Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

Un djihadiste relâché dans la nature

Un djihadiste relâché dans la nature

Condamné en 2015 à huit ans de prison pour avoir combattu dans les rangs d’Al-Qaïda au Maghreb islamique, le djihadiste breton Gilles Le Guen est sorti de prison en février et placé sous contrôle judiciaire.

Gilles Le Guen est aujourd’hui domicilié dans la Manche, où il doit pointer une fois par jour au commissariat.

Et pendant ce temps, la maréchaussée du Tarn verbalise une septuagénaire, qui s’était rendue devant un Ehpad où elle venait saluer son mari. Elle stationnait devant la fenêtre fermée de la chambre de son époux.

Et des Français ne cessent de dénoncer les personnes qui mettent un pied dehors.

Nous vivons une époque épatante.

Partager cet article

5 commentaires

  1. Les pandores ont eu bien raison d’interpeller et de sanctionner cette dame quasi octogénaire. Le règlement, c’est le règlement ! Où irait-on si on n’appliquait pas les lois de la République à tous ?
    Evidemment, nos gendarmes, courageux mais pas téméraires, préfèrent s’en prendre à une pauvre femme sans défense, qui payera son amende sans leur cracher dessus, sans faire brûler des voitures, plutôt que d’aller se frotter à la racaille des quartiers dits sensibles.
    De plus, il semblerait que cette dame ait travaillé comme bénévole dans cet EPHAD, avant le confinement et que ce soit précisément cet établissement qui l’ait « dénoncée » aux gendarmes.
    Comme on dit à Marseille : fais du bien à Bertrand, il te le rend en caguant !

    • Au risque de me répéter, les forces de l’ordre font appliquer les lois françaises en France. Et Nunez a bien précisé que ces lois de confinement ne sont pas une priorité dans les enclaves musulmanes, pas plus que les lois Israéliennes n’ont lieu d’être appliquées dans les enclaves palestiniennes.
      Nos Excellences confirment ainsi le morcellement avéré de la France. Chaque jour qui passe est une journée de consolidation et d d’extension de la conquête musulmane de notre malheureuse Patrie.

  2. Nous avons les zélites que nous méritons, continuons à voter pour des tarés et nous deviendrons aussi tarés. Quant aux pandores, leur cervelle de moineau se retrécit de plus en plus, s’en prendre à une vieille dame qui doit se morfondre de chagrin. Comme si ça ne lui suffisait pas que son pauvre mari soit dans un Ehpad, ces gendarmes mériteraient une mise à pied de 15 jours sans salaire ça leur ferait les pieds quant à ceux qui donnent de tels ordres débiles, on les enferme dans un asile d’aliénés puisqu’ils sont débiles et profonds sans doute à moins qu’ils ne soient méchant, dans ce cas c’est la tôle

  3. s’il n »y avait que lui ! il fallait bien faire de la place pour les inciviques qui auront trois PV pour n’avoir pas rempli leur ausweis de sortie

  4. Certains « gendarmes » n’auraient donc pas de parents ni de grands parents, ni d’oncle ni tantes, … ?

    Pourtant, ceux-là vieilliront aussi et se souviendront tristement du passé comme Ronsard l’a si bien annoncé :

    « Las ! voyez comme en peu d’espace,
    Mignonne, elle a dessus la place
    Las, las ses beautés laissé choir
    Ô vraiment marâtre Nature,
    Puis qu’une telle fleur ne dure
    Que du matin jusques au soir ! »

Publier une réponse