Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

UMP : derrière le combat des chefs, la confrontation idéologique

D'Eric Branca dans Valeurs actuelles :

V"Tout indique qu’au-delà des questions d’hommes, c’est sur la question
des idées que la droite va désormais jouer son avenir
. En créant l’UMP,
en 2002, Jacques Chirac n’avait fait que transposer juridiquement ce
qui avait été sa politique de fait comme “animal dominant” de la droite
depuis 1981 : écarter toute confrontation idéologique avec ses
partenaires afin d’obtenir d’eux qu’ils acceptent de se fondre dans une
structure unitaire autour du plus petit dénominateur commun.

On a
cru ainsi qu’il suffisait de réunir les héritiers (très) théoriques du
gaullisme et ceux de Valéry Giscard d’Estaing pour additionner les voix
et disposer d’une force de frappe à toute épreuve. La dynamique a fait
long feu car, à l’intérieur même de l’UMP, c’est la tradition girondine
et libérale qui l’a emporté, laissant en déshérence tout ce que le
gaullisme comportait de spécifique, en particulier la défense de la
souveraineté nationale.
D’où la montée continue du Front national qui,
par une captation d’héritage classique, a occupé le vide laissé par
l’abandon de cette préoccupation non exclusive mais cependant
essentielle…

À toute chose, pourtant, malheur est bon : la crise
qui secoue l’UMP intervenant sept mois après l’alternance, la droite
dispose de quatre bonnes années pour se refonder
. Il a fallu moins que
cela à la gauche non communiste […]"

Partager cet article

5 commentaires

  1. Valeurs Actuelles, qui est l’organe officieux de l’UMP, appelle au retour de Nicolas Sarkozy …on sort de 5 ans de Sarkozysme et honnêtement on ne veut plus revoir Carla Bruni, Kouchner, Frédéric Mitterrand et compagnie…la droite est morte ! tant mieux !

  2. Pitié, Sarkozy, ne reviens pas.
    Valeurs actuelles ne veut donc pas regarder en face le bilan de cet homme, qui est désastreux (immigration, dette, chômage…) ? Et surtout sa duplicité, c’est-à-dire le décalage entre le discours et les actes ?

  3. Pour quoi N. SARKOZY reviendrait-il ?
    Les chiffres annuels d’entrées autorisées d’immigrés ainsi que ceux de naturalisation que préparent VALLS sont exactement les mêmes que ceux pratiqués et mis en oeuvre durant 5 ans par N. SARKOZY : autant préférer l’original de gauche à sa copie mensongère ”de droite”.
    2 hommes ont tué la droite classique : CHIRAC et SARKOZY, qui se sont sont fabriqué au départ des profils et images droitières pour s’imposer au RPR et à l’UMLP, et qui une fois élus ont agi et fini en sociaux démocrates.
    L’un devient maintenant sénile, et l’autre repris de justice : nous les oublierons volontiers.

  4. Certes, le bilan de Sarkozy est désastreux mais là n’est pas la question. De même que Napoléon Ier abdiqua en 1814 alors qu’il avait régné pendant plus de 10 ans en “despote” disposant de bien plus de pouvoirs que les monarques “absolus” de l’Ancien Régime et revint quelques mois plus tard de l’Ile d’Elbe en souverain “libéral” car il avait compris que ce n’était qu’ainsi qu’il reprendrait le pouvoir, de même Sarkozy, l’homme du Traité de Lisbonne, de l’entrée dans l’OTAN et de l’ouverture aux bobos de gauche, bref de la dissolution de la France dans l’Empire Ultra-Libéral-Libertaire Mondialisé, pourrait revenir en Viktor Orban français, en national-populiste conservateur parce qu’il a compris que c’est sur cette ligne qu’il a regagné 10% dans les dernières semaines de sa campagne et pourrait reprendre le pouvoir.
    C’est du moins la thèse d’Eric Zemmour que je paraphrase en la reprenant à mon compte. Je la crois crédible et je suis persuadé qu’elle est possible et correspond au calcul qu’est en train de faire Sarkozy : tout, pour le moment, fonctionne comme il l’espère : les autres dirigeants ont fait la preuve de leur nullité et les électeurs de droite espèrent son retour. Alors attendons.

  5. @Thibaud
    Très bien votre rhétorique, mais personnellement, je ne prendrai pas le risque, même si j’aime bien les propos de Zemmour qui voit assez juste.
    Je pense que l’on reste ce que l’on est et que rapidement Sarközy referait les mêmes erreurs.
    Là-dessus, je suis bien en phase avec les intervenants précédents. Ceci dit, dans notre pays, n’existerait-il pas un homme à droite qui pourrait “faire l’affaire” ? C’est un peu désespérant de ne pouvoir tourner qu’avec les mêmes.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services