Bannière Salon Beige

Partager cet article

Europe : politique / France : Politique en France

Tsipras est en accord profond avec l’idéologie dominante au Parlement Européen

Analyse de Bernard Antony sur le crise grecque :

"Dernier mercredi, sur Radio-Courtoisie, j’ai réitéré ma conviction selon laquelle Alexis Tsipras ne voulait certainement pas que la Grèce abandonne l’euro, ni qu’elle sorte de « cette Europe-là ».

Pourtant, comme je l’ai écrit un peu ironiquement ici, la sortie de la Grèce aurait pu avoir valeur d’exemple… 

Je ne sais ce que vont dire aujourd’hui ceux qui ont imprudemment acclamé au Parlement Européen, comme les députés enthousiastes du Front National, alignés sur Philippot et Marine, ce personnage « gaucho-démago » d’Alexis Tsipras. Cette attitude n’est pas bonne pour la crédibilité du FN.

Tsipras est en effet en accord profond avec l’idéologie dominante au Parlement Européen, nihiliste, « antiraciste », immigrationniste. Que des députés du FN ovationnent grégairement un personnage qui prône le « laisser entrer » en Europe via la Grèce, sans limite ni contrôle de foules de faux réfugiés mais vrais islamistes, c’est pour le moins affligeant. 

Parmi les raisons essentielles de la position que j’avais résumée jadis par le slogan « sortons de cette Europe-là !», figurait bien sûr, en tout premier, la nécessité de s’opposer à ce que l’on appelle aujourd’hui avec raison « le grand remplacement » (…) 

Comment un Tsipras peut-il ainsi prôner avec Syriza « l’accueil » sans limite de flux migratoires islamiques dûment encouragés par les Turcs ? Le peuple grec gagnerait à accorder à un tel dirigeant la retraite politique qu’il mérite sans attendre pour méditer sur l’inadéquation de l’idéologie et de la réalité." 

Partager cet article

15 commentaires

  1. C’est un traitre, il se présente devant le peuple avec des arguments pouvant convaincre d’une autre solution et que fait-il après le vote ?
    Il fait comme certains en France : il se fiche allègrement de la volonté majoritaire des grecs.
    Une main cachée dirige les peuples…

  2. Toutefois, pour être juste, cher Bernard Antony, il ne faut pas dire qu’ils l’acclament car ils ne cessent de dire dans les interviews qu’ils sont éloignés de lui sur bien des points, qu’ils se réjouissent que son irruption ait permis de briser l’omerta et que son appel au peuple est sain en soi.

  3. Ce personnage a bluffé les Grecs avec un culot bien dissimulé, mais il est clair qu’il n’a fait qu’obéir aux ordres venus des antres secrètes de la finance apatride et crapuleuse ( pléonasme), c’est le prix à payer pour avoir une bonne fin de mois et une très bonne retraite.
    Les Grecs doivent exiger un procès pour trahison, et le mettre hors d’état d’agir en attendant.

  4. Nigel Farage : “M. Tsipras, “C’est le moment de sortir de la zone euro la tête haute.”
    https://www.youtube.com/watch?v=6nYzQXIs-BA

  5. Hier soir, Tsipras s’est clairement soumis à la volonté des eurocrates. Son référendum était bidon et il a roulé les Grecs dans la farine. Cette crise démontre une fois de plus qu’il n’y a pas 36 possibilités avec l’UE : soit on lui obéit servilement, soit on en sort. L’autre Europe est un leurre.
    Le résultat concret pour les touristes va être une augmentation de la TVA de 30% sur les îles grecques, à commencer par les plus riches et touristiques. De plus, la TVA sur la restauration passe de 13% à 23%, soit une augmentation de 77% (76,92% exactement) et de 6,5 à 13 % pour l’hôtellerie (le double).
    Les eurocrates voudraient décourager le tourisme qu’ils ne s’y prendraient pas autrement.
    Vous ne faites pas de tourisme en Grèce ? N’oubliez pas les 50 milliards qu’il va falloir payer sur 3 ans.

  6. Oui, il est risible d’attendre comme sauveur de la Grèce une personne d’extrême gauche qui est fondamentalement internationaliste. Mais la révolte populaire viendra peut-être de la trahison/déception de trop.

  7. J’espérai que Tsipras renverse la table, je crains qu’il ne passe le ramasse miettes !

  8. Madame Arnautu, sur radio Courtoisie (journal des débats), a bien précisé cette semaine les limites du soutien du FN à Syriza. Ce n’est pas du tout ce que ce vieil excité prétend dans sa détestation mécanique du parti de Marine le Pen. En réalité, c’est plutôt un soutien au peuple grec.
    Arnautu, celle qui aurait été “virée” lors d’une “purge” selon certains médias.

  9. La Grèce en réa….On lui fait du gouffre à gouffre…

  10. La democratie est un systeme par lequel chacun essaye de vivre aux crochets des autres. A ce jeu là les grecs sont les plus forts.

  11. Tsipras est quand même celui que l’UE ne voulait surtout pas voir accéder au pouvoir. C’est en cela que MLP et Philippot ont salué son élection. Çà a été répété mille fois mais il y a plus sourd que celui qui ne veut pas entendre.
    C’est faire preuve d’une très grande mauvaise foi que de dire que MLP et Philippot faisaient leurs le programme du leader grec, sur la question immigrationniste notamment qui se trouve aux antipodes de ce que le FN propose.
    Quant au énième changement de politique de Tsipras, on ignore le poids qu’a pu peser Obama sur le leader de ce petit pays. Car ni les USA ni l’UE ne veulent d’un “Grexit” qui servirait les intérêts de Poutine.
    Cette position semble dictée surtout par un ressentiment bien franco-français qu’ont certaines personnalités âgées de la droite nationale contre MLP et Philippot : Tsipras est agité pour mieux affaiblir le FN actuel. Ces dissensions servent au passage les intérêts objectifs des Républicains.

  12. Lire “La trahison de Tsipras ?” par Jacques Sapir · 10 juillet 2015
    “Faut-il alors parler de capitulation comme le font certains ? La réponse est pourtant moins simple que ce qu’il paraît.”
    http://russeurope.hypotheses.org/4080

  13. Comme partout, une majorité du peuple est prête à vendre ses enfants et son avenir en échange de ” cadeaux sociaux “, ce qui est déjà abominable, mais en plus grotesque .
    Comment peut-on imaginer encore en 2015 que l’ argent est un flux d’ eau qui coule sans limite d’ un robinet et que l’ on peut diriger à loisir vers n’ importe quelle destination.
    Répéter comme le fait le FN que la cause du malheur de la Grèce est ” l’ austérité” est un discours indigne d’ un parti responsable.
    La dissolution de l’ UE est certes un projet bénéfique, mais ce n’est pas une raison pour raconter n’importe quoi et encenser un agent mondialiste comme l’ est évidemment Tsipras, qui respire le mensonge et la voyoucratie.

  14. Pièce de théâtre dont on connait la fin.
    La fin c’est la capitulation en rase campagne !

  15. Il est apparemment un grand malin, un manipulateur professionnel qui a appris à mentir pendant sa rude formation aux Jeunesses communistes, le dernier parti stalinien d’Europe, mais c’est aussi un fin politicien doublé d’un metteur en scène médiatique de talent. Le voir faire chanter les dirigeants européens, les faire danser le sirtaki, les faire monter au cocotier comme des chimpanzés apeurés, les rudoyer devant son peuple hilare… c’est du grand art ! un politique français qui adore admirer ses propres incantations, l’a reconnu comme l’un des siens !!!!!.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services