Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Avortement

Un Norvégien fait avorter sa compagne à son insu

Il avait sans doute entendu dire que l'avortement "est un droit fondamental" :

"l’homme de 25 ans est accusé d’avoir, par deux fois, fait ingérer à la jeune femme d’une vingtaine d’années un mélange de deux médicaments pour IVG achetés sur internet, à son insu.

La seconde fois, en mars 2014, la femme avec qui il avait eu une aventure avait perdu le bébé lors de sa 12e semaine de grossesse.

« Il a essayé à plusieurs reprises de me convaincre d’avorter mais il n’en était pas question pour moi »,a témoigné la jeune femme devant le tribunal de Trondheim (ouest), selon des propos rapportés par la radiotélévision publique NRK.

L’accusé est poursuivi pour blessures corporelles graves et, selon une disposition originale du code pénal norvégien, pour avoir interrompu une grossesse sans le consentement de la mère.

Il a plaidé coupable des deux chefs d’accusation.

« Un des aspects centraux de cette affaire est que les faits ont été commis à l’aide de poison et que cela s’est produit dans la durée », a fait valoir la procureure Kaja Strandjord.

« Il a importé ces substances. Tout cela a été précisément et cyniquement planifié »,a-t-elle dit.

Après un premier échec, il avait récidivé en pilant les médicaments et en les mélangeant à un smoothie. Il a expliqué vouloir être sûr d’interrompre la grossesse après avoir lu que le foetus risquait des malformations.

C’est le médecin traitant de la jeune femme qui, pris de doutes, avait prescrit des tests puis alerté la police.

Le verdict est attendu le 17 mars."

Partager cet article

6 commentaires

  1. Le parlement européen a voté le 9 mars le droit à l’avortemeent soutenu par Marc Tarabella (PS)

  2. Combien de femmes avortent à l’insu du père ?

  3. @Bxl : votre commentaire est particulièrement hors de propos. On parle ici d’une femme qui a été empoisonnée, avec toutes les conséquences que cela aurait pu entrainer, et entraînera peut-être : impossibilité d’avoir d’autres enfants à l’avenir, qui sait… Sans compter la mort du bébé. Tout cela cette femme l’a vécu dans sa chair, comprenez-vous ce que cela signifie ? Cet homme a commis un double crime, à la fois envers l’enfant qu’il a tué et envers la mère. Mais de toute évidence, vous n’avez pas la moindre idée de la détresse et de la souffrance que représente une fausse couche pour une femme.

  4. Bien d’accord avec Rictrude.
    Le fait que des femmes avortent sans l’accord du père ne minore en rien le calvaire que doit vivre cette femme. On a tué l’enfant qu’elle portait en l’empoisonnant, et c’est le propre père de l’enfant, son compagnon qui lui devait protection et soutient qui a trahit sa confiance en lui faisant cela… outre la souffrance physique, je n’ose même pas imaginer sa souffrance morale.
    Prions pour ce petit ange et sa mère.

  5. à Rictrude : Je regrette de vous avoir heurté par la froideur de mon commentaire. Il demande un mot d’explication.
    Vous avez choisi -et cette réaction vous honore- l’émotion, la compassion, l’empathie face à la détresse et la souffrance engendrées par l’empoisonnement de la mère par le père pour tuer leur enfant. Vous ajoutez que je n’ai visiblement pas la moindre idée de celles-ci. Alors, oui, c’est ce que j’ai choisi de montrer “visiblement”.
    Que l’avortement soit pré ou postnatal, réalisé par choix, par ignorance ou par contrainte, ordonné avec ou sans concertation, je ne fais pas de différence : un enfant meurt, et c’est socialement admis. La mère a été empoisonnée ? C’est éminemment regrettable. 200 000 enfants le sont chaque année en France, avec des conséquences plus funestes.

  6. Je m’étonne quand même de la contradiction des lois : quand une femme avorte de son propre chef, c’est un droit fondamental et “c’est gratuit, c’est l’Etat qui paye”, quand c’est le père qui provoque l’IVG ça devient un crime. Logiquement l’homme devrait lui aussi pouvoir dire “un enfant, si je veux, quand je veux”, on voit ici qu’en matière d’égalité entre les sexes, la mère peut faire ce qu’elle veut, le père n’a qu’à se plier à ses décisions, soit que le femme avorte contre l’avis du père, soit à l’inverse elle peut lui faire un enfant “dans le dos”.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services