Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Avortement / Pro-vie

Un avorteur avec plus de 40 000 avortements devient pro-vie

Lu sur ce site canadien :

"[…] M. Adasevic, devenu aujourd’hui l’un des chefs du mouvement pro-vie en Serbie, avait pratiqué plus de 48 000 avortements avant que des doutes sur la procédure ne le poussent à arrêter cette pratique. D’autres sources estiment ce nombre à 60 000. Il attribue sa conversion pro-vie à deux éléments : une succession inhabituelle de rêves et une expérience particulièrement troublante au cours de ce qui devait être un avortement de routine. Il décrit ainsi la procédure :

J’ai ouvert le ventre, déchiré le placenta, après quoi la poche des eaux s’est rompue et j’ai pu travailler avec mon forceps d’avortement. J’ai attrapé quelque chose, que j’ai brisé, extrait et jeté sur un linge. Je regarde et je vois une main – une main assez grande. L’enfant avait 3 mois, peut-être 4. Je n’avais rien pour mesurer.

A trois mois de grossesse, le bébé est entièrement formé, y compris ses doigts et ses orteils. Tous ses organes et les systèmes de son corps sont présents. Il a des empreintes digitales et respire du liquide amniotique pour se préparer à sa vie en dehors du corps de la maman. M. Adasevic poursuit :

Quelqu’un avait versé de l’iode sur la table et la main est tombée de telle façon que les terminaisons nerveuses sont entrées en contact avec le liquide. Et que s’est-il passé ? J’ai regardé et je me suis dit : « Mon Dieu, la main bouge toute seule. » Je continue malgré tout avec mon forceps, j’attrape autre chose, je le brise, je l’extrais. Je me dis : « J’espère que ce n’est pas une jambe. » Je tire, je regarde : une jambe.

Je veux poser la jambe sur la table, doucement, afin qu’elle ne se place pas près de la main qui bouge. Mon bras se baisse et j’entends un coup dans mon dos. Je sursaute et, automatiquement, mon emprise sur le forceps se détend. A ce moment, la jambe fait une culbute et vient tomber près de la main. 

Je regarde – la main et la jambe bougent toutes seules. Je poursuis tout de même en dirigeant mon instrument vers le ventre et je commence à briser tout ce qui se trouve à l’intérieur. Je me dis en moi-même que tout ce dont j’ai besoin pour compléter le tableau, c’est de tomber sur le cœur. Je continue de broyer, je broie, je broie, jusqu’à être sûr d’avoir fait de la bouillie de tout ce qu’il reste à l’intérieur, et je retire à nouveau mon forceps.

J’extrais cette bouillie en me disant qu’il doit s’agir de fragments osseux et je la pose sur le linge. Je regarde et je vois un cœur humain, qui se contracte, qui se relâche et qui bat, qui bat, qui bat. Je crois devenir fou. Je vois les battements du cœur ralentir, plus lentement, encore plus lentement, jusqu’à ce qu’ils s’arrêtent complètement. Personne n’a pu voir ce que j’ai vu de mes yeux et être plus convaincu que moi de ce que je venais de faire : j’ai tué un être humain.

Cette étrange et terrible expérience a ouvert les yeux de Stojan Adasevic sur le caractère horrible de l’acte qu’il pratiquait. Cette puissante rencontre avec l’humanité de l’enfant à naître était en net contraste avec la formation qu’il avait reçue. Dans le documentaire, M. Adasevic décrit ses journées de travail en tant qu’avorteur :

Il m’arrivait de pratiquer 20, 25, 30 ou même 35 avortements par jour. Nous travaillions cinq jours par semaine… […]

Il rêvait à un magnifique champ rempli d’enfants et de jeunes gens qui jouaient et riaient, âgés entre 4 et 24 ans, mais qui prenaient peur à sa vue et s’enfuyaient. Un homme vêtu de noir et de blanc le fixait en silence.

