Bannière Salon Beige

Partager cet article

Histoire du christianisme

Un document prouve que Pie XII avait bien parlé

P Le père Peter Gumpel, postulateur de la cause de béatification de Pie XII, a déclaré sur Radio Vatican que le pape Pie XII, jugé par certains trop silencieux face à la Shoah, a donné l'ordre pendant la Seconde Guerre mondiale de protéger les juifs, citant un document récemment découvert.

"Le Saint Père veut sauver ses fils, y compris les juifs, et ordonne que les monastères offrent leur hospitalité à ces persécutés".

Ce document, datant de novembre 1943, se trouvait dans un "mémorial des religieuses augustiniennes" d'un monastère de Rome. Le père Gumpel a souligné l'importance du document en raison de la rareté des témoignages écrits sur ce que le pape aurait fait en faveur des juifs, "ce qui a offert l'occasion à certains qui continuent d'attaquer Pie XII, de dire qu'il n'y a pas de document prouvant" que le souverain pontife a aidé les juifs.

"L'action de sauvetage a été réalisée à travers des messagers personnels, des prêtres, qui étaient envoyés à différentes institutions et maisons catholiques, ici à Rome, à des universités, des séminaires, des paroisses ou des couvents de religieuses".

On apprend par ailleurs que le Jewish Chronicle vient de publier un article sur de récentes découvertes d'archive sur Pie XII, menées par la fondation Pave the Way, dont les chercheurs ont été mandatés par Yad Vashem pour étudier l'activité du Pape pendant la guerre. Gary Krupp, le président juif de ce groupe parle de l'héroisme secret de Pie XII, qui par son action a sauvé des milliers de juifs. Il appelle au rétablissement de la vérité, et déclare même :

"de ce que j'ai vu, c'est le plus grand héros de la seconde guerre mondiale, sans aucun doute".

Michel Janva

Partager cet article

14 commentaires

  1. Je suis heureuse de tout ce qui se dit sur Pie XII qui a été un si grand pape .

  2. L’attitude de Pie XII pendant la guerre, plutôt favorable aux alliés et très secourable envers les juifs, est tellement démontrée qu’on ne devrait plus avoir à sans cesse y revenir, si une rumeur médiatique contraire ne persistait pas.
    Du reste, celle-ci est datée, non des années quarante, mais d’un navet théâtral dû à l’Allemand Hochhuth, en 1963, “Der Stellvertreter” (Le vicaire), inspiré des fumeuses “Confessions” attribuées aux SS Kurt Gerstein en 1945. Le tissu d’invraisemblances de ce récit, de fait en partie dû à un déséquilibré, est tellement peu crédible que le TMI de Nuremberg ne le retint même pas comme preuve. Du reste, dans ces “Confessions”, Gerstein ne prétend aucunement avoir jamais “informé” le pape d’un génocide. Tout juste indique-t-il qu’il s’est présenté à la nonciature de Berlin où, après qu’il eut dû décliné qu’il était soldat, il fut éconduit. Ensuite Gertein, selon cinq des huit versions de ses “Confessions”, aurait “rendu compte” ou “rapporté” (il ne précise jamais “par écrit”) son témoignage à des “centaines de personnes”, dont le Docteur Winter, conseillé juridique de Mgr Preysing, évêque de Berlin.
    Voilà sur quoi une légende fut bâtie, celle du “silence de Pie XII”.

  3. Je trouve réjouissante l’honnêteté intelectuelle assez récurrente des juifs sur le sujet. Ils évitent remarquablement la tendance souvent constatée par ailleurs à la “victimisation” du genre “personne ne nous a défendu pendant la Shoah, nous étions seuls et abandonnés de tous”.
    A une époque où l’Histoire est réécrite par les uns et les autres au gré de leurs intérêts, ça mérite d’être souligné.

  4. Eh bien osons espérer que cette vérité qui ne nous surprend pas, non seulement de la part Sa Sainteté Pie XII mais aussi de la part ces frères juifs de bonne volonté, ne soit pas taxée vilement de “révisionisme”.
    Grâce au Ciel, il est temps que la Vérité passe et que l’on sorte enfin de cet “après-guerre” qui n’est pas encore la paix.

  5. Beaucoup de Juifs témoignent de son action, mais l'”anti-hagiographie” médiatique retient une certaine version qui dit que Pie XII n’a pas assez fait… Mais alors qui a fait mieux en Europe ? Pourquoi admirer le refus du Roi du Danemark d’imposer l’étoile jaune à ses sujets juifs et condamner Pie XII au motif qu’il aurait pu s’élever encore plus contre la barbarie ? Les détracteurs sont tellement habitués à répéter ce qu’ils entendent qu’ils ne se rendent pas compte que dire qu’il n’a pas assez fait revient à dire qu’il a malgré tout fait (éventuellement “tout ce qu’il pouvait”).
    Je ne suis pas catholique mais ça me sidère quand je vois des catholiques répéter cette version médiatique de l’Histoire sans chercher à fouiller un peu plus. Le sens de la justice commande de le faire.

