Bannière Salon Beige

Partager cet article

Pays : Arménie

Un nouveau tremblement de terre en Arménie

Un nouveau tremblement de terre en Arménie

De notre envoyé spécial Antoine BORDIER :

Souvenez-vous, une grande partie de la diaspora s’était rendue au chevet de l’Arménie frappée en plein cœur par un séisme de magnitude 6,9. Dans le nord du pays, la région de Spitak était dévastée. C’était le 7 décembre 1988. Samedi dernier, il est 15h30 lorsqu’un nouveau séisme de moindre importance frappe Erevan, la capitale.

Cette fois-ci les dégâts sont peu nombreux. Et, surtout, il n’y a pas eu de victimes répertoriées, selon le ministère arménien de la Santé. Le ministère a rapporté que trois personnes ont été légèrement blessées « en raison de la panique provoquée par le tremblement de terre ». En 1988, plus de 25 000 victimes avaient été dénombrées. Le tremblement de terre a eu, cette fois-ci, une magnitude de 4,7 et « son épicentre est situé à 8 kilomètres au sud-est de la capitale », a expliqué l’agence nationale de protection sismique. Elle a indiqué que des secousses ont également été ressenties dans cinq des dix provinces du pays. Le ministère des situations d’urgence a déclaré avoir enregistré 46 répliques et a demandé à la population de rester dehors. Dans une autre déclaration publiée dans la soirée, le ministère a invité la population à rentrer chez elle. Pour lui, « la probabilité d’un puissant tremblement de terre est faible ». Dans la capitale, autour de la place de la République, près de l’ambassade de France, rien ne semble indiquer la présence de dégâts matériels. Le séisme ne semble avoir causé aucun dommage matériel grave. Dans le nord, Simon, un jeune volontaire français de l’Oeuvre d’Orient a ressenti la secousse : « cela m’a fait peur, car, elle était très forte et très bruyante. Je suis sorti tout de suite. C’est la première fois que je suis confronté à un séisme. »

Le 7 décembre 1988

 L’Arménie qui se situe en Asie Mineure, dans le Caucase, avec au nord la Georgie, au sud l’Iran, à l’ouest la Turquie et à l’est l’Azerbaïdjan, est située dans une zone sismique active et les tremblements de terre y sont quasi-quotidiens. Le 7 décembre 1988, il est 11h41 lorsqu’en moins de 10 secondes, dans le nord-ouest du pays, à Spitak, une faille d’une vingtaine de km s’ouvre. En 30 secondes la ville de 17 000 habitants est détruite, ainsi qu’une soixantaine de villages. Plus de 300 villages des environs seront touchés. Officiellement, ce séisme de magnitude 6,9 sur l’échelle de Richter, a fait entre 25 000 et 30 000 morts, plus de 15 000 blessés et plus de 500 000 sans-abris. Une grande partie de la diaspora arménienne se rend alors à son chevet, accompagnée des ONG humanitaires. En France, c’est Charles Aznavour qui entraîne la diaspora francophone. Avec d’autres artistes, il enregistre la chanson Pour toi Arménie. Il s’y rendra plus tard, le 4 février 1989. Près de 33 ans plus tard, de nouveaux séismes importants de terre frappent l’Arménie. En moins d’un mois, c’est le troisième tremblement de terre d’importance, qui dépasse la magnitude de 4. Selon le ministère 80% du territoire arménien est concerné par le risque sismique. Ce petit pays martyr frappé par les séismes, les guerres et le génocide, ilot chrétien entouré par la Turquie et l’Azerbaïdjan, reste debout, malgré tout.

Partager cet article

1 commentaire

  1. L’Arménie, comme d’autres pays ou régions est située sur une zone sismique et les tremblements de terre peuvent y survenir naturellement.
    Pourtant, selon des géophysiciens Japonais, certains tremblements de terre peuvent être causés par des essais nucléaires souterrains.
    Ainsi, le 27 juin 1976 les Américains font exploser une bombe nucléaire souterraine dans le polygone du Nevada. Le lendemain, se produit un tremblement de terre de force 8,2 à Tang Shan, qui provoque la mort de milliers de personnes.
    Le 6 décembre 1988, l’URSS expérimente une bombe à Semipalatinsk. Un jour après, a lieu le tremblement de terre d’Arménie qui fait plus de 25 000 morts.
    De là à penser que cela puisse donner des idées à des Etats proches et malveillants qui trouveraient enfin une solution rapide à la disparition d’un voisin chrétien honni…

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]