Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

Un homme qui travaille, c’est un homme qui se construit

François Michelin, à la retraite, est interrogé par Paris Match. Extraits :

"[…] Vous n’avez jamais été ébranlé dans votre foi ?

La foi conduit
à la notion de vie éternelle. Il n’y a pas de disparition. La vie est
changée, elle est totale. Vous vous rendez compte de ce que ça
signifie ? C’est formidable…


Quels échos vous parviennent du monde extérieur ? On entend que les
Français dépriment, qu’ils n’ont plus confiance dans leurs dirigeants,
dans leurs entreprises…

Quand vous regardez par le ­hublot d’un
avion et que vous entrez dans un nuage, quelle impression avez-vous ?
[Silence.] Il n’y a plus de boussole ! Et beaucoup de gens ne veulent
pas se poser la question de ­savoir pourquoi on en est là.

C’est une responsabilité collective ?

Elle vient un peu des
journalistes… le désir de cohésion du politiquement correct.
.. On écarte
son désir de comprendre. On se dit : “Je suis à la mode, je suis
moderne…” C’est une paresse intellectuelle. Un bon ingénieur, c’est
celui qui n’est ­jamais content de ce qu’il sait. Le mode d’emploi pour
remettre la France d’aplomb est simple : c’est le respect de la réalité.

Depuis 2009, 1 250 usines ont fermé en France. Notre industrie
a-t-elle encore un avenir face à des pays où les ouvriers sont
sous-payés ?

Le problème, ce ne sont pas les ­salaires, c’est que
ces gens travaillent beaucoup plus que nous ! Parce qu’un homme qui
travaille, c’est un homme qui se construit et qui peut sortir les choses
qu’il porte en lui !
Moins on travaille, moins on sort de choses.

C’est le sens de votre devise : “Deviens ce que tu es” ?

Cette
phrase n’est pas de moi mais d’un poète de l’Antiquité, ­Pindare. Et de
Nietzsche aussi, il me semble. Vous connaissez l’histoire des trois
tailleurs de pierre ? On leur demande : “Qu’est-ce que tu fais ?” Le
premier dit : “Je taille une pierre.” Le deuxième : “Je fais une
sculpture.” Et le troisième : “Je construis une cathédrale.” Alors, peu
importe la taille de la cathédrale si c’est quelque chose qui a un sens.
Le drame de la France, c’est qu’il y a un ministère du Travail et pas
un ministère de l’Œuvre !
Il y a une perte de sens.

Il n’y a plus d’ambition collective ?

Ce n’est pas ça.
Pourquoi ça marche en Allemagne ? Parce qu’ils ont renoncé à la lutte
des classes pour admettre l’économie sociale de marché. En France, non.

La France aussi conduit une “politique sociale de marché”…

L’Etat
n’aime pas la liberté et l’indépendance. Quand le chômage est apparu,
le président de la République de l’époque a dit : “Ne vous inquiétez
pas, l’Etat a de l’argent.” Alors qu’il aurait fallu dire : “Il faut
travailler ­davantage. Si vous ne le faites pas, nous allons crever.” […]

Plusieurs fortunes ont quitté la France. Bernard Arnault a voulu
acquérir la nationalité belge pour des raisons fiscales. Vous auriez pu
l’envisager ou cela vous indigne ?

Nous aussi, nous avons quitté
la France, mais d’une autre façon. On ne pouvait plus exporter de
France, il fallait donc fabriquer sur place
… J’aurais pourtant rêvé
qu’on puisse exporter de France comme les Allemands exportent
d’Allemagne… Quand on voit des jeunes ingénieurs en France qui
n’obtiennent pas ce à quoi ils ont droit, on en a marre, on ne peut pas
assumer ce mépris…

Vous pensez à la taxe de 75 % sur les hauts salaires ?

Des
foutaises, ça ! Ils ne se rendent pas compte de ce qu’ils sont en train
de tuer. Quand vous entendez un ministre se plaindre auprès d’un jeune
patron : “Comment, Monsieur, vous voulez gagner de l’argent ?” Toute
l’histoire de l’industrie en France, ce sont des gens qui ont eu de
l’argent et ont construit des choses nouvelles. L’argent est à un homme
honnête ce que le piano est à un pianiste
. A Pablo Casals, il faut
donner le plus beau ­violoncelle du monde, c’est évident. […]

Partager cet article

9 commentaires

  1. 17 000 mercis pour cette info de poids qui sera peut-être un choc pour plus d’un lecteur de Paris Match …

  2. Lire et entendre des paroles de BON SENS fait un bien immense et repose des niaiseries politiciennes !
    MERCI Mr Michelin !

