Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : L'Eglise en France

Un cérémonial de la Sainte Messe qui comble un vide dans les paroisses

Les éditions Artège viennent de publier un Cérémonial de la Sainte Messe à l'usage ordinaire des paroisses suivant le missel romain de 2002 et la pratique léguée du rit romain. Cet ouvrage, qui sera utile tant aux prêtres qu'aux cérémoniaires de la forme ordinaire, s'inscrit dans une herméneutique de la réforme dans la continuité, telle que l'a voulue Benoît XVI, pour la liturgie. Le livre est riche de normes, pour la préparation de la messe, la célébration, la concélébration, les cérémonies propres (Semaine Sainte…), les cas particuliers (accidents). L'évêque de Bayonne, Mgr Marc Aillet, écrit dans la préface :

C "Le pape Jean-Paul II avait souvent insisté sur la nécessité, pour retrouver le sens de la liturgie, de respecter les prescriptions liturgique : "l'obéissance aux normes liturgiques devrait être redécouverte et mise en valeur comme un reflet et un témoignage de l'Église une et universelle, qui est rendue présente en toute célébration de l'Eucharistie. Le prêtre qui célèbre fidèlement la Messe selon les normes liturgiques et la communauté qui s'y conforme manifestent, de manière silencieuse mais éloquente, leur amour pour l'Église." (L'Eglise vit de l'Eucharistie, n°52). […]

Il reste que les rubriques, beaucoup plus succintes que dans le Missel de 1962, souvent évasives et sujettes à des interprétations parfois douteuses, contraignent célébrant et fidèles à l'improvisation, chaque fois qu'elles ne donnent pas les précisions requises. […] C'est dire combien le "Cérémonial
de la Sainte Messe à l'usage ordinaire des paroisses" que j'ai la joie de préfacer, en comblant un vide, rendra un service à tous ceux qui veulent retrouver le sens et l'esprit de la liturgie dans la forme ordinaire du rite romain.

Dans une grande fidélité aux intentions exprimées dans les livres liturgiques rénovés et en s'attachant aux rubriques qu'ils contiennent, les auteurs ont cherché à préciser les manques en recourant, selon une "herméneutique de la continuité" promue par Benoît XVI, aux gestes pérennes de la liturgie romaine, tels qu'ils étaient codifiés dans le Missel antérieur. Ce faisant, ils proposent une application concrète de la volonté exprimée par le Saint-Père que les deux formes d'usage du rite romain puissent s'enrichir réciproquement".

Partager cet article

8 commentaires

  1. La déchristianisation en Europe n’est pas une question de liturgie. Une liturgie trop dogmatique pourra être un frein au retour de l’influence du christianisme en Europe. Nous sommes des laïcs, il ne faut pas que les prêlats l’oublient. Nous avons besoin d’un langage correspondant à ce que nous vivons dans l’actualité.
    Je pense qu’il serait bon que l’esprit chrétien soit redoré sur nos terres européenne en ne laissant pas les politiques piétinaient un de nos pilier fondateur le christianisme.
    Le christianisme ne pourra reprendre son essor que lorsqu’elle s’imposera dans nos patrie politiquement et socialement. Que les prêlats arrêtent de faire le jeu des politiques “Fr-Ma”. Qu’ils aient le courage de se vêtir convenablement une fois hors de leur Eglise, c’est-à-dire, qu’ils arrêtent de se montrer en chemise,mettant au placard sauf le dimanche,leur col romain.)

  2. Chers amis du SB,
    je ne peux, comme tous vos lecteurs, que me réjouir de la parution de cet ouvrage, dont je ne doute pas qu’il soit excellent.
    Mais combien de prêtres, combien de paroisses s’y réfèreront ?
    Nous sommes tombés si bas en France, en liturgie, que ce livre restera sur les étagères des (bonnes) librairies catholiques…
    Voyez-vous, il ne faut pas déranger le conformisme “soixante-huitard-marxiste-bêta-gnangnan”.
    Et puis les ADAP, au fin fond des campagnes, en quoi cet ouvrage va-t-il les concerner ?
    Pessimiste, moi ? non réaliste. Et pourtant, j’espère sincèrement me tromper dans mes analyses.
    [Offrez-le à votre curé. MJ]

  3. Un ouvrage de référence existe déjà.
    Il est intitulé “PRESENTATION GENERALE DU MISSEL ROMAIN”. Il est téléchargeable sur http://www.ceremoniaire.net/
    Je crois que ce seriat rendre service à son curé (quand nécessaire) et lui en faire une impression (PDF 72 pages)

  4. Pourquoi ce livre va dans le bon sens ?
    Pour la simple et bonne raison que dans le Cérémonial des Evêques de 1995 (V.F.) il est explicitement fait référence au Missel de 1962 concernant des rubriques “succinctes”. En développant ce type d’approche, qui est en réalité la seule possible, ce livre donne la véritable façon d’interpréter les nouvelles normes, qui, effectivement, s’appuient sur un existant (pré-conciliaire pour faire court) mais que plusieurs générations ont bazardé.

  5. Ave,
    À lire et à offrir !
    Peter FREEMAN, coauteur du livre est également le webmestre de http://ceremoniaire.net/. Une mine d’information !
    Étienne

  6. cher MJ : mon Curé est un saint prêtre. Comme il en existe sans doute fort peu.
    Croyez-moi, il n’en a nul besoin. Sans doute serait-il même peiné, pensant que la Messe qu’il dit avec tant de ferveur ne me plaît pas.

  7. Comme le dit très lucidement Mgr Aillet : difficile de faire précis et propre avec un rit conçu pour être adapté à volonté.
    On revient à la précision des rubriques, de nouveau reconnue nécessaire alors que c’était (et c’est toujours) l’un des reproches faits au rit tridentin. On revient à la solennité des gestes et des chants, de nouveau reconnue nécessaire, alors que c’était (et c’est toujours) l’un des reproches faits au rit tridentin.
    Encore un petit effort, et on reviendra, en toute logique et en toute continuité de ce mouvement de réforme, à la fameuse “messe de toujours” ! 😀

  8. A Solange : si la liturgie n’est pas au centre de la foi, elle n’en est pas très éloignée parce qu’elle est son expression incarnée… La déchristianisation en Europe n’est certes pas qu’une question de liturgie, mais la désacralisation de la liturgie a indéniablement contribuer à déchristianiser le Vieux Continent. Ce document, s’il était pris en compte, serait, à n’en pas douter, un bel outil de la nouvelle évangélisation. Convertir les rois, oui, bien sûr. Mais redonner un souffle de vie intérieure chez tous les fidèles (les puissants et les “misérables comme vous et moi) par la réintroduction du sacré dans nos assemblées, voilà une action à la fois urgente et de longue haleine à mener.
    A Sixtine : Jubilate, réjouissons nous de la parution de cet ouvrage ! Bien entendu, sans nous leurrer sur son utilisation dans la plupart de nos paroisses, mais bon… Et encore : un geste simple et efficace serait d’en offrir un exemplaire à notre curé, dont on peut malgré tout espérer qu’il est peut-être de bonne foi. Voilà un document qu’il pourra opposer à la dame-patronnesse qui s’occupait jadis des fleurs et qui entend à présent tout régenter dans la paroisse, à la tête du soviet presbytéral. Jubilate et sperate !

Publier une réponse