Bannière Salon Beige

Partager cet article

Science

Un entretien divertissant du Pr Raoult

Un entretien divertissant du Pr Raoult

Le Professeur Didier Raoult a répondu au Parisien hier. Cela donne un certain nombre de saillies assez drolatiques – et un solide mépris pour la caste jacassante, qu’on ne saurait lui reprocher!

Le problème dans ce pays est que les gens qui parlent sont d’une ignorance crasse. J’ai fait une étude scientifique sur la chloroquine et les virus il y a treize ans qui a été publiée. Depuis, quatre autres études d’autres auteurs ont montré que le coronavirus était sensible à la chloroquine. Tout cela n’est pas une nouveauté. Que le cercle des décideurs ne soit même pas informé de l’état de la science, c’est suffocant. L’efficacité potentielle de la chloroquine sur les modèles de culture virale, on la connaissait. On savait que c’était un antiviral efficace. On a décidé dans nos expérimentations d’ajouter un traitement d’azithromicyne (un antibiotique contre la pneumonie bactérienne, NDLR) pour éviter les surinfections bactériennes. Les résultats se sont révélés spectaculaires sur les patients atteints du Covid-19 lorsqu’on a ajouté l’azithromycine à l’hydroxychloroquine.

 

Les gens donnent leur opinion sur tout, mais, moi, je ne parle que de ce que je connais : je ne donne pas mon opinion sur la composition de l’équipe de France enfin ! Chacun son métier. La communication scientifique de ce pays s’apparente aujourd’hui à de la conversation de bistrot.

 

A ceux qui disent qu’il faut trente études multicentriques et mille patients inclus, je réponds que si l’on devait appliquer les règles des méthodologistes actuels, il faudrait refaire une étude sur l’intérêt du parachute. Prendre 100 personnes, la moitié avec des parachutes et l’autre sans et compter les morts à la fin pour voir ce qui est plus efficace. Quand vous avez un traitement qui marche contre zéro autre traitement disponible, c’est ce traitement qui devrait devenir la référence. Et c’est ma liberté de prescription en tant que médecin. On n’a pas à obéir aux injonctions de l’Etat pour traiter les malades. Les recommandations de la Haute autorité de santé sont une indication, mais ça ne vous oblige pas. Depuis Hippocrate, le médecin fait pour le mieux, dans l’état de ses connaissances et dans l’état de la science.

Partager cet article

8 commentaires

  1. Le pire c’est la télé, notamment le Nestor du 20h de TF1, spécialiste de la dramatisation à outrance, du jet d’huile sur le feu. Tous les gens qui se sont déplacés en Afrique noire ont pris leur nivaquine et ne sont pas morts. Le premier ministre nous dit ce soir : “Ok pour le traitement Raoult dans les hôpitaux, décidé par les médecins-chefs après consultation de leurs subalternes, et pour les cas graves”. Y a qu’un malheur, comme disait Me Floriot, c’est que le Dr Raoult préconise son traitement en phase initiale de l’infection. Or on ne sait pas qui est malade, qui est porteur du virus, et pour les hospitalisés en réanimation c’est déjà trop tard. Encore un pas de clerc!

  2. Non seulement le Professeur Raoult a un physique atypique mais, en plus, il a un humour décapant. Le coup des parachutes est savoureux !
    Il semblerait que la grâce du bon sens ait légèrement effleuré le ministre de la santé : Vé !-Rend ! a semble-t-il autorisé l’emploi de la chloroquine pour des malades fortement atteints. Il ne l’a pas encore autorisé en début de contamination, même si on peut être pratiquement certain qu’elle est utilisée discrètement par nos Excellences. Un peu comme les produits de Mirko Beljanski qui étaient interdits, leur créateur pourchassé et harcelé par les autorités sanitaires, judiciaires et policières, et que Mythe-errant a consommé secrètement, pouvant ainsi tenir 2 septennats en entretenant un de ses nombreux mensonges d’État.

  3. Le bon docteur Raoult utilise le mot “écosystème” pour les virus et les politicards.
    “L’écosystème des décideurs” [sic], LOL, tout est dit…

  4. J’aimerais donner une information introuvable dans les médias français (sans comprendre pourquoi) : le Paskistan et l’Inde avaient commencé des fin février a SOIGNER avec de la chloroquine suite aux observations des docteurs chinois. Les résultats parlent par eux mêmes : 6 et 10 morts seulement. Vérifier (en anglais) sur internet facilement par vous mêmes, articles de journaux locaux et sites de statistiques. Dans une semaine, quand tout le monde aura compris que ce traitement est très efficace et que cette crise sera finie, il faudra s’interroger sur la façon dont on “informe” le bas peuple occidental. Plus récemment, l’Indonésie a OFFICIELLEMENT opté massivement pour ce médicament, voir sur internet, le nombre de décès s’est arrêté de croître, puis hier : 1 mort seulement (pays de 200 millions d’habitants). Si cela est autorisé et intéresse je pourrais donner les liens dans un autre commentaire.

  5. le druide de marseille a une potion magique et les macronistes veulent donc l’abattre en prétextant tout et rien

  6. @BrunoL : OK pour les liens Pakistan, Inde, Indonésie

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services