Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

Un autre effet du Coronavirus

Un autre effet du Coronavirus

On se souvient qu’à l’occasion du confinement, le ministre de l’injustice Nicole Belloubet avait décidé de faire libérer un certain nombre de détenus. Les conséquences ne se sont pas fait attendre très longtemps.

Le premier détenu à avoir bénéficié d’une libération anticipée grâce au Coronavirus vient d’être condamné pour un coup de couteau. Alors qu’il a une douzaine de mentions à son casier judiciaire, il était à nouveau devant la justice mardi 23 juin, en comparution immédiate, pour des violences aggravées par arme, un couteau, et en état d’ivresse manifeste. Le tout en état de récidive.

C’est aussi le ministre qui devrait faire l’objet de poursuites judiciaires.

FDesouche dresse une liste non exhaustive de ceslibérés « grâce au Covid » qui sont retournés en prison :

Les députés ont voté, dans la nuit du lundi 22 au mardi 23 juin, la proposition de loi « instaurant des mesures de sûreté à l’encontre des auteurs d’infractions terroristes à l’issue de leur peine ». Selon les chiffres dévoilés lundi par le ministre de la justice, 31 détenus condamnés pour des infractions terroristes sortiront de prison en 2020 après avoir purgé l’intégralité de leur peine, 62 autres en 2021 et 50 en 2022.

La disposition la plus débattue concernait la possibilité de placer sous une surveillance électronique mobile ces personnes. Le ministre était contre, mais les députés ont voté pour. Nicole Belloubet a estimé que cette mesure est disproportionnée :

« Il faut veiller à ce que les mesures que nous élaborons ne les enferment pas davantage encore dans leur misanthropie ».« Assurer un suivi électronique permanent d’une personne constitue une mesure particulièrement restrictive de liberté, disproportionnée pour une personne qui a déjà purgé sa peine ».

Rappelant que l’auteur de l’attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray était sous bracelet électronique, le ministre a affirmé que « c’est un leurre que de le considérer comme une solution de prévention idéale ». Certes. Autant les laisser en prison.

Partager cet article

9 commentaires

  1. Bonjour. La prison devrait être comme une station d’épuration. L’eau qui rentre est remplie de saleté. On la nettoie en la mettant un certain temps dans des bassins de décantation et en y mettant des produits de désinfection… Puis elle ressort propre. Malheureusement ce n’est pas le cas. Bien à vous.

    • Les travaux forcés penibles mais rémunérés a leur juste prix en partie en remboursement de leur logement et des depends de justice generes par leurs actes peccamineux et en autre partie bloqué sur un compte d’épargne pour leur composer une cagnotte de survie suffisante a la sortie pour leur permettre de se reinserer socialement.
      Le recyclage pour l’apprentissage d’un metier est deja usité dans les prisons.
      Il va sans dire que plus les delinquants ont un impact désastreux sur les autres prisonniers plus le travail choisi pour eux devra etre fatiguant afin que vertueusement fatigué en fin de journee ils s’endorment d’un bon sommeil réparateur plutôt que de mettre le bazar autour d’eux…..
      Et…mais là malheureusement avec les gouvernements que l’on a c’est du domaine du rêve ; l’envoi de predicateurs catholiques formes a precher les exercices de St Ignace de loyola tous les jours à tous, en routine reguliere a determinrr, sans attenter au libre arbitre de chacun mais avec obligation pour tous (gardiens compris) de les écouter en silence.

      • Bonjour Chantal de Thoury. Merci pour votre témoignage sur le travail des personnes pour réinsérer les détenus. Au plaisir de vous lire. Bien à vous.

  2. Belle ou bête ? Avec un physique du style « Avec moi, le SIDA ne passera pas », on ne peut que sélectionner la 2nde option…
    😇😇😇

  3. Pour ce genre d’individus, il y a une autre solution de prévention, qui n’est certes pas idéale, mais qui est extrêmement efficace contre la récidive ! Mais le catéchisme a été modifié et on ne peut plus l’évoquer…

  4. Voilà l(‘exemple typique de ces politicards hors sol parce que responsable mais pas coupable . Dans ce cas si un malandrin refait des siennes et à chaque fois la Belloubet devrait se prendre autant de mois de tôle, la prochaine fois elle réfléchira aux âneries qu’elle fait

  5. @Gaudette
    Bien d’accord avec vous. Et ce principe devrait être étendu aux juges, aux avocats, aux psychiatres qui permettent la libération anticipée de gens qu’ils n’estiment plus dangereux mais qui récidivent.

  6. La justice est soit disant rendue au nom du peuple mais si on faisait un référendum sur ces libérations, le peuple français enverrait tous les responsables de ces libérations derrière les barreaux pour au moins 20 ans, Belloubet en tête !

Publier une réponse