Bannière Salon Beige

Partager cet article

Europe : politique

UE : qui parlera des institutions ?

A l'approche des élections européennes, le débat (et c'est un bien grand mot) sur l'Union européenne demeure d'une pauvreté angoissante. Et ce n'est pas la tribune de François Hollande dans Le Monde qui viendra le rehausser. Il faut dire que même les européistes convaincus ignorent à peu près tout du fonctionnement complexe (et le terme est faible) de l'Union européenne (mais qui peut vraiment s'y retrouver ?), entre le rôle de la Commission, du Conseil européen (regroupant les chefs d'Etats), celui du Conseil des ministres de l'UE, du Parlement européen, de la Banque centrale européenne, de la présidence tournante de l'UE, du président du Conseil, et de toutes une pléthore d'institutions à commencer par la Cour de justice, le Comité des régions, la Cour des comptes, etc. etc.

Et François Hollande, qui a approuvé tous les traités créant cette institution pléthorique, diluant les responsabilités, confisquant la souveraineté des Etats, empiètant sur nos libertés, bafouant le principe de subisdiarité, ose écrire :

"Il y a en effet une vision minimale, commerciale, « apolitique » de l'Europe, qui ne voit en elle qu'un marché, qu'un espace monétaire sans gouvernance, qu'une somme de règles et fait de l'Union une entité sans âme et sans autre projet que celui d'accueillir les candidats qui frappent à sa porte. Ses promoteurs veulent bien de l'Europe à condition qu'elle rase les murs, réduise son budget, abaisse ses ambitions politiques. Compliquant ses institutions à force de les brider, ils rendent l'Union illisible et lointaine. Pour eux, l'abstention des citoyens n'est pas un problème, ce sera même une solution pour ne rien changer !

A cette Europe de la dilution, j'oppose l'Europe de la volonté. Celle qui agit là où on l'attend, qui clarifie ses modes de décision, allège ses procédures, avance plus vite avec les pays qui le veulent, se concentre sur les défis à venir."

François Hollande joue du pipo : clarifier les modes de décisions et alléger les procédures de l'UE, c'est remettre en cause les traités de l'UE. Il n'y a pas d'autre solution.

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

7 commentaires

  1. Hollande DE-GA-GE !!!!

  2. Voilà pourquoi sans doute enfle le vote FN de manière continue : n’y comprenant rien, beaucoup veulent que tout cela soit remis à plat et les compteurs ramenés à zéro.
    Simple comme le neoud gordien d’Alexandre : on tranche quand tout est inextricable.

  3. Ce sont le Conseil européen, équivalant du président de la République française, et surtout Le “Conseil de l’Union européenne” ou “Conseil des ministres” de l’UE, équivalant du premier ministre français, qui décident de tout.
    La Commission est le gouvernement de l’Europe. De ce fait, ses membres ne sont pas élus, comme pour le gouvernement français.
    Aucune règlementation ne passe sans l’accord du Conseil de l’Union européenne.
    Le traité de Lisbonne, rejeté par les Français mais imposé par Nicolas Sarkozy, multiplie les possibilités de décisions à la majorité et non plus à l’unanimité qui fonctionnait très bien jusque-là.
    L’UE ne confisque pas la souveraineté des Etats, qui est déléguée : les Etats sont toujours souverains et peuvent quitter l’UE. Alors que la Catalogne ne peut pas quitter l’Espagne.
    Beaucoup de domaines ne dépendent en réalité pas de l’Europe mais de nos dirigeants qui ne font rien.
    Un des premiers rôles de l’UE, c’est l’harmonisation des normes, comme pour les poids et mesures après la révolution française.
    De par son poids, rien de ce qui se fait en Europe ne se fait sans l’accord de la France (et de l’Allemagne ou de l’Italie). Nos gouvernants utilisent l’UE pour nous imposer un certain nombre de choses en catimini.
    Comme Sarkozy qui a retiré l’obligation d’un référendum en cas de nouvelle entrée dans l’UE. (Et 70% des électeurs de droite souhaitent son retour… “Les Français sont des veaux” ?) Qui va attaquer l’UMP sur cette question ?
    “François Hollande joue du pipo : clarifier les modes de décisions et alléger les procédures de l’UE, c’est remettre en cause les traités de l’UE. Il n’y a pas d’autre solution.” : effectivement. Mais on pourrait déjà commencer par la France.

  4. Hollande craint une « sortie de l’Histoire » de la France ! C’est se moquer des Français que l’on conduit à l’abattoir.
    On le constate tous les jours : la France est DÉJÀ sortie de l’histoire. Il n’y a plus de politique étrangère française indépendante ; elle est devenue le marche-pied du mondialisme et de la boboîtude au travers de l’Union européenne. Nos politiciens ont arrimé nos intérêts à ceux, très contestables, des États-Unis, de l’Allemagne et des pétromonarchies.
    Qu’est devenu le projet du général de Gaulle d’une “Europe de l’Atlantique à l’Oural” ? Qu’est devenue la France fille ainée de l’Église, protectrice des chrétiens d’Orient ?
    Quant aux “bienfaits” de la construction européenne et de l’euro, les Français le constatent tous les jours… Quant le traité de libre-échange transatlantique, négocié dans le plus grand secret, ne sera jamais soumis à référendum, il n’y aura plus de France souveraine mais 10 grandes régions qui négocieront directement avec Bruxelles.

  5. Si je comprends bien l’Alliance Royale qui n’arrête pas depuis 12 ans de proposer un remaniement complet des institutions de la France et par voie de conséquence egalement du modele Europeen
    semble pour vous totalement transparente comme l’homme invisible.
    bien que nous nous interdisions d’en vouloir a tous ceux qui sont proches de nos idées, vous comprendrez que cela nous rend tres tristes,
    mais bon, c’est vrai que on n’est jamais mieux rejeté que par les siens
    [Je parle des institutions de l’Union européenne. MJ]

  6. L’Europe, on sait même pas ce que c’est, personne est foutu de nous dire où ça commence et où ça s’arrête. Ca vient juste nous emmerder sur la taille des tomates et le ramassage des escargots cendrés en période de reproduction.

  7. Ce n’est pas “apolitique” que d’imposer l’invasion migratoire obligatoire .c’est au contraire une politique nihiliste suicidaire et raciste où les européens sont interdits de protèger leurs territoires au profit de prédateurs venus d’ailleurs et ca s’appelle de la politique mondialiste raciste anti-européens de souche !
    En plus c’est faux de dire que l’UE est une structure minimaliste de marché .C’est plutot un carcan idéologique incapable de résoudre les problèmes car c’est une politique d’ingérence perpétuelle abusive qui sert de paravent à une dictature quasi-bolchévique à pensée unique obligatoire pour tous .
    A qui profite l’UE et l’euro ,devrait-on exiger de savoir !
    L’umps refuse d’arreter l’invasion migratoire et se planque derrière l’UE pour continuer à déverser des millions d’envahisseurs étrangers chez nous ,à notre détriment et sans notre accord .
    Ceux qui sont pour l’UE sont contre les nations et contre les peuples européens de souche .
    C’est cela qu’il faut comprendre pour décider de sortir de l’UE illico .

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services

 

Pendant le confinement, le combat ne s'arrête pas.

Le Salon beige a besoin de votre aide pour défendre les principes non négociables!