Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

UMP : silence dans les rangs

Dans Minute, Céline Pascot estime que Nicolas Sarkozy tue la droite :

S "Est-il encore possible d’être de droite, en France, sous le règne de Nicolas Sarkozy ? La question peut paraître absurde: Sarkozy n’est-il pas un président de droite ? N’est-il pas l’homme que le « peuple de droite » a appelé de ses voeux ? Oui à la seconde question mais non à la première. En bientôt deux ans de pouvoir, Sarkozy et ses con seillers ont réussi à faire ce qu’aucun président dit de droite (formule incluant un gaulliste ou présumé tel comme Pompidou) n’était parvenu à réaliser: mener une politique qui ne soit pas conforme aux promesses qu’il avait faites tout en ne laissant aucun espace à son opposition de droite !

[…] Giscard, de 1974 à 1981, fit certes une politique à bien des égards de gauche […] mais il ouvrait ainsi un espace politique que Chirac, qui en était pourtant grandement responsable […] sut occuper dès 1976, rompant avec lui et créant le RPR qui allait le porter au pouvoir vingt ans plus tard. De même Chirac et Balladur, lorsqu’ils furent à Matignon, le premier de 1986 à 1988, le deuxième de 1993 à 1995, laissèrent-ils un espace politique que s’accapara le Front national […]. Or rien de tel aujourd’hui. Sarkozy déçoit, tous les sondages le montrent, il déçoit le plus la part la plus droitière de l’électorat, mais tout indique que celle-ci ne voit personne vers qui reporter ses espoirs […]. Rien de tel aujourd’hui pour plusieurs raisons. Tout d’abord, Sarkozy apparaît encore aux yeux de la plupart de ceux qui l’ont élu – et à la différence d’un Chirac –, comme un «homme de droite» […].

Ensuite Nicolas Sarkozy a fait le vide. A gauche, en la dépossédant de ses figures les plus populaires […]. Et surtout, il a fait le vide à droite comme personne n’y avait réussi avant lui. Qui se dégage, comme Chirac sous Giscard, ou Le Pen puis Sarkozy sous Chirac, comme éventuel recours? Personne, absolument personne. […] Alors que nombre des réformes menées, promises ou engagées par Sarkozy […] devraient faire se lever une fronde droitière au sein de sa majorité, rien ne se passe, hormis quelques «coups de gueule», quelques menaces de ne pas adopter tel ou tel texte, velléités apaisées, tantôt par un report de la discussion, tantôt par l’acceptation d’amendements qui ne changent rien sur le fond, comme sur le travail dominical qui donnait pourtant l’occasion à la frange conservatrice de la majorité – elle existe – de se souder. Si l’« omniprésidence » est dangereuse pour la France […] c’est qu’elle a pour conséquence – et pour but – d’empêcher l’émergence de tout rival crédible au président dans son propre camp. Avec, pour dommage collatéral et encore plus funeste, de faire croire à l’opinion qu’il est le seul à incarner la droite, pire, qu’il n’est d’autre politique de droite que la sienne, jusqu’à décrédibiliser pour un temps qui peut être long tout discours authentiquement de droite".

MJ

Partager cet article

4 commentaires

  1. Comme aux Etats-Unis, comme au Royaume Uni, comme …, la France sous Sarkozy est en voie de fascisation très rapide, c’est à dire sur la voie de l’instauration d’une dictature policière et socialiste ou communiste avec son parti unique et sa pensée unique, le tout géré par les multinationales et l’oligarchie mondiale.
    Aux Etats-Unis de plus en plus de gens craignent l’instauration d’une loi martiale, qui donnerait les pleins pouvoirs au pouvoir exécutif et qui permettrait envoyer ou d’exécuter tous les opposants et les leaders d’opinions dans des camps de concentrations. Cela est inscrit dans la constitution et ces camps de concentration existent déjà en très grands nombre aux Etats-Unis et sont prêts à être mis en œuvre suite un évènement de type « arme de destruction massive » aux Etats-Unis. Renseignez-vous (« Concentration Camps in the United States »).
    Par exemple, pour citer Stella Rimington, directeur général du MI5 en 1992 et chef de l’agence de sécurité jusqu’en 1996, en février 2009 :
    « « spécialement sur le vote de lois qui interfèrent avec la vie privée des gens. Il serait préférable que le gouvernement reconnaisse les risques existants plutôt qu’instiller la peur afin de passer des lois qui restreignent les libertés civiles, précisément celles qui mènent au terrorisme : vivre dans la peur et sous un Etat policier. »
    L’UE et la France sous Sarkozy prennent la route de manière extrêmement rapide vers une dictature soviétoïde et fasciste. Regardez ainsi comment le système politique a supprimé les juges d’instruction, a placé tous les médias publics sous le contrôle direct des services de Sarkozy, s’attaque à la famille, vote des lois pour enfermer des gens « potentiellement dangereux » sur décision politique, fait voter des lois pour surveiller Internet (ça commence comme ça), a mis en place le fichage des gens, fait une propagande éhontée pour l’UE et son parti unique, spolie toujours de gens, cherche à imposer des dogmes par « des méthodes plus contraignantes encore» (1) comme le métissage… Sachez décoder l’actualité.
    ——————————
    (1) discours de Sarkozy à Palaiseau, le 17 décembre 2008

  2. Commentaire constructif excellent de Jean, ci-dessus.Tout ce qu’il avance me semble vérifliable et en tout cas très vraissemblable et si tout s’accélère c’est que la crise est plus importante qu’on ne le dit.Une crise non seulement financière et sociale mais à l’échelle de l’humanité entière, un 11 septembre massif permettant de nouveaux paliers vers la Dictature du Diable.Ce sont des lobbies militaires, financiers, idéologiques, racistes dans leur volonté d’unifier qui gouvernent actuellemnt les USA qui sont en déclin, à la recherche de nouveaux prétextes de guerres sanglantes pour s’emparer des richesses qu’ils ont gaspillé en spéculations et vie désordonnée à crédit.Mais, gare à nous, en effet, internet étant sous haute surveillance !

  3. Le commentaire de Jean est excellent. J’ajouterai que la main-mise sur les medias par Sarkozy est totale. Le système est verrouillé, on n’entend d’ailleurs plus Le Pen.

  4. Pour ne plus se tromper sur Sarkozy :
    «La France a l’intention de poursuivre avec tous les hommes de bonne volonté le combat pour construire le nouvel ordre mondial du XXIe siècle. » (Nicolas Sarkozy, discours à l’Assemblée générale de l’ONU, 25 septembre 2007)
    « on ira ensemble vers ce nouvel ordre mondial et personne, je dis bien personne, ne pourra s’y opposer. » (Nicolas Sarkozy, Présentation des vœux au Corps diplomatique, le 16 Janvier 2009)
    « La première vérité est que la liberté dans une démocratie n’est pas assurée si le peuple tolère que la puissance privée grandisse au point qu’elle devienne plus forte que l’état démocratique lui-même. Ce qui, fondamentalement, est le fascisme, la propriété du gouvernement par un particulier, par un groupe, ou par n’importe quel autre pouvoir de contrôle privé.» (Franklin D. Roosevelt, discours au congrès, 29 avril 1938)

Publier une réponse