Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Euthanasie

Tué par erreur

Mais légalement :

"Se croyant à tort atteint d’une maladie incurable, un magistrat
italien de 62 ans s’est fait supprimer par erreur en Suisse, dans un
centre d’euthanasie de Bâle… Mais l’autopsie de son cadavre a révélé
qu’il n’était absolument pas malade, révèle l’agence d’information
Zenit.

Sa famille a demandé depuis lors – un peu tard –
une enquête forcément posthume pour établir les responsabilités de ce
diagnostic erroné établi à deux reprises, d’abord en Italie puis en
Suisse."

Partager cet article

7 commentaires

  1. Un magistrat italien ? C’était un anti-mafioso qui s’est fait suicidé par un faux diagnostic sciemment organisé
    ou c’était un magistrat pro-mafieux qui s’est fait euthanasié suite à un faux diagnostic arrangé par vengeance de n’avoir pas tenu ses petits arrangements judiciaires pour les potes ?
    Mais peut-etre que c’était un faux diagnostic établi pour recruter de la clientèle à faire soigner pour des guérisons cyniquement onéreuses mais où la cible a préferré crever illico par euthanasie ?
    Bref, quand on vous dit que vous avez quelque chose de grave ayez au moins le bon sens d’aller faire vérifier par un autre expert médical éloigné …..!

  2. Ou c’est une erreur d’autopsie

  3. Même si on a quelque chose de grave, si la souffrance n’est pas insupportable pourquoi vouloir avancer l’heure ?
    Les médicaux qui ont annoncé à cet homme qu’il avait une maladie incurable ne savaient pas que nous sommes tous des incurables, eux-mêmes naturellement ?
    Histoire éminemment curieuse. Espérons que ce magistrat n’a pas été amené à rendre la justice, car il n’était pas à l’évidence clair dans sa tête.

  4. @Anonymous a dit:Bref, quand on vous dit que vous avez quelque chose de grave ayez au moins le bon sens d’aller faire vérifier par un autre expert médical éloigné …..
    L’article de Liberté Politique dit: “Sa famille a demandé depuis lors – un peu tard – une enquête forcément posthume pour établir les responsabilités de ce diagnostic erroné établi à DEUX reprises, d’abord en Italie puis en Suisse.”
    Si ce n’était pas si tragique, on pourrait dire “jamais deux sans trois”…

  5. Ou une fausse info , alors qu’il est bien vivant, parti se mettre à l’abri de l’anonymat ..

  6. Un Snowden suisse. Il aurait dû aller en Russie.

  7. C’est pourtant vrai ,comme le rappelle Damien que le faux dignostic à été fait 2 fois !
    Oui mais s’il n’avait rien dit au deuxième toubib sur le diagostic du premier toubib,peut-etre que ce dernier n’aurait pas été solidaire de confirmer ce qu’un autre collègue avait déjà dit ….
    Les gens doivent comprendre que le médical aujourd’hui ne fonctionne pas seulement pour guérir les gens , mais peut etre motivé par de sordides autres raisons .
    Quand à se couvrir entre eux ,les médecins le font aussi ,c’est pas pour rien qu’ils veulent que les gens les croient aussi infaillibles que des papes ayant toujours raison …

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services