Bannière Salon Beige

Partager cet article

Valeurs chrétiennes : Education

Un école hors-contrat n’est pas une école hors-la-loi

Olivier Lefèvre est directeur de l’école des sarments à Carcassonne. Il a choisi de monter une école hors-contrat et déclare aux Nouvelles de France :

S "Cette école est le fruit d’une expérience et d’une réflexion de plus de dix ans, période durant laquelle je me trouvais à Rome, pour préparer ma thèse tout en enseignant les lettres classiques au collège et au lycée. Le niveau catastrophique de mes élèves arrivant en classe de Seconde, incapables de comprendre la portée littéraire, morale et philosophique d’une pièce de Molière ou de Racine, l’incapacité notoire des élèves de latin de reconnaître un complément d’objet ou un complément du nom, m’ont tout à fait révolté : pourquoi cette génération est-elle incapable de faire des exercices ou de mener une réflexion que des générations précédentes, à leur âge, et sans prétention, étaient capables de faire ? Plutôt que d’accuser Dieu, à défaut la nature, de moins doter nos enfants, j’ai préféré sans peine remettre en cause les méthodes, le système et les idéologies qui les sous-tendent. C’est pour cela que j’ai choisi de construire non pas contre, mais à côté. Un seul avantage…mais qui fait toute la différence : une entière liberté dans les méthodes, dans le recrutement des enseignants et des familles, dans la transmission de ce qui nous semble vrai, beau et bien. […]

Nous sommes une école hors-contrat, non pas une école hors-la-loi. Nous avons rempli toutes les conditions nécessaires et suffisantes pour offrir un « service public ». Dieu sait combien les démarches sont exigeantes et pénibles : il eût été plus facile d’ouvrir une école dans un pays en voie de développement, non assujetti à une législation draconienne comme en France. […] Les difficultés ont d’abord été administratives et juridiques : en France, la législation est telle, fort heureusement d’ailleurs, qu’il faut répondre à de nombreuses exigences (sécurité, hygiène, mœurs, diplômes) avant de pouvoir ouvrir un service public, surtout quand il d’agit de mineurs. Une fois ces démarches accomplies, il a fallu recruter des familles : cela signifie, qu’il faut d’abord présenter l’état actuel de l’enseignement, en montrer les limites et faire comprendre les conséquences sur le long terme. Faire prendre conscience de cette réalité de l’enseignement, de ces méthodes, de ces programmes (comme la théorie du gender !), c’est réveiller des torpeurs, secouer des habitudes, casser des préjugés, encourager des réactions. Une fois les familles recrutées, vient une autre difficulté, propre à toute école : gérer les parents, ce qui est toujours plus difficiles que de gérer des enfants ! Enfin, la difficulté principale pour une école hors-contrat, est la question financière. Notre liberté coûte très cher et suppose de grands sacrifices, tant pour les parents, que pour les enseignants. […]"

Partager cet article

2 commentaires

  1. Le monde du business est fondé sur la déconstruction du réel, de manière à permettre une perception des choses de la part des consommateurs qui ouvre la porte à toutes formes de recompositions possibles à partir des schémas de représentation véhiculés par les médias. Pourquoi s’embarrasser d’une forme de pensée qui fonde l’analyse sur des schémas culturels prédéterminés d’interprétation, alors que le champ des possibles serait largement plus ouvert, si les esprits étaient vierge d’une capacité d’analyse monolithique fondée sur une grille de lecture unique? Ce Monsieur ne s’étonnerait pas tant des dégâts causés par l’Education nationale, s’il connaissait un peu mieux les philosophes de la “déconstruction” des schémas de pensée traditionnels qui ont sévi en Occident ces quarante dernières année, tels J. Derrida et les tenants de l’interprétation marxiste de la culture qui ont éduqué les dernières générations d’élèves. L’important dans le monde globalisé actuel n’est pas tant de produire des citoyens éduqués et responsables que des êtres déstructurés qui sont malléables à volonté en fonction des normes de comportement édictées par les ingénieurs sociaux et leurs relais médiatiques de concert avec les entreprises soucieuses de trouver les consommateurs dont le profil psychologique modulable à volonté sera en adéquation avec les produits qu’elles souhaitent vendre.

  2. @ Noé qui ecrit : ” Ce Monsieur ne s’étonnerait pas tant des dégâts causés par l’Education nationale, s’il connaissait un peu mieux les philosophes de la “déconstruction”
    Toutes ces analyses sont très pertinentes certes, mais ce Monsieur comme vous dites n’est pas resté au niveau des idées et de leur analyse. Il apporte une solution ! Nous ne pouvons que le féliciter et le soutenir dans cette belle oeuvre

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services