Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

Un enfant privé de transport scolaire pour cause de trisomie 21

Lu ici :

"Ali a quatre ans et est atteint de trisomie 21.
Depuis le jour de la rentrée, il parcourt tous les matins les 2,2 km qui
le séparent de l’école maternelle de Ratte en Bourgogne à pied avec son
papa, qui n’a pas le permis. La raison ? Ali s’est vu interdire l’accès au bus scolaire par le chauffeur qui justifie son refus pour « des raisons de sécurité ». « Le maire avait décidé de ne pas assurer son transport » a-t-il expliqué à Khadija Chikh, la maman d’Ali, peut-on lire sur le site du Journal de Saône-et-Loire. Deux semaines déjà que la maman tente d’obtenir des réponses de la part de la municipalité : « Je
pensais que ce matin le maire serait là pour nous dire qu’Ali pouvait
monter dans le bus. Mais non… Et en attendant, on entame la deuxième
semaine d’école
», regrette-t-elle. […]

Une décision totalement injustifiée et incompréhensible pour Khadija. « Ali
est un enfant tranquille. Il ne fait pas de crise, il n’est pas
appareillé. L’an dernier, le chauffeur l’a même pris deux fois et les
trajets se sont bien passés
 » assure-t-elle. Pour la maman, il s’agit purement et simplement de discrimination : « C’est
de l’entrave à l’accessibilité d’une personne handicapée. La loi du
11 février 2005 stipule l’égalité des droits et des chances des
personnes handicapées. Les parents doivent toujours faire valoir leur
droit, se battre pour des lois qui existent déjà. Et entre-temps,
l’enfant subit 
».

Hier en fin de matinée, le maire de Ratte recontactait le Journal pour leur annoncer la bonne nouvelle : « J’ai tous les papiers nécessaires : demain Ali sera pris en charge par le minibus ». La famille d’Ali est soulagée par l’issue de cette affaire mais tient tout de même à témoigner face aux difficultés rencontrées par les parents et les enfants en situation de handicap."

Partager cet article

11 commentaires

  1. Est-ce que ça se serait aussi bien passé si Ali s’était appelé Charles-Henri ?

  2. Il faut comprendre l’incompréhension des gens : comment se fait-il qu’il naisse encore des trisomiques? On ne l’a pas avorté celui-là

  3. Si l’on peut dire beaucoup de choses contre la France et de son administration, il y a une possibilité de prise en charge par rapport au handicap. Il y a eu là effectivement comme l’a dit le maire, une affaire de papiers, et une prise en charge via une assistante sociale et les services ad hoc qui existent et qui essaient de faire même si ce n’est pas toujours très rapide au mieux.
    L’on peut comprendre l’indignation des parents devant cette situation, mais elle a des solutions administratives relativement aisées à trouver mais s’il peut y avoir toujours des couacs.
    C’est malheureusement le nuage de fumée qui cache les vrais problèmes qui ne sont pour les trisomiques spécialement à 4 ans mais avant la naissance et quand ils arrivent à l’âge adulte…

  4. J’avais vu cette information, et je m’étais demandé pourquoi il ne s’était trouvé personne pour conduire cet enfant à l’école en voiture.
    J’ai une nièce trisomique, pour laquelle ses parents se sont battus pour lui faire suivre des études, et lui donner une formation, et qui grâce à eux, a pu s’insérer dans la société (elle a plus de 30 ans).
    C’est bien sur, cela, le vrai combat pour ces enfants !

  5. Un trisomique, je comprends…mais un petit Ali, c’est franchement intolérable, surtout au pays de M. Montebourg !!!

  6. Ils n’y a que ceux qui ont des enfants handicapés pour comprendre que ce genre de tracas est parfaitement insupportable.
    C’est vrai il existe des prises en charges, mais cela ce hâte lentement: j’ai mis 10 mois à obtenir la carte d’handicapé de mon fils ainsi que la carte de stationnement, et ce pour une durée de 2 ans.
    Aujuord’hui j’ai des amis qui doivent refaire leur demande d’allocation tous les 6 mois alors que leur fils est complètement grabataire…
    Donc cela fonctionne mais que d’énergie perdue pour les parents alors que ce temps devrait être mis dans le développement de nos enfants handicapés.
    VD

  7. attention peut-être n’avons nous pas tous les éléments en main.
    pour les abonnements scolaires, il n’est pas rare qu’il y ait des “couacs” administratifs en début d’année. pour certains de mes enfants, pendant parfois presqu’un mois je paye de ma poche le train , car la carte d’abonnement n’est pas encore arrivée. Il n’est pas impossible qu’il s’agisse d’une histoire de cet ordre , et que les parents aient refusé de payer les voyages en attendant d’avoir tous les papiers nécessaires à la prise en charge.
    je n’ai pas honte de le dire : les prénoms de la famille me font me montrer méfiante sur les tenants et les aboutissants

  8. Mimi, vous devriez avoir honte, un enfant malade ou handicapé est toujours un enfant,quel que soit son prénom . vous êtes une mère et je suppose une chrétienne, alors où est la charité? Mais je reconnais bien là la réaction, souvent observée, des gens valides” devant le handicap…

  9. cette décision ne me choque pas. Mettant occuper longtemps d’enfants trisomiques dans un cadre de loisirs, je sais la difficulté à gérer les réactions imprévisibles de ces enfants. La présence d’un accompagnant me semble une nécessité.

  10. Je ne savais pas que la trisomie 21 pouvait constituer une atteinte à la sécurité… Et cela s’ajoute aux innombrables difficultés que les parents et les enfants doivent faire face pour avoir accès à une scolarisation.

  11. Je suis peut-être d’accord avec certains d’entre vous à propos du fait que la trisomie peut représenter un danger pour la société. Cependant, je ne peux pas accepter le fait qu’il ne soit pas considérer comme un enfant parce qu’il est trisomique. Il reste un enfant et il a le droit de vivre, d’aller à l’école comme tout le monde. Le priver du bus c’est le priver de ses droits fondamentaux. J’espère que les enfants qui souffrent encore de cette forme de discrimination trouvent rapidement une issue à leur problème.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]