Bannière Salon Beige

Partager cet article

Homosexualité : revendication du lobby gay

Un lycée change le genre d’une élève sans en avertir les parents

Un lycée change le genre d’une élève sans en avertir les parents

Des parents ont découvert, stupéfaits, en décembre que, depuis septembre dernier, l’ensemble du corps enseignant du lycée – un établissement réputé de l’ouest parisien – appelait leur fille de 15 ans Louis et s’adressait à elle au masculin. Rendez-vous avec le proviseur, le professeur principal, courriel à l’établissement, lettre au rectorat, rien n’y fait: mi-janvier, la situation perdure.

Ils ont changé leur fille de lycée et demandent réparation pour cette «faute professionnelle grave». Parallèlement, une requête en annulation au Conseil d’État vient d’être déposée contre la circulaire, dite Blanquer, «pour une meilleure prise en compte des questions relatives à l’identité de genre en milieu scolaire».

Le lycée se retranche derrière la circulaire Blanquer, publiée le 30 septembre dernier:

On peut y lire que “si l’élève fait seul la démarche d’aborder la question de son identité de genre auprès d’un personnel de l’établissement, une communication avec les représentants légaux ne doit se faire qu’avec son accord explicite”.

L’association SOS Éducation vient de déposer cette requête en annulation au Conseil d’État. Sophie Audugé, déléguée générale de SOS Éducation, explique :

«Cette contagion de cas d’enfants qui, d’un seul coup, affirment être nés dans le mauvais corps, semblent sous emprise idéologique, comme tombés dans une secte, est très troublante. Comment l’école peut-elle être complice de tout cela? La prise en charge d’enfants confrontés à un sentiment profond et durable d’incongruence entre leur sexe biologique et leur sexe psychique, de nature à mettre en péril leur vie, relève de l’expertise de médecins, d’endocrinologues, de pédopsychiatres, mais certainement pas des personnels de l’Éducation nationale.»

Pascale Morinière, présidente des AFC, dénonce cette idéologie sur RCF :

Partager cet article

3 commentaires

  1. Ces incidents sont monnaie courante aux US. Il est sans doute bon de s’inspirer des actions menées là-bas par les parents pour contrer cette tendance: inutile de réinventer le fil à couper le beurre, leurs solutions apparaissent efficaces même si elles prennent du temps.

  2. Confirmation que l’Occident est un cancer mafieux sénile psycho-émotionnel dégénéré…

  3. Manifestement les parents ont du se tromper sur le sexe de l’enfant à sa naissance. Je ne vois pas d’autre explication.

Publier une réponse