  3. Que du bon sens, mais la chose la moins partagée en France.

  4. Je suis étonné que l’on trouve du “bon sens” à cette personne qui nous dit:
    “Le problème, ce ne sont pas les ­salaires, c’est que ces gens travaillent beaucoup plus que nous !”
    Je suis d’accord pour dire que le travail construit l’homme, mais si on écoute ce monsieur, il faudrait travailler 24 h par jour pour être sur le même pied d’égalité qu’un chinois? Il faudrait donc “travailler plus”? Allez dire cela à un ouvrier français alors qu’il n’y a plus de boulot parce qu’on doit renflouer des banques qui ont fait n’importe quoi avec leur pognon….Et gagner plus pourquoi faire?? Pour vendre plus et encore plus? Innonder le monde de pneus et de pétrole? beau programme!
    M Michelin devrait peut être justement remettre en cause le libéralisme à outrance, la globalisation à outrance, la consommation à outrance, etc… qui ne respectent ni l’Homme ni la Création.
    Quant à dire “ça marche en Allemagne”, c’est une bêtise totale. Ca ne marche pas non plus en allemagne, ils vont aussi entrer en récession, les landers sont sur-endettés, et la politique d’austérité allemande imposée dans toute l’europe fait des ravages.
    Enfin, M Michelin ne dit pas grand chose sur le problème n°1 de la france: L’Europe. Je renvoie là dessus à l’ensemble de l’argumentaire développé par M Asselineau et que chacun devrait lire et écouter.
    Bref, M Michelin est l’archétype de la vieille génération qui nous a foutu dans le pétrin et qui, me semble-t-il, ne comprend pas du tout les défis de demain.
    Place aux jeunes!

  5. Encore faut-il que les gens travaillent dans bonnes conditions matérielles et pschychiques.
    Il faudrait que les “ressources humaines” des entreprises embeauchent non seulement des gens compétents mais des personnes motivées pour ne pas dire passionnées par ce qu’elles vont faire, ce sont ces personnes qui se construisent. Aujourd’hui on embeauche que des personnes capable de faire du dividende pour les actionnaires anglo-saxons et c’est tout. Ce n’est pas comme cela que l’on aura des travailleurs qui se construisent.

  6. Bravo pour cet interview. François Michelin est remarquable par la simplicité et la profondeur de ses propos. On peut regretter qu’il n’ai pas eu plus d’influence par ses réflexions sur l’économie sur les milieux catholiques alors qu’il est profondément catholique.

  7. Attention à ne pas “stigmatiser” inutilement les chomeurs.
    Dans les années 90 Famille Chrétienne sortait des articles en lien avec la mouvance charismatique racontant la souffrance des mariés stériles qui s’entendaient dire “alors c’est pour quand ces enfants ?”.
    La monde du “Ah Ah” demi bourgeois a fait beaucoup de mal de fond et de forme à notre mouvance en éloignant beaucoup de gens qui se sont réfugiés à gauche.
    D’ailleurs peut être que la retraite civile et associative de certains expliquent une partie de la réussite du Printemps français…

  8. “Le problème, ce ne sont pas les ­salaires, c’est que ces gens travaillent beaucoup plus que nous !”
    Il est vrai que les esclaves chinois, indiens et bangladais, travaillent un max pour trois kunas et dix kopeks.
    D’ailleurs pour qu’ils travaillent mieux et ne soient pas tentés par les mirages de la société de consommation, le patron et les donneurs d’ordre les enferment dans l’usine pour produire plus et moins cher. Bilan, 1000 morts pour des vêtements.
    Le problème, Monsieur Michelin, vient du fait que l’actif supportent le coût d’une politique de redistribution ubuesque, que l’imposition du travail n’a pour seul but que d’acheter la paix sociale.
    Monsieur Michelin, je paye le prix d’un système que vous avez mis en place et que vous et votre génération avez laissé se pervertir.

  9. vous voulez gagner de l’agent et valoriser vos don,vos connaissances,votre courrage,alors mettez le cap sur la russie.il y a deja des centaines de milliers de francais qui y gagne tres bien leur vie,beaucoup y ont fondé famille avec des femmes qui ont du temperament et qui tiennent la route.Le gouvernement met en place des projets faramineux dans toutes sortes de domaines.Moscou bien sur mais il y à des villes industrielles en pleine expension ou reconversion ou modernisation,je pense à Nijninovgorod,mais aussi plein d’autre villes,en siberie aussi c’est en plein boum.quand on est jeune il ne faut pas hesiter.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]