  6. Bravo à Marie Laure.Pour la compléter il convient de dire que le 1er à défendre Sa Sainteté le pape PIE XII contre les forgeries du Pasteur Hochhuth fut le révisioniste communiste ,athée, libre penseur…, RASSINIER ancien déporté de Buchenwald et Dora : Son livre >.Il rétablit la vérité et sauva l’honneur quand tt le monde se taisait.

  7. Compléter ;son livre: L’opération Vicaire.Le rôle de PIE XII devant l’histoire.

  8. Monsieur Chéron, vous semblez bien documenté sur le sujet : parlez-vous de l’histoire romancée dans le film Amen de Costa-Gavras ? J’aimerais beaucoup approfondir le sujet, pourriez-vous indiquer vos sources ? Je connais 2 livres qui traitent de Pie XII, l’un du Père Blet et l’autre du Rabbin David Dalin, mais je n’ai pas encore eu le temps de les lire.

  9. Vous avez aussi le blog sur Pie XII, pie12.com, qui traite de tous ces sujets !

  10. A Hugues :
    Sur l’attitude et l’action de Pie XII pendant la guerre, l’ouvrage de P. Blet, “Pie XII et la Seconde Guerre Mondiale” est une bonne référence.
    Comme vous le pressentiez, la pièce de Hochhuth a inspiré le film “Amen” de Costa-Gavras en 2002. Ce dernier, reprenant le scénario rocambolesque imaginé par l’Allemand, met en scène un imaginaire jésuite, le père Fontana révélant à Pie XII en personne l’existence des chambres à gaz. Mais le film est encore plus malhonnête. Ainsi par exemple utilise-t-il plus loin le message radiophonique prononcé par le pape à Noël 1942, mais en le tronquant délibérément du passage qui mentionne explicitement “les centaines de milliers de personnes qui (…) seulement pour raison de nationalité ou de race sont vouées à la mort”. Bonne critique du film dans “Valeurs actuelles” du 8 mars 2002, “Huit mensonges sur Pie XII”.
    Sur l’affaire Gerstein, en particulier, voir P. Rassinier, “L’opération Vicaire”, La Table Ronde, 1963 et A. Chélain, “La thèse de Nantes”, Polémique, 1988, seul ouvrage à ma connaissance qui donne le texte intégral des différentes versions des “Confessions”.

  11. A ceux qui se posent des questions sur ces falsifications on pourrait demander ” mais à qui profite le crime ?” Il est évident que les ennemis de l’Eglise catholique,( surtout telle qu’elle était du temps de Pie XII et avant le Concile Vatican II), sont des libres penseurs, certains israélites, des protestants sectaires, des francs-maçons et toutes autres organisations qui manipulent l’opinion pour leurs intérêts bien compris.Car il est faux en effet de dire que le pape Pie XII n’aida pas et ne fît pas sauver des juifs en plus grand nombre qu’on ne croit, dont beaucoup de réfugiés qui fûrent cachés (par exemple à la ferme de mes grands parents) chez les paysans de France.

  12. Je voudrais ajouter ce détail pour ceux qui ne le connaissent pas: à la fin de la guerre, un rabbin américain est venu trouver le Saint Père, ou plus exactement le substitut, le futur pape Paul VI, et lui a remis pour le pape, un chèque d’une teneur notable, l’équivalent de deux millions de nos Euro actuels. C’était pour remercier le pape pour ce qu’il avait fait et continuait de faire pour les Juifs! Ce chèque est conservé au vatican, sans doute que les spécialistes de la vie du pape calomnié à partir et seulement à partir des années 60, avec “Le Vicaire” d’inspiration soviétique, en connaissent l’existence.

  13. Un fait est en tout cas rapporté par le rabbin américain D. G. Dalin, défenseur de la mémoire de Pie XII, dans un article du “Weekly Standard”, 26 février 2001. Selon lui, un délégué du Congrès juif mondial, aurait remis en septembre 1945 un chèque de 20 000 $ au Vatican.

  14. Merci beaucoup de vos précisions très utiles, notamment à Monsieur Chéron. J’ai trouvé pour ma part un condensé (d’environ 25 pages) des informations à savoir sur ce sujet, complétant fort bien les ouvrages mentionnés par une copieuse bibliographie, dans le livre “Frères réformés, si vous saviez… Éphéméride des guerres de religion” de Vincent Beurtheret (ADMG éditions).

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services