Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

“Un budget de rigueur douloureux pour tous”

Et oui "pour tous". Et c'est le titre d'un article du quotidien Le Monde, le journal dont l'un des principaux actionnaires est Pierre Bergé.

Nous vivons un changement civilisationnel dont le moteur est culturel. La famille dite traditionnelle - qui est simplement la famille naturelle - diminue massivement en nombre et en influence sociale. Le politique est de plus en plus centré sur la promotion de l’individualisme a-culturel, a-religieux et a-national. L’économique accroît des inégalités devenues stratosphériques et accélère et amplifie le cycle des crises. L'Église est pourfendue; clercs et laïcs sont atterrés.

Une culture nouvelle jaillira inévitablement de ces craquements historiques.
Avec le Salon Beige voulez-vous participer à cette émergence ?

Le Salon Beige se bat chaque jour pour la dignité de l’homme et pour une culture de Vie.

S'il vous plaît, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

4 commentaires

  1. Il manque un mot” douloureux pour VOUS tous”.
    C’est plus juste comme ca.

  2. Le problème de la fiscalité n’est douloureux qu’à condition que le gouvernement conserve son mode de financement insensé par les marchés, au lieu de se financer avec ses ressources propres, ce qui demanderait évidemment de faire des choix de société différents, notamment eu égard au développement du capitalisme entrepreneurial actuellement étouffé au profit du banquier qui nourrit le rentier. Et qui est le rentier?
    En premier lieu ce sont les banques et compagnies d’assurance réputées indispensables au bon fonctionnement de l’économie, en vertu de leur privilège exorbitant de création monétaire que l’Etat leur a scandaleusement abandonné, depuis qu’il s’est obligé lui-même à se financer sur les marchés, comme le stipule les traités européens. La monnaie unique a été créée tout exprès pour créer un marché de la dette suffisamment large pour répondre à la demande des Etats et en permettre la gestion avec les instruments de financement bancaire, comme les produits dérivés qui transforment la dette publique en moyens de spéculation très rentables pour les banques d’investissement.
    C’est ainsi que suivant le mauvais exemple de la plupart des pays développés, la part de l’impôt dans les ressources financières publiques n’avoisinent plus que les 40%, le reste étant payé par les banques auxquelles le Trésor fait appel pour payer ses fonctionnaires en émettant de la dette. La contrepartie de l’accès aux liquidités bancaires réside dans le droit de regard des banques dans la gestion des deniers publics, a contrario des citoyens qui eux n’ont rien à dire, puisque l’Etat ne rend jamais compte de sa bonne ou mauvaise gestion des deniers publics.
    Voilà donc notre Etat obligé soi-disant de pratiquer une politique d’austérité, alors même que les liquidités bancaires n’ont jamais été aussi abondantes et que la diminution des dépenses de l’Etat est ridiculement faible, voire inexistante. Il faut donc chercher ailleurs les vraies raisons de l’austérité qui seraient plus idéologiques qu’économiques, surtout à un moment où il faudrait relancer la demande, bien que les banques fassent tout pour siphonner le capital disponible sur le marché au bénéfice des activités de marché alimentées par la dette publique. Comprenons ici que le rachat des titres de dette par la BCE par exemple permet aux banques de refinancer leurs actifs, non pour prêter aux entreprises mais pour spéculer sur les marchés.
    En fait les organisations internationales ont décidé qu’il fallait réduire drastiquement les revenus des habitants des pays développés, en vertu du principe selon lequel une baisse de consommation entraînerait une diminution des rejets carbonés et une préservation du milieu naturel, comme il est acté dans le protocole de Rio que la France a signé. La baisse forcée de la consommation énergétique va dans le même sens, par le maintien de factures anormalement élevées du fait des ressources de production électrique en France et de l’abondance des réserves en hydrocarbures dans le monde.
    Nous voilà donc prisonniers d’un modèle malthusien au nom duquel le gouvernement doit réclamer des sacrifices inutiles pour de fausses raisons comme la réduction de la dette ou la restauration des finances publiques qui ne sont délabrées que par la volonté expresse de nos gouvernants.

  3. Douloureux pour tous sauf pour les parasites rentiers umps sénateurs/députés prébendiers ,et leur clientèle de 10 millions de migrés parasitaires de vos impots !

  4. La feuille d’impôt de Pierre Bergé aurait-elle augmentée ?

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services