Ce rêve revenait chaque nuit et il se réveillait avec des sueurs froides. Une nuit, il demanda à l’homme en noir et blanc qui il était. « Je m’appelle Thomas d’Aquin. »

« Pourquoi ne me demandes-tu pas qui sont ces enfants ? » m’a demandé St Thomas dans un rêve.

« Ce sont ceux que tu as tués en les avortant », m’a-t-il répondu. (…)

[…] Après les songes troublants et la terrible expérience de cet avortement, M. Adasevic a annoncé à l’hôpital où il travaillait qu’il ne pratiquerait plus d’avortements. Sa conversion pro-vie lui a coûté cher.

C’était la première fois qu’un médecin en Yougoslavie communiste refusait de pratiquer cet acte. Ils ont divisé mon salaire par deux, licencié ma fille et empêché mon fils d’entrer à l’université.

M. Adasevic s’emploie depuis à changer les cœurs et les mentalités. Il a fait diffuser un documentaire pro-vie à la télévision serbe. Sa conversion fulgurante est glaçante, mais aussi enthousiasmante. Un avorteur acharné est devenu un héros pro-vie.

Soulignons d’ailleurs que Stojan Adasevic doit sa vie à un avortement raté. Sa mère, alors enceinte, avait demandé à se faire avorter, mais l’avorteur a manqué son acte et l’enfant est né vivant."

Partager cet article

13 commentaires

  1. il veut peut etre racheter sa place au paradis

  2. Preuve s’il en est besoin, que Dieu va chercher les plus pêcheurs et veut les ramener vers lui. D’un mal peut sortir un bien.
    Mais ce monsieur doit vivre de terribles moments, ayant maintenant conscience de ce qu’il a fait. Cela doit être lourd à porter.
    Car les personnes qui pratique l’avortement sont la plupart du temps de bonne foi, voyant (ou voulant voir) le bébé comme un amas de cellules, et non comme un être humain.

  3. Bonjour,
    DIEU, dans Sa miséricorde à sauvé une vie de la damnation éternelle!
    Remercions-Le.
    Et prions pour cette conversion et celles qui se ferons dans les temps proches. C’est la condition NÉCESSAIRE pour que notre Pays retrouve une joie de vivre et sa sérénité perdue.
    Que DIEU vous bénisse et vous garde dans Sa Paix et Sa Joie!
    Merci!
    JFL

  4. @salagouducro,
    je ne pense pas qu’on puisse “acheter” une quelconque place au paradis, ni lui, ni personne.
    @Piline,
    Je pense aussi que ce monsieur doit être confronté à des moments/souvenirs cauchemardesques (j’ai sauté quelques paragraphes trop violents dans le texte): je lui souhaite d’être bien entouré pour ne pas sombrer dans des crises d’angoisse.

  5. Oh Seigneur que vos voies sont impénétrables ! Fortifiez cet homme dans la Foi, donnez-lui le courage et la résolution pour porter son témoignage par tout l’univers.
    A tout péché Miséricorde, faites Mon Dieu que ce terrible exemple touche les avorteurs du monde entier et éveille leur conscience.

  6. Si cela peut aider …
    PRIERE POUR DEMANDER LE BAPTEME DES ENFANTS AVORTES
    « Aujourd’hui, le sang des enfants innocents crie justice au Ciel. Ils sont si nombreux, trop nombreux. La colère du Père Eternel est sur le point de s’abattre sur l’humanité … Le sang de ces enfants trouble profondément Mon Cœur Agonisant et accroît les douleurs de Mon Agonie … Cette prière permet de sauver un très grand nombre d’enfants innocents qui ne sont pas encore nés. Priez-la chaque jour et répandez-la partout dans le monde. Ceux qui la feront connaître ne seront pas perdus. Au Ciel, les Saints Innocents ne le permettront pas. Par Mon Amour et Ma Miséricorde, Je les empêcherai de tomber dans le péché mortel. »
    « Père Céleste, Votre Amour est éternel. Dans Votre océan d’Amour, Vous avez sauvé le monde par Votre Fils Unique, Jésus-Christ.
    Maintenant, contemplez Votre Fils Unique sur la Croix qui verse Son Sang continuellement par amour pour les Siens, et daignez pardonner à Votre monde. Purifiez et baptisez les enfants avortés dans le Précieux Sang et l’Eau qui jaillissent du Côté Sacré de Votre Fils suspendu sur la Croix et mort pour leur salut,
    Au Nom du Père, et du Fils et du Saint-Esprit.
    Puissent-ils, par la Sainte Mort de Jésus-Christ obtenir la vie éternelle, par Ses Saintes Plaies être guéris et, par Son Précieux Sang, être délivrés.
    Puissent-ils ainsi connaître les joies célestes en compagnie des Saints. Amen. »
    Prière révélée par Jésus-Christ.

  7. son témoignage est difficile à lire,ça donne la nausée,quelle misère

  8. @Paul
    Moi aussi j’ai survolé les quelques passages les plus durs, avec la nausée de me dire que des milliers d’enfants finissent ainsi chaque jour.
    Je pense que sa seule planche de salut c’est la confiance en la miséricorde de Dieu… qui oui, aussi incroyable que cela puisse paraitre, peut seul pardonner ces dizaine de millier de mort. (D’ailleurs, St Paul était un solide persécuteur avant de prendre la route de Damas)
    Sans cette confiance, il ne reste que le geste de Judas, se suicidant en réalisant ce qu’il a fait…

  9. Édifiant!
    Il aura tout de même fallu plus de 40.000 avortements pour qu’une prise de conscience – avec assistance divine ! – survienne…
    A lui désormais de sauver des vies!

  10. A vingt jours d’existence, c’est à dire une semaine de retard de règle ou cinq semaines de grossesse selon le compte usuel des gynécos, le cœur commence à battre et fait circuler le sang.
    Il est vraiment difficile de considérer cet être humain comme “un tas de cellules”, sauf à considérer que soi-même on n’est qu’un tas de cellules.

  11. Très beau témoignage.
    M Adasevic est un bon larron avec l’aide de saint Thomas.
    Ce n’est pas le pêcheur qu’il faut honnir s’il se convertit, c’est le péché.
    Espérons que tous ces témoignages viendront à bout de cette culture de mort.
    Que va répondre Simone Veil et tous les tenants de l’avortement le jour où ils verront face à face Saint Thomas puis notre Seigneur ?
    Et que diront ils à Saint Pierre quand il leur désignera la porte de Belzebuth ?

  12. Ce qui n’est pas suffisamment dit , c’est que cette conversion remonte déjà plusieurs dizaines d’années ( sous la Serbie communiste) et que ce monsieur et sa famille ont déjà dû payer le prix fort pour cette conversion .. ( diminution de 50 % de son salaire , non-admission de ses enfants dans les universités , etc.)
    De plus cet homme explique aussi de manière assez étonnante et remarquable l’envoi de St Thomas d’Aquin comme intercesseur de la cause des non-nés : lire la suite sur
    http://www.michaeljournal.org/adasevic.htm
    Extraordinaire communion des saints .. toujours en recherche de la Vérité !
    Le Seigneur est vraiment très grand !

  13. Je “commente” un peu en retard.. mais au regard de ce que je viens de lire, j’ai eu récemment une conversation avec une infirmière qui fait un stage en salle d’opération où elle a assisté à 2 avortements et une césarienne- Je lui ai dit qu’après 2 avortements c’était une bonne nouvelle que d’avoir une naissance et elle m’a répondu : oh ce n’était qu’un amas de cellules… je lui ai répondu que nous étions tous des amas de cellules…là il y a eu un silence, bien sûr. Mais je m’aperçois que l’esprit médical est vraiment pourri…

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]