Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Avortement

« Travailler dans un centre IVG, la pire chose que j’ai faite dans ma vie »

L’infirmière Marianne Anderson raconte cette horreur après deux années de travail dans un des plus grands centres d’avortements de l’Indiana, aux Etats-Unis :

« à plusieurs reprises des difficultés ont surgi avec des avortements, et il a fallu appeler l'hôpital pour venir chercher les femmes [en danger]]. Une fois, c’était une femme qui perdait tout son sang. Des caillots de sang se formaient, sa pression artérielle tombait ».

Sa dramatique expérience l’amène aujourd’hui à dire que ce centre d’avortement est

« une affaire d’argent, un endroit triste, triste à mourir pour y  travailler ».

Anderson était chargée d'injecter la sédation, par voie intraveineuse, à ses patientes.

« On nous disait que si  nous ne répondions pas à la troisième sonnerie du téléphone, nous serions renvoyées, car ils avaient besoin d’argent ». « À notre réunion hebdomadaire du personnel, on nous rappelait que nous devions dire aux clientes d’éviter les personnes leur conseillant sur les dangers de l’avortement, car on avait besoin d’argent ».

Elle a fini par tomber malade du fait de ce qu’elle a vu dans la salle ‘POC' du Centre: POC signifie ‘Producto de la Concepción' (Produit de la conception).

« On devait les verser (les produits de la conception) dans une passoire, et ensuite évacuer les restes dans les toilettes ».

« Un jour, un médecin parlait au bébé avorté en cherchant toutes les parties [de son corps]: ‘’Allez, petit bras, je sais que tu es là! ¡ Maintenant arrête de te cacher de moi!'’ Cela me rendait malade, me tordait l’estomac ». « Le bruit de l’appareil d’aspiration quand il était mis en marche me hante toujours ».

Partager cet article

9 commentaires

  1. La suppression de la notion de « détresse » dans la loi sur l’avortement ouvre la question du remboursement de l’ acte. En l’absence de la notion de »détresse » qui indiquait une pathologie psychologique ou biologique, les IVG deviennent des actes de confort au même titre que la chirurgie esthétique ou les opérations pour le ronflement. Ces actes ne sont dès lors pas remboursés par la SECU. Cela ferme de facto la porte à la prise en charge de la situation de « détresse » il faut que l’acte devienne une « interruption médicale de grossesse » (malformation, danger vital pour la mère…).
    La suppression du mot « détresse » change un acte médical en acte de confort, et il n’y a aucune raison que cela soit remboursé par le SECU, ce n’est pas dans ses statuts…Sinon, c’est tout le système de remboursement de la SECU qui est modifié…L’IVG n’est pas une forme de contraception. Les pilules ne sont d’ailleurs pas remboursées.Voilà aussi pourquoi cette nouvelle loi place le corps médical devant une situation délicate.

  2. Pitoyable REPUBLIQUE d’ASSASSINS !!!
    Nous sommes TOUS complices par notre passivité, notre lâcheté…… Seule la Miséricorde de Dieu pourra nous laver de cette ULTIME TRANSGRESSION ……………..

  3. Gloria Polo dit que pour CHAQUE avortement TOUT l’enfer exulte
    et que des démons sont libérés !
    Ce sont eux que vous voyez à l’œuvre tout autour de nous…
    Et leur nombre s’accroit CHAQUE JOUR !

  4. Une société qui tolère la mise-à-mort de ses propres enfants dans le ventre de leur mère, se condamne à subir elle-même le sort de l’embryon. Pauvres mères qui ne savent pas ce qu’elles font, et qui, qu’elles le veuillent ou non, en resteront traumatisées pour le reste de leur vie. L’on ne peut que les plaindre, prier pour elles, s’associer à leur remord.

  5. Nul ne peut servir deux maîtres……

  6. Qoui de plus inhumain, de plus antihumain que l’avortement ? Quoi de plus antinaturel de la part d’une femme ? Les vrais coupables ne sont pas tant de pauvres filles en détresse, que leurs éducateurs à tous les niveaux. Ce sont eux les vrais responsables. Qui aura su leur donner l’exemple et leur dire que « chasteté et virginité » sont les plus solides garants d’un mariage sans limites, heureux et fécond. « Laissez les enfants inoccupés ? Moi, jamais ! », disait une mère émérite dont enfants et petits-enfants ont magnfiquement réussi, tant dans leur vie de famille, que dans leur vie professionnelle. Heureux, sont-ils tous !

  7. Quelle réelle différence au fond entre ces « appareils d’aspiration » et … les chambres à gaz ? (Les avortements sont estimés à plus de sept millions en France depuis la loi Veil) Les deux servent la même idéologie qui consiste à éliminer « l’être inférieur » pour l’épanouissement matérialiste d’une « société parfaite ».

  8. J’ignorais qu’il y a des démons enfermés, et d’autres qui sont libérés (par qui ?). Et qui est cette Gloria qui sait ce qui se passe en enfer ?
    Vrai ou faux, cela exprime les paroles de Mère Teresa sur l’avortement.

  9. @jean theis
    Lisez l’évangile ! Et l’Apocalypse !
    Les démons sont « enchainés » ou possèdent des êtres ils ne sont pas libres ou nous n’aurions aucune chance
    Si vous en chassez un ils reviennent plus nombreux dit le Christ.
    Gloria Polo dit qu’elle a été aux enfers…
    Si vous l’écoutez vous verrez une personne qui se descend en flammes, qui analyse toute sa vie comme une abomination et cette façon de s’abaisser devant tous, sans même en paraitre affectée laisse penser qu’elle a vécu quelque chose de très fort. Au point de n’avoir plus aucun amour propre.
    http://www.youtube.com/watch?v=c_MtmXwsJUw

Publier une réponse