Un député français s’élève contre les “bébés médicaments”

Voici un communiqué diffusé il y a quelques jours par le député UMP Jacques Remiller, qui n'a toujours pas été repris par les médias :

"La fin justifie-t-elle les moyens ?

R_3 Mardi dernier, le 1er «bébé-médicament», prénommé Javier, est né en Espagne. Il est, selon les scientifiques, le :«fruit de la sélection in-vitro d'un embryon exempt de l'anomalie génétique dont souffre son frère aîné de six ans». Le sang de son cordon ombilical a en effet été transmis à son grand frère dans l'espoir de le guérir de sa maladie, une bêta-thalassémie majeure, forme grave d'anémie génétique.

Si l'on peut se réjouir de cet espoir de guérison d'un petit garçon, il ne faut pas oublier que ce type de pratique – qui a été légalisée en France par un amendement gouvernemental lors de la discussion du projet de loi sur la bioéthique en 2004 – pose des interrogations éthiques importantes.

Tout d'abord, il faut rappeler que cette sélection ne se fait pas au profit de l'enfant à naître : le bébé médicament est investi d'un espoir qui fait peser sur lui l'injonction de sauver son frère ou sa soeur ainée. Non seulement il ne doit plus sa vie au seul désir le concernant mais à la mission pour laquelle il a été conçu. S'il n'arrive pas à accomplir sa mission de sauveur, il risque de se sentir défaillant et coupable, voire inutile et indigne de vivre. 

Cette instrumentalisation constatée au travers du tri embryonnaire  fait du bébé médicament une victime, et les psychiatres envisagent  logiquement des troubles spécifiques pour ces personnes. On peut par ailleurs s'interroger sur l'avenir des embryons  surnuméraires détruits ou congelés après le tri embryonnaire…"

Michel Janva

4 réflexions au sujet de « Un député français s’élève contre les “bébés médicaments” »

  1. Amédée

    Je ne trouve pas sur ce post la source, l’endroit où ce député a fait cette déclaration.
    Par ailleurs, cette déclaration est ambigue parce qu’elle rappelle que de telles monstruosités sont possibles en France… donc, sous l’apparente bonne intention, c’est en réalité une publicité, une invitation aux scientifiques foldingues à utiliser ce procédé honteux en France.
    [Communiqué envoyé directement. MJ]

  2. Marie Milan

    attention aux procès en sorcellerie!!!
    pour une fois qu’un député courageux prend position!
    en rappelant que c’est possible en France, il ne veut pas faire de pub, mais alerler! il faut que nous nous mobilisions tous l’an prochain lors de la résivion des lois bioéthiques.

  3. Amédée

    Ce député Remiller est ambigu (quand il signe à l’instigation de Valérie Pécresse) une proposition de loi instaurant un accouchement discret. (http://www.assemblee-nationale.fr/12/propositions/pion3224.asp )
    En effet, la suppression de l’accouchement sous X créé un “risque” pour la mère (en situation difficile puisqu’elle “abandonne” son enfant) d’être retrouvée ensuite par cet enfant.
    Donc pour éviter ce “risque” (d’être retrouvé par son enfant plus tard), la mère avortera.
    Je crois qu’il faut distinguer les députés ambigus de leurs conseillers (peut-être, eux, plus sincères et ayant plus de formation catholique).

Laisser un commentaire