Bannière Salon Beige

Partager cet article

Immigration / Médias : Désinformation

Un article du Monde de 2019 ridiculise un éditorial du Monde de 2014

Un article du Monde de 2019 ridiculise un éditorial du Monde de 2014

En 2014, un éditorial du Monde avait pour titre :

“Contre le populisme, l’exemple suédois ”

Une fois de plus, la Suède donne l’exemple. Confrontés à la perpective d’une crise politique prolongée, les partis politiques traditionnels, de gauche à droite, ont décidé de s’unir pour permettre au gouvernement de fonctionner en neutralisant la capacité de nuisance parlementaire du parti populiste d’extrême droite.

En 2019, un article du Monde a pour titre :

“En Suède, les limites de la société plurielle”

En 2015, le pays de 10 millions d’habitants a reçu 160 000 demandeurs d’asile, un record en Europe proportionnellement à sa population, avant de fermer ses frontières. C’est un refrain qu’on entend de plus en plus souvent en Suède. Ceux qui s’en font l’écho prennent bien soin de marquer leurs distances avec l’extrême droite. Ils n’en restent pas moins fermes sur le constat : la Suède a beaucoup changé ces dernières années et ils ont du mal à trouver leurs repères dans un pays où désormais un cinquième de la population est né à l’étranger, contre 11 % il y a vingt ans.

Ylva pèse ses mots, de peur d’être mal comprise. « En fait, je suis épuisée. J’ai fait le choix de ne pas vivre à l’étranger, parce que j’aime le confort d’être chez moi. Mais parfois, j’ai le sentiment de ne plus savoir où je me trouve. » Psychologue, cette cinquantenaire habite un village du sud de la Suède et travaille à Malmö. « Dans le bus, je suis souvent la seule Suédoise. Les gens parlent dans différentes langues. Ils ne sont pas agressifs. Mais je ne les comprends pas et cela me gêne. »

D’autres s’inquiètent de voir la Suède renoncer à ses valeurs – l’égalité des sexes, par exemple – au nom du respect de la diversité culturelle et de la liberté de religion. De ne pas faire preuve de suffisamment de fermeté à l’égard des nouveaux arrivants, majoritairement de confession musulmane.

« Le débat bouillonnait depuis longtemps. 2015 l’a fait apparaître au grand jour », observe Anders Hellström, chercheur à l’Institut d’études des migrations à l’université de Malmö. Cette année-là, le pays de 10 millions d’habitants enregistre 160 000 demandes d’asile, un record en Europe proportionnellement à sa population. Les cinq années précédentes, 140 000 réfugiés et leurs familles ont déjà obtenu un titre de séjour.

A l’époque, le consensus règne. A l’exception de l’extrême droite et de quelques personnalités isolées, les partis défendent une politique tolérante de l’asile. Interrogé en octobre 2015, le ministre social-démocrate de la justice, Morgan Johansson, affirmait ainsi que la Suède avait « une obligation morale » d’accueillir les réfugiés, qui représentaient « une ressource » pour un pays vieillissant.

« Si vous osiez dire autre chose, ou tempérer le discours, en évoquant les défis posés par les différences de culture, vous étiez immédiatement taxé de racisme et accusé de faire le jeu de l’extrême droite », raconte Bi Puranen, chercheuse à l’Institut d’études prospectives à Stockholm. Depuis les années 1960, le pays est une terre d’exil pour ceux qui fuient la guerre ou la dictature. « C’est devenu un élément de notre identité nationale », explique le sociologue Lars Trägardh.

Partager cet article

2 commentaires

  1. Rassurez moi vous ne cherchez tout de même pas un semblant de cohérence dans les cervelles des manipulateurs professionnels de ce journal de propagande ?

  2. il y a donc un journaliste honnête au Monde

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services