ouvrages : “Discovering the Laws of life” (Continuum, 1994) était préfacé par Vincent Peale adepte de la puissance de la “pensée positive” et… 33ème degré du rite Ecossais.
    On aurait pu penser que les choses s’amélioreraient avec la succession assurée par son fils, protestant plus classique, mais son père a tout prévu, un directoire est chargé de le surveiller pour qu’il tienne le même cap sinon “out” (BusinessWeeks, 28.11.2005)
    Si la Fondation Templeton me semble aussi (scabreusement)importante , c’est parce qu’elle finance le projet STOQ (Science Theology and the Ontological Quest) du Conseil Pontifical Pour la Culture (sic), ainsi qu’une partie des activités culturelles de l’Université Pontificale Grégorienne (re-sic), où à justement eut lieu (du 3 au 7 mars 2009) une Conférence Internationale sur l’Evolution, qui ressemblait trop largement à un panégyrique des thèses néo-néo darwiniennes ! (ce qui ne correspond ni à ce que J.P. II désirait ni à la conviction intime du Cardinal Schöenborn, ni à celle du Saint-Père, ni à la vérité scientifique la plus actuelle.
    L’ennemi est partout et notre naïveté/passivité lui ouvre bien des portes.
    Prions dans la Foi et pensons dans la raison pour mobiliser les deux ailes portant vers la vérité, suivant la belle expression de Jean-Paul II.

  5. D’accord avec Exupéry sur JP II et Cardinal Schöenborn. Même position d’ailleurs de BXVI genre et en + developpé : nous ne sommes pas le fruit du hasard.
    Sur la Création version Foi et Raison :
    http://www.ceshe.fr/accueil.htm
    http://ceshe.chez.com/

  6. D’un autre côté, en étudiant la nature et en ce rendant compte de la complexité de ce qui nous entoure, on redevient, certes avec plus de connaissance cet enfant émerveillé qui disait merci à Dieu pour sa création. Le fait de mieux la connaitre la rend encore plus merveilleuse.
    Je ne pense donc pas que c’est une mauvaise raison que de tomber amoureux de Dieu à cause de l’impossibilité de tout s’expliquer par la science. Certains ce sont convertis pour des raisons que l’on pourrais dire aussi mauvaises. Chacun de nous n’est-il pas appelé par son nom? Chacun de nous est appelé d’un façon unique.

  7. Mais le theisme est une conclusion de la raison sur le sujet des metaphysiques, ainsi que la Revelation est une conclusion d’histoire.

  8. Merci beaucoup à Monsieur “EXUPéRY” pour ses précisions très, très, intéressantes et peu connues, vraîment merci.
    Pouvez-vous dire quel serait le meilleur livre de D’ESPAGNAT pour quelqu’un qui voudrait en tirer du fruit en philosophie stricte.
    Merci